Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • OBAMA, avec un « copain » comme ça, tu n’as plus besoin d’adversaire

    Interrogé sur ses relations avec Barack Obama, Nicolas Sarkozy a cru bon (comme toujours ?…) d’en rajouter. « Ah lui, c’est un copain ! » s’est-il exclamé.

     

    Un conseil, Barack, regarde ce qu’il a réservé,dans le passé, à ses anciens « copains » : Jacques Martin, Charles Pasqua, Jacques Chirac…

     

    nicolassarkozyjacquesmaib7.png
    sarkozy_pasqua.jpg
    Sarkozy_Chirac.jpg

     

    Nous en profitons ici, pour rappeler ici que pour ce qui nous concerne, les membres du Mouvement Alcibiade, nous n’avons jamais cédé, à la Barackomania ambiante.

     

    Nous lui préférions, sans conteste, pour les primaires démocrates Mike Gravel ou à défaut Dennis Kucinich. Nous voyons même un peu dans le candidat démocrate ce que nous avions redouté chez l’omni-candidat français : Un discours souvent racoleur et vide de sens précis et plus démagogue que didactique (« YES WE CAN » n’est-il pas si proche de «TOUT DEMAIN SERA POSSIBLE » ?...)   une prédisposition à jouer sur l’image plutôt que de détailler le fond, enfin un usage immodéré de la rhétorique simpliste (« ceux qui me critiquent sont des partisans de l'immobilisme", phrase commune aux deux hommes).

     

    Oh bien sûr, nous direz-vous, à ce stade de la campagne, il est trop tôt pour Barack Obama de rentrer dans le détail de son programme.

     

    D’accord. Disons donc, que nous attendons pour voir et restons sur notre position de vigilance.

     

    Sans nul doute, l’accession d’un métis jeune et démocrate à la présidence des Etats-Unis serait un changement radical avec l’administration Bush et ses activistes néo-conservateurs ! Mais il faudra suivre d’abord qui sera la personne choisie comme Vice-président(e) et surtout connaître enfin le programme capable de tourner la page avec 8 ans de Bush.

    Wait and see donc...

  • On connaissait les députés godillots, on aura maintenant les parlementaires lavettes

    On parle beaucoup depuis le Congrès de Versailles, chargé de modifier la Consitution, du cas Jack Lang. Mais après tout... ne doit-on pas plutôt montrer du doigt tous les parlementaires qui n'avaient fait aucun secret de leur désaccord avec le texte proposé et qui ont finalement après tractations, flatteries, menaces ou intimidations, voté pour?...

    Conseils_pratiques_clip_image002.jpg

     

    Ah, la nature humaine!!!...

     Comme l'homme est faible souvent! Comme il range ses convictions facilement au placard!... Eh bien, non, un parlementaire, précisément, ce ne devrait pas être un homme ordinaire! Ce devrait être un homme debout! Un homme Droit! Un homme qui ne change pas d'avis parce qu'on le caresse dans le sens du poil, parce qu'on lui suggère de repenser aux conséquences de son vote sur sa circonscription, parce qu'on lui rappelle que des dossiers existent dans deux ministères (au hazard l'intérieur et les finances... ca vous rappelle les anciennes fonctions d'un omni-candidat?... ah?...), parce qu'on lui fait miroiter une promotion future!

    Jack Lang depuis le début était favorable à ce texte, il n'en a pas fait mystère. Nombre d'autres élus à l'UMP et au Nouveau Centre s'étaient élevés contre un texte qu'ils estimaient au mieux une réformette indigne, au pire un texte dangereux! finalement, très peu ont su rester dignes! Les électeurs s'en souviendront!

     


     
    Un coup de chapeau donc à ceux qui malgré les pressions, les collibets ont su résister à l'UMP  :

    A l'Assemblée : Henri Cuq, Guy Geoffroy, François Goulard, Jean-Pierre Grand, Jacques Le Guen et Jacques Myard,

    Au Sénat : André Lardeux.

    Pour le vote de chaque parlementaire cliquez ici >>>

     

    .

  • François BAYROU a dit à propos de la réforme de la Constitution "What Else"

    Non, il ne l'a pas dit, c'est nous qui lui prêtons ce mot qui s'impose, cette réforme a été votée avec une voix et alors. Franchement est-ce que cela va changer grand chose ?

     C'est le post qui cite François BAYROU : "...il s'agit d'une petite majorité pour une petite réforme qui ne répond pas aux 3 questions qui se posent, une loi électorale plus juste, une justice et des médias indépendants..."

     Il a une nouvelle fois raison, cette réformette n'apporte rien...si ce n'est la date de fin de l'expérience Sarkozyste, 2 mandats secs permettent de dire que nous en aurons finis de l'expérience ultra libérale au pire en 2017. Ouf !

    Sur les 3 questions essentielles pas de réponses : pas de proportionnelle aux Législatives, pas d'indépendance de la justice et un Président de la République qui veut faire virer le responsable de la rédaction de l'hebdomadaire "Le Point".

    Pourquoi ne pas faire confiance à Nicolas Sarkozy ? Pourquoi nier les avancées acquises en matière des droits du Parlement ? Tout simplement parce que ce texte de modification de la Constitution a été voté par l'Assemblée Nationale et le Sénat en termes identiques. Par le Congrès aussi. Et pourtant le Président cathodique a promis d'autres réformes au travers un article paru dans Le Monde. Est-ce bien respecter les droits du Parlement ? Nous ne le croyons pas.

    A suivre !