Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Après Rocard, Kouchner dit ce qu'il pense ! Les vraies consciences de la gauche progressiste parlent

Au lendemain de l'appel de Michel Rocard, l'ancien ministre socialiste Bernard Kouchner a prôné à son tour samedi une "alliance" du PS avec François Bayrou.

medium_kouchner.jpg

Dans une tribune aujourd'hui dans le Journal du dimanche, M. Kouchner, membre de "l'équipe du pacte présidentiel" de la candidate socialiste Ségolène Royal, propose une "alliance" entre "une gauche social-démocrate rénovée" et le "centre rénové" de François Bayrou.

"Pour la première fois depuis 30 ans, écrit-il, le parti de François Bayrou ne récuse pas la gauche réformatrice. Saisissons cette chance".

"Il y a un peu d'inertie dans le parti", a regretté de son côté Michel Rocard au lendemain de son appel.

Contrairement à ce que Rachida Dati et Xavier Bertrand peuvent prétendre en tant que porte-parole du candidat UMP ("Désormais les choses sont claires: François Bayrou se situe bien à gauche"), il n'est plus question de droite ou de gauche aujourd'hui et ils ne l'ont toujours pas compris! Les français veulent qu'au delà des clivages entretenus par les seuls appareils, les responsables de toutes tendances politiques prennent enfin en considération le bien commun!

En déplacement à Limoges, avant que ne soit connue la tribune de M. Kouchner, François Bayrou s'est une nouvelle fois félicité de l'appel de l'ex-Premier ministre PS, qui conforte selon lui sa démarche de dépassement des "frontières".

"Si je suis en situation" en accédant au second tour, "très nombreux seront ceux qui suivront la thèse de Michel Rocard", a-t-il assuré.

Dans la droite modérée, au centre bien sûr, dans la gauche progressiste et dans la société civile surtout des responsables de plus en plus nombreux s'expriment enfin sur la nécessaire union nationale de tous pour que les citoyens ne soient plus demain les otages d'un seul camp

 

Commentaires

  • allez jeter un coup d'oeil là :

    http://www.kouchner2007.com/texte13.htm

    nous sommes avec vous comme vous seriez avec nous! ce qui compte c'est l'alliance de tous les gens sincères, dévoués, efficaces, pour notre pays!

    Aujourd'hui Bayrou ose!

    Nous sommes avec lui! c'est lui le vrai rebelle au système!

    Comme vous l'indiquez dans votre précédente note : Ce n'est pas un problème de personne! ce n'est pas un prblème d'étiquette.

    C'est un espoir qui ne s'est jamais présenté et qui, peut-être ne se présentera plus pendant longtemps de faire bouger les lignes factices!

    Nous aussi, qui étions pour une candidature de Bernard Kouchner, nous appelons à voter pour celui des candidats qui, le seul, dépasse les clivages!

    Si demain dans les circonscription il faut choisir entre un étiqueté PS buté et un centriste progressiste il n'y a pas photo!

    Et si à l'inverse il faut choisir entre un UMP démago et archaïque et un socialiste moderniste, nous savons que nous pourrons compter sur beaucoup d'entre vous!

  • Enfin, s'ouvrent des perspectives au delà de ces frontières stériles!

    Oui à des Kouchner, des Lagarde, des Rocard, des Begag, des Lepage, des Barnier et sans doute à des Copé (qui sait bien que la ligne actuelle de l'UMP est en dérive), à des Waechter, à des gens en somme qui ont des trippes, du coeur et de l'ambition non pour eux-même mais pour le peuple!

  • Attention, à quelques jours du 1er tour, de ne pas laisser s'immiscer un amalgame pernicieux dans les médias: en effet, suite aux propositions de Rocard et Kouchner, on entend Sarkozy qui veut faire accroire que Bayrou est de gauche... Dans le même temps les éléphants du PS clament -à tout va- que Bayrou est de droite.. Il appartient à FB, pour convaincre le marais des indécis, de marteler haut et fort qu'il n'est prisonnier d'aucun parti, qu'il ne ralliera à aucun clan, qu'il est un homme libre au seul service de la France et des français.

Les commentaires sont fermés.