Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Chroniques à nulle autre pareilles

     

    C’est souvent acide, parfois sanglant. Voilà quelques temps déjà que sévit un blog dans le plus pur style journalistique des romans épistolaires : Chroniques Vénitiennes. Les lettres persanes de Montesquieu revisitées à la sauce contemporaine.

    chroniques vénitiennes.JPG


    Avec, parmi les rôles principaux :


    Doge Nicolo Da Ponte.JPGNicolo da Ponte : Doge de Venise en exercice

     

     

     

     

     

    Francesco Braïni,.JPGFrancesco Braïni : Chef de la guilde des fabricants de masques de carnaval

     

     

     

    Solène LaReine.JPGSolène La Reine : Actrice Française, joue Colombine

     

     

     

     

     

    Enfin précise la présentation, « Venise est une ville de l’écrit et du récit ». Pour preuve les correspondances abondantes que s’échangent nombre de « correspondants » notamment :


    Fabio Lauresti, gentilhomme, rédacteur de notes d’information au palais du doge,
    La Comtesse Lucia di Ridero, Conceptrice de masques,
    Angelo Lauresti, conseiller de l’ambassadeur de Venise à Paris et frère de Fabio,
    Lucas Quidami, Fabricant de masques,
    Tomassone et Norina Cortegiano, courtisans notoires,
    Melina Silva, sorcière magicienne
    Le Comte Marco di Ridero, grand voyageur devant l’éternel.
    Il Baronne Del Torchetti qui n’est pas sans nous rappeler un historien blogueur de la sphère démocrate

    Et enfin le rédacteur de libelle Gianfranco Canio

    Gianfranco Canio.JPG

     

    Des billets tout en finesse. Un plaisir à ajouter de toute urgence à votre blogroll ou google reader!

  • Rien, ni personne, ne nous arretera!

    Nous vous le disions, il y a quelques jours maintenant, les Alcibiade rentrent en campagne. Bien entendu, nous allons consacrer une partie de notre énergie sur les différents scrutins qui nous séparent de l'élection présidentielle. Mais l'essentiel de notre travail va consister désormais dans la mise en place d'une stratégie pour la campagne présidentielle. Parce que c'est le pilier central (renforcé si maladroitement depuis la dernière révision constitutionnelle) de notre vie politique et que c'est de cette échéance que tout découle ensuite pour modifier le cours des choses. Et le cours des choses actuellement enfonce notre pays dans une dérive que ne reconnaîtraient ni un de Gaulle ni un Mendes France.

    Nous ne sommes pas tous au MoDem, comme beaucoup de nos lecteurs réguliers le savent déjà. Et c'est tant mieux! Depuis plus d'un an et demi maintenant, nous avons, chacun d'entre nous, pu constater dans nos formations d'origine, que beaucoup de dirigeants tant à l'UMP, qu'au Nouveau Centre, au Parti Socialiste et chez les verts considèrent que le temps va vite venir où le peuple en aura assez de cette mascarade du pouvoir actuel qui gesticule, invective, détruit mais ne règle rien et met à bas, chaque jour un peu plus, les principes qui ont fait la force de notre Pays et son admiration de par le monde.

    Beaucoup dans toutes ces autres formations ont donc commencé très tôt à s'interroger, maintenant ils doutent. Beaucoup considèrent déjà que pour redonner un idéal de justice, de fraternité et de solidarité qui seul rouvrira à la France les portes de l'excellence, il faudra se résoudre à oublier aussi le jeu puéril et mystificateur qu'ils livrent encore à l'opinion entre la gauche et la droite. Beaucoup déjà sont convaincus que François Bayrou avait raison depuis longtemps lorsqu'il axait sa campagne sur une troisième voie alternative plus en phase avec l'évolution de la société du XXIème siècle et qu'il a raison lorsqu'il construit aujourd'hui un programme humaniste dépassant les clivages. Demain ces Républicains sincères, les uns après les autres, vont vouloir réagir. Nous les recensons depuis des mois, nous les connaissons. Nous saurons leur dire au moment opportun qu'ils ne sont pas seuls, isolés. Nous saurons les rapprocher.

    Il n'y a qu'à suivre les zélateurs du président chaque jour, à l'Assemblée comme au Sénat, rogner toujours plus d'avantages pour les plus faibles et préserver mordicus chaque privilège des puissants. Et ils ont l'audace, la morgue de venir parrader et donner des leçons sur tous les plateaux TV! Il y a quelque chose d'intolérable dans leurs manières de débauchés de se pavaner, sûrs qu'ils sont de leur "décomplexion" pour faire triompher l'inégalitaire! Les vrais Républicains eux, qu'ils se disent aujourd'hui de gauche comme de droite, le tolèrent de moins en moins. Demain ils s'insurgeront! Alors oui, ils conviennent déjà en privé que Bayrou avait raison dès le 10 mai 2007, lorsqu'il utilisait le terme de RESISTANCE. Car c'est bien de cela qu'il s'agit! Pour notre part, nous savions aussi, dès ce moment, que nous aurions très vite à étoffer le réseau, à plancher sur des argumentaires plus précis, à recenser puis rendre très clairement lisibles par tous toutes les bassesses auxquelles nous assistons. Ce blog nous a paru indispensable d'être conservé au delà de l'élection présidentielle à ce titre. Mais nous allons d'ores et déjà adopter au delà du net une tactique plus combative pour mener également des actions de commando. Ce commando Démocrate que Bayrou, il y a un an réclamait du MoDem, nous en serons sa branche de l'ombre!

    Parce que ça suffit!

     

  • Ils n'auront pas notre liberté d'être informés

    Nous ne pouvons que vous recommander un excellent post de Nelly nous donnant une bonne piqure de rappel sur ce qui est en train, peu à peu, de boulerser l'équilibre si laborieusement acquis depuis plus de 200 ans en matière de presse et d'information dans ce pays. A l'heure où il est de bon ton, sur les grands media, déjà acquis dans leurs structures dirigeantes, de se gargariser à longueur de journée sur les déboires d'un parti d'opposition, il est indispensable de rester mobilisés sur l'essentiel!

    .......

    «Toute personne, a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière.»

    Article 10 Convention Européenne des droits de l'homme...

    repris par Edwy Plenel qui présente la soirée de Mediapart et RSF ce soir au théâtre de la colline.

    La démocratie n'est rien sans l'information et l'éducation.

    Si l'information et l'éducation sont récupérées par des intérêts qui servent le pouvoir en place, la proposition de s'ouvrir au monde est biaisée, l'opinion est trompée et les prises de position répondent aux échos de la pensée unique.

    Si les grands groupes financiers récupèrent le monde de la presse, certains sujets seront tabou!

    Si les journalistes ne peuvent plus protéger leurs sources et doivent craindre des actions judiciaires, plus personne ne parle! cf. article de Rue 89.

    Quand l'AFP se fait accuser de censurer l'information par les autorités de la république, (ici), on veut nous faire croire que les journalistes et équipes de rédaction sont incapables d'indépendance et sont des agitateurs avant d'être des informateurs. Et que ce n'est donc pas à eux de juger ce qui doit ou non être diffusé.

    LIRE LA SUITE SUR LE BLOG DE NELLY >>> ICI