Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ségo, Sarko, Delano, Copo et autres zozos, chapeau !

    Pourquoi publions-nous moins fréquemment des billets sur ce blog ?

     

    1444621362.png

    Tout simplement parce que, depuis quelques semaines, nous n’en revenons pas ! Nous sommes contraints de rester cois et ne pourrions que tirer notre chapeau à tous les zozos qui s’agitent sur la scène politique nationale. Sarkozy, son gouvernement et sa majorité sont parfaits. Le parti socialiste et ses multiples leaders ne sont pas en reste à notre avis, ils sont tous extras ! Oui vraiment tous ces protagonistes et acteurs sont tous plus extraordinairement conformes à leurs caricatures des guignols de l’info et semblent rivaliser d’ « audace » (sic !) afin de renforcer le dégoût de l’opinion vis-à-vis du monde politique ! Oui vraiment, ils sont tous au-delà de nos pires commentaires possibles en matière de médiocrité, de roueries et d’irresponsabilité.

     


     


    Comment voulez-vous dans ces conditions avoir une analyse critique, objective, rationnelle lorsque, de Besancenot à Megret, de Morin à Delanoé et de Julien Dray à Roger Karoutchi, toutes ces starlettes de l’actualité politiques sur-jouent allègrement leurs rôles ? Parler des « réformes » en cours ? Mais finalement quelles réformes ? De la rupture pour la rupture, ça c’est clair, de l’agitation pour brasser de l’air, nous le craignions depuis l’origine, le pouvoir malheureusement s’en donne en cœur joie !

    Puisque ce blog n’a aucune vocation à se « classer » à tout prix dans les différents classements wikio, technorati et autres, nous n’allons pas céder à la dérive (frénésie) que connaissent un jour ou l’autre tous les blogueurs (si si…allez… avouons-le, nous avons tous, nous aussi, eu cette tentation un jour ou l'autre) dans quelque course au buzz que ce soit. Non, nous ne ferions alors que paraphraser d’autres billets, d’autres blogueurs.

    Alors, que nous reste-t-il ?

    Préparer discrètement les temps à venir. Participer, pour chacun d’entre nous, aux travaux de réflexion qui malgré tout s’organisent ici ou là.

    Repérer les rares responsables politiques qui peuvent surprendre par leur originalité, leur créativité, leur efficacité. Si, il y en a ! Oh, il ne sont que très peu invités sur les plateaux télé, ne sont quasiment jamais cités ou repris dans les colonnes des quotidiens ou hebdos. Ces extraterrestres ont un tort : ILS TRAVAILLENT MIEUX  et non PLUS ! Pas question pour eux de multiplier les casquettes, les postes, les fonctions. Ces curieux besogneux de toutes les familles politiques n’ont aucune vocation à cumuler par exemple les titres de président de groupe parlementaire, de président de commission ad-hoc, de maire et de membre d’un cabinet d’avocats et de candidat putatif pour 2017… dingue ça non ?

    Enfin, découvrir, et se délecter d’analyses ou de dossiers de fond que d’autres blogueurs, patiemment, construisent ici, ou encore ici (parmi tant d’autres de la blogosphère MoDem ) avec talent, sérieux et le plus souvent dans une démarche modeste et parfaitement altruiste.

    Alors, découragés les Alcibiade ? Que nenni ! Rassurez-vous amis lecteurs, nous avons même retrouvé depuis quelques jours la passion qui nous a rassemblés à l’origine, il y a maintenant  plus de quatre ans (et 15 mois sur la toile) ; une sorte de réaction immunitaire contre la médiocrité et la mauvaise foi ambiantes… A suivre donc…

     

  • Ils sont vraiment impayables!

    1113443394.jpgVous avez tous pu apprendre que le sieur Lefebvre (photo ci contre), porte-parole de l'UMP de son état s'était fendu d'une missive à la direction de l'Agence France Presse pour se plaindre de l'outrecuidance manifestée par cette maison à son goût (voir ici). Pensez donc... les journalistes se permettraient de ne pas systématiquement diffuser ses communiqués. Bah voyons!... Tous les responsables politiques ont appris qu'il ne suffit pas de se fendre d'un communiqué de presse pour que celui-ci soit relayé par les agences ou les différents media. Mais, Monsieur Lefebvre lui, a dû sécher cette phase d'apprentissage militant.

    Mais on apprenait la semaine dernière, que l'omni-candidat, lui-même personnellement, se fendait lui aussi d'une attaque en règle contre cette presse qui vraiment le maltraite. Hier, la Ministre de la culture, Christine Albanel, imaginait qu'un "fil spécial" pourrait être dédié à reprendre in extenso ce type de communiqués

    En fait, ce qui attriste tant ces augustes personnages, c'est la nostalgie d'une époque pourtant récente lors de laquelle l'avenir du monde était suspendu à tout fait ou geste de la part de leur incomparable leader.

    Si si ! Souvenez-vous, il fût une époque où l'importance d'un jogging pour la bonne marche de l'économie nationale, pour la réduction des déficits publics, pour les Droits de l'Homme était évidente (voir l'info originale sur un site au hasard):

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------

    SARKOZY : encore un jogging!

    19/05/2007 - 15:47

    Le président Nicolas Sarkozy est sorti samedi en fin de matinée du fort de Brégançon pour faire un jogging (encore un!), sous un soleil radieux et par une température supérieure à 20 degrés.
    Vêtu d'un tee-shirt et d'un short bleu marine, des lunettes de soleil d'aviateur sur le nez, le président est sorti à 11H15, accompagné d'une dizaine d'hommes, sous les applaudissements d'une cinquantaine de touristes qui l'attendaient.
    Souriant, décontracté, il a serré de nombreuses mains et s'est brièvement arrêté pour se laisser photographier en compagnie de touristes, sans faire de déclarations. Il est ensuite parti en petites foulées sur la route de Cabasson, suivi d'une voiture et d'une moto de sécurité.
    Après une journée intense, marquée par un déplacement au siège d'Airbus à Toulouse, M. Sarkozy a gagné vendredi soir le Fort de Brégançon (Var) où l'avait précédé jeudi Cécilia, la première Dame. Il s'agit du premier séjour du couple présidentiel dans cette résidence, trois jours après l'investiture de M. Sarkozy qui a présidé vendredi son premier Conseil des ministres. Situé sur la commune de Bormes-les-Mimosas (Var), sur une péninsule rocheuse à l'extrémité de la rade d'Hyères, le fort de Brégançon est l'une des résidences officielles du chef de l'Etat depuis 1968. (Sources AFP)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Imaginez en effet le bonheur de ce "fil spécial" à la lumière de ce qui précède... On aurait alors la joie de découvrir des informations capitales :

    - Le Chef de Cabinet Adjoint du Secrétaire d'Etat à la Fonction Publique recevra une délégation du Ministère indien des fonctionnaires fédéraux demain après-midi.

    - Le siège de l'UMP va faire l'objet d'une rénovation architecturale. Cette grande réorganisation de l'espace intérieur se veut servir la volonté constante de rupture du parti majoritaire.

    - Le premier Ministre sera en déplacement dans sa circonscription d'origine ce week-end et devrait se livrer à cette occasion à un essai aux commandes de la toute nouvelle version de la voiture de rallye mise au point en commun par les ingénieurs des grandes firmes automobiles françaises.

    - La Garde des Sceaux proposera dans les prochains mois une réforme d'ampleur sans précédent pour encadrer, contrôler et si besoin réprimer la détention des pythons et boas constricteurs. Les récents faits divers ayant provoqué une vive émotion dans l'opinion, la France se devait d'adopter enfin une législation moderne pour punir sévèrement les propriétaires ne respectant pas les critères minima tels que définis dans le rapport extraordinaire que la Ministre de la Justice avait commandité.

    - La Ministre de l'économie et des finances a eu le plaisir en début de matinée de remettre au 1000ème bénéficiaire d'une heure supplémentaire ce mois-ci une nouvelle décoration qui sera peu à peu généralisée. La Ministre tient à souligner ainsi la vigueur de notre économie et le succès sans précédent d'une mesure pour redonner espoir aux français qui ont choisi la voie de l'effort.

    Génial, on veut un téléscripteur!

    Non, vraiment, ils sont IMPAYABLES!

  • Chassez le naturel...

    239285863.JPGL'homme et ses conseillers ont eu beau tenter de nous en convaincre depuis des semaines, IL NE PEUT PAS CHANGER!

    Recevant mercredi les députés UMP pour son premier anniversaire à l'Elysée, Nicolas Sarkozy n'a pu s'empécher de désigner, à son habitude les coupables, les fautifs et les incapables.  

    On se souvient de ses diatribes contre la Banque Centrale Européenne accusée de tous les maux pendant la campagne de 2007 et qui se complaisait à ses yeux dans la défense de l'Euro. C'est vrai que le rôle (institutionnel, rappelons-le) de ces lointains banquiers européens n'était après tout que de tout mettre en oeuvre pour limiter l'inflation... Or l'inflation ne faisait pas partie des priorités du candidat. On sait depuis la réalité et heureusement que ceux qu'il désignait alors à la vindicte populaire, ont ainsi efficacement, EUX, protégé le pouvoir d'achat des plus faibles!

    Cette fois il tance ses troupes et lance une charge contre ses prédécesseurs (et surtout contre Jacques Chirac) et contre la presse (voir la dépêche AFP

    "On s'est pris une rincée. Il nous a reproché de ne pas être assez pêchus", a commenté un député.

    "N'ayez pas peur d'être de droite! L'opinion est avec nous", a-t-il aussi lancé à Valérie Boyer qui regrettait que, sur des questions comme celle des sans-papiers, l'UMP "passe systématiquement pour les méchants".

    Beaucoup d'élus ont toutefois été étonnés, voire déconcertés, par la charge du chef de l'Etat contre son prédécesseur.

    "Chirac a mis 21 ans à se faire élire. Moi, je l'ai été du premier coup". "Il a fait une réforme et demie, son premier septennat s'est arrêté en décembre 1995 sur un recul sur la réforme des régimes spéciaux". "Moi, je n'ai pas l'obsession de durer et je mène tout de front", a lâché le chef de l'Etat en évoquant longuement sa prise du pouvoir en 2007 et en revenant sur l'affaire Clearstream.

    Quant au général de Gaulle, "il n'a eu qu'une voix de majorité en 1967", a relevé M. Sarkozy.

    La presse, elle, est accusée de ne pas avoir suffisamment relayé la condamnation de Ségolène Royal dans l'affaire de ses ex-collaboratrices. Il a cité L'Express, Marianne, Le Parisien, l'AFP et le Journal du Dimanche, selon des participants.

    "Chirac et la presse en ont pris plein la gueule", résume le villepiniste Jean-Pierre Grand.

     

    NON, IL NE CHANGERA PAS ! Le naturel aura eu tôt fait de revenir au galop. Lorsque tout lui souriait c'était bien entendu son indéfectible vision. Lorsqu'il semblait, il y a à peine une semaine, faire son mea culpa sur le petit écran, il cherchait en fait ceux qu'il allait bientôt stigmatiser. Ses troupes et les journalistes apprécieront...