Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Parents, souhaitez-vous qu’on lâche des chiens dans les salles de cours de vos enfants?

Très précisément : Parents, vos enfants pourraient être des consommateurs de produits stupéfiants, alors dès la 4 ème, lâchons des chiens dans leur salle de cours et soumettons-les à une fouille au corps ! Voilà le message qui ressort d’une vague d’opérations hallucinantes.

 

 

chien anti-drogue.jpg

 

Nous en sommes tombés des nues ! Bien sûr nous savions que depuis quelques temps déjà la police ou la gendarmerie pouvait, à la demande du chef d’établissement, pénétrer l’enceinte d’un établissement. Nous imaginions que ce genre d’intervention était réservé à des cas graves de désordre manifeste, de dangers dus à une rixe, ou de la constatation d’un délit… mais pas à ce genre de descente policière plus susceptible de bouleverser pour longtemps les esprits que visiblement marquée de la moindre efficacité « préventive ».

 

Nous fûmes d’abord attirés par un commentaire sur le blog Orange-Rouge-Vert. Puis en cherchant la confirmation des faits mentionnés, nous avons découvert que le Web se faisait l’écho d’une pratique de plus en plus courante. Et Olivier Bonnet (plume de presse) dans un post du 25 novembre en dressait un premier inventaire « stupéfiant ». Il est aujourd’hui confirmé par de nombreux articles dans la presse régionale que des descentes plus que musclées de forces de l’ordre accompagnées de chiens se généralisent dans les établissements secondaires… pas à Neuilly néanmoins !...

 

Sous le prétexte en effet de « séances de prévention » contre la drogue, on fait irruption dans une classe, on somme les adolescents et les profs de ne pas bouger et on fait entrer un chien qui s’énerve sur certains cartables et sacs. Si le chien ne bronche pas, qu’à cela ne tienne : en fonction de la tête de l’élève on lui dit de sortir et on se livre à une fouille au corps digne d’un épisode de Cops ou Miami Vice. Et on s’acharne même quand on ne trouve rien.  «  On dirait qu’elle n’a pas de hash mais avec sa tête mieux vaut très bien vérifier! On ne sait jamais… »

 

Mais où sommes nous ?

 

Et les commentaires sur ces différents sites ou blogs n’en finissent plus d’évoquer des situations analogues… Une encore... on pourrait penser qu’il s’agit d’un dérapage ! Non là, ça se généralise ! Il y a donc une action concertée, voulue, décrétée coordonnée en ce sens !

 

maitres-chiens.jpg

 

Mais que cherche-t-on ? A faire peur ? A stigmatiser les gamins ? A montrer les gros bras de la force publique n’écoutant que son courage pour chasser du dealer jusque sous les pupitres ? Ne se rend-on pas compte qu’avec des méthodes de voyous, la République française est en train de se tirer une balle dans le pied ?

 

Alors qu’il faudrait sanctuariser l’école, on la fait investir de façon agressive de la sorte et on renvoie justement aux gamins l’image qu’après tout, justement, l’école c’est comme la rue ! Et bien non justement, l’école se doit de renvoyer à l’enfant une autre image que celle de la rue, celle d’un lieu fait pour la concorde, le savoir, le raisonnement pas la force et l’agression !

 

Comme l’écrit un syndicat enseignant : « La France voudrait créer des générations de rebelles aux représentants de la loi qu’elle ne s’y prendrait pas autrement… »

 

Nous ne reprendrons qu’un des multiples commentaires que nous vous invitons à lire sur les liens indiqués pour vous rendre compte de la dérive. C’est celui  de Agnès Maillard la blogueuse du petit journal de Nogaro en date du Samedi 29 novembre 2008 à 11:06 :

 

« Je ne crois pas trop à la vertu éducative de la peur du gendarme. Je crois encore moins qu’il soit souhaitable que les gosses pensent que les gendarmes sont les ennemis et non des gens chargés de protéger les citoyens. Et je ne pense pas non plus que la répression brutale soit la réponse adaptée à la consommation de drogue. Évidemment, comme il est a peu près interdit d’en parler autrement qu’en diabolisant, il est difficile d’éduquer sur la question des stupéfiants.

Personnellement, je respecte le code de la route, non pas parce que j’ai peur de prendre une prune, mais parce que j’ai compris que c’est une bonne façon d’éviter de prendre un arbre! »

 

A ce rythme là, en effet, l’école va droit dans l’arbre !

 

Car enfin soyons sérieux :

 

1°) Qu’on invite des représentants des forces de l’ordre dans les établissements ou qu’on organise des visites de gendarmeries pour sensibiliser les jeunes aux méfaits des stupéfiants et aux activités délictuelles annexes c’est plus que judicieux. Il y a même (nous en connaissons) d’excellents pédagogues dans les brigades spécialisées capables, sur la base d’exposés particulièrement documentés, de laisser dans les esprits des informations capitales qui pourront plus tard les sauver ou les convaincre de s’écarter de la drogue.

 

Mais qu’on monte sciemment de telles manœuvres d’intimidations spectaculaires est plus qu’improductif ! C’est, surtout si une enquête sérieuse démontrait la véracité des propos décrivant une ambiance pour le moins nauséabonde, un excès de pouvoir.

 

2°) Même si le chien renifle effectivement des traces de substances prohibées, qu’est-ce que cela signifie si on ne trouve rien sur lui ? Qu’il a été dans un lieu dans lequel il s’en consommait. Ses parents ? Des consommateurs dans une fête, un concert ?... Que cherche-t-on lorsqu’on interroge une gamine de 4 ème sur  les personnes qui vivent chez elle, sur son entourage ? Voudrait-on impressionner des ados pour qu’ils dénoncent leurs proches ?...

 

3°) Les grands et prestigieux établissements de l’ouest parisien ou du Quartier Latin vont-ils bientôt avoir le droit de goûter à de telles pratiques ? L’usage de stupéfiants exige des fonds. De nombreux rapports font état d’une particulière progression de la consommation de cannabis et de cocaïne chez les jeunes de milieux plutôt favorisés… La ministre de l’Intérieur envisage-t-elle de pourfendre les jeunes dealers partout ou bien… sa maternelle protection ne privilégie-t-elle que la province ? Statistiquement, PRAGMATIQUEMENT comme il est d’usage de le claironner dans les allées du pouvoir actuel, les résultats en matière de saisies seraient-ils aussi pitoyables qu’à Auch, Limoux ou Marciac ?

 

3°) Enfin, un point technique : Ces descentes se généralisent visiblement en milieu rural ou du moins dans de petites villes. Or la réaction d’un chien même spécialisé dans la recherche de stupéfiant est immédiate par exemple à une trace d’odeur de femelle en période de gestation. N’importe quel Maître-chien digne de ce nom confirmera ! Et il est d’autant plus statistiquement possible pour un gamin à la campagne d’être en contact avec qu’en ville.

 

classe.jpg

 

Cette dérive est stupide, contre-productive et un aveu de faiblesse de notre société ! François Bayrou, n’a pas varié sur le sujet de la présence de la police à l’école même lorsque l’électorat en 1996 le réclamait :« La collaboration de la police et de la justice au sein des établissements se fait lors des enquêtes et de la prévention. Je suis contre la présence de la police à l'école. La loi du plus fort n'est pas la loi de l'école, sinon, c'est une défaite ».

 

Et il poursuivait en s’opposant déjà à Sarkozy : «  "Sanctus", cela veut dire "inviolable", cela ne veut pas dire "saint". Le sanctuaire est un lieu qui doit être protégé même quand il y a la guerre autour. L'école est le lieu où la violence doit être bannie, le lieu où doit régner la loi du plus généreux, de l'éducation et de la transmission de la liberté. ». Il tint le même langage en 2005 en s’opposant au projet de Robien-Sarkozy en la matière et pendant la campagne de 2007 !

 

 

Commentaires

  • Mais c'est quoi ça????????????!!!!!!

    Mais c'est fou!!!!

    On rève!

  • Non, là ça va effectivement trop loin! et lorsqu'on lit les différents articles en liens, on voit que le(s) provi(s) justifient a posteriori parce qu'ils se sont fait piéger : On leur avait présenté une séance de prévention! Et la proc aussi justifie de telles méthodes???!!!

    Mais où est le temps d'une gendarmerie prôche des gens, respectée parce que juste?...

    Les gendarmes, qui sont en général plus mesurés doivent eux-aussi s'interroger sur l'instrumentalisation que les dirigeants de ce pays ont engagé sur leur corps.

  • Je viens de passer près d'une heure à lire ce billet et les liens qui s'y rapportent. Je suis scotché! Comme vous je ne comprends pas comment on peut justifier cela. Comme vous le dites, la prévention, même sur des jeunes gamins peut être faite autrement. Là, ce n'est plus de la prévention. C'est une opération de basse police stupide, contreproductive!

    Mon père était gendarme et jamais, à son époque, où circulaient déjà nombre de produits stupéfiants, il n'aurait participé à une telle mascarde! C'est révoltant!

    Je suis UMP maios là, trop c'est trop! Je rends ma carte! Pas pour adhérer au MoDem, mais pour protester sur une dérive qui s'illustre un peu trop depuis un an et demi!

  • RE VOL TANT!

  • à franck : Ouaih mais ton père, il avait, peut-être pas à faire à la racaille d'aujourd'hui?....

    Si on était intervenu avant, on en serait pas là!

    Maintenant les profs et les gauchos comme vous hurlent au scandale! Le scandale c'est de laisser se développer des zones de non-Droit. L'école ne doit pas y échapper! N'en déplaise à votre tartufffe de béarnais qui n'a rien fait sur ce point quand il était ministre de l'éducation!

  • @popol :
    Et voilà, vous avez bien appris votre leçon, popol! "Si on était intervenu avant" ... Parce que par le passé des agissements délictuels se sont multipliés, cela justifie qu'on prenne le risque de heurter des gamins de 13 ans, de singer les descentes de la DEA mais en se gardant bien de frapper dans les vrais lieux où celà ferait mal. On prend également le risque de déstabiliser et de jeter l'opprobre sur le corps de la gendarmerie en l'intrumentalisant de la sorte!

    Oui maintenant... tout est vraiment possible n'est-ce pas?

  • Dans aucune Démocratie d'Europe on ne voit ceci.
    La France n'est PLUS une Démocratie.

  • A rapprocher de la tentative d'Alliot-Marie de surveiller l'internet puisque ce genre d'info n'a pu se développer que grace aux blogs!

    http://www.ecrans.fr/Filtrage-pas-de-solution-mais-un,5831.html?xtor=RSS-450

  • @ Etoile66 :

    Et pas qu'en Europe!

    trouvé le commentaire suivant d'une québécoise sur le blog d'Agnes Maillard :

    Commentaire de louise
    Date Vendredi 28 novembre 2008 à 15:01

    bonjour je suis québécoise,j’ai lue sur un blog que je suis régulièrement ceci m’a améné sur ce site et lire vos commentaires me stupéfie autant que le fait des fouilles sur vos jeunes,je peux juste vous dire ceci JAMAIS ceci ne passerait chez nous je vous trouve très laxiste dans la protection de l’intégrité et des valeurs pour vos enfants ce directeur doit sortir ou ce sont vos enfants qui doivent sortir,quand on est rendu à accepter que les soi disant autorité mettent leurs sales pattes dans les culottes de vos enfants je crois qu’il est temps pour vous de vous réveiller.MOI lire ceci ce matin est pour moi une aberration encore pire que le vol bancaire des dits aussi élus,excusez ma colère mais j’essaie de préserver mes valeurs dans ces temps où ils essaient de nous les dissoudre.Merci et bonne chance.

  • J'ai fait le tour des commentaires sur les différents blogs référencés. C'est vraiment hallucinant!

    Mais bon sang, de deux chose l'une : Ou bien on fait de la prévention et dans ce cas effectivement, ainsi que vous l'écrivez, il n'y a pas lieu à ce type d'intervention!

    Ou bien il y a suspiscion et dans ce cas, le proviseur aurait pu demander aux maîtres-chiens d'intervenir en dehors de la présence des enfants (récré par exemple) et une discrète enquète en dehors de l'école pouvait être engagée!

    Mais là, on veut en effet faire du bruit! que ca choque! que les bon citoyens qui craignent leur ombre soient rassurés! D'autant que les résultats sont nuls visiblement!

    Comme, vous l'écrivez-vous même en commentaire sur l'un des blogs : A quand, en toute transparence une visite inopinée des mêmes gendarmes maîutres-chiens dans les salons de lieux moins sensibles pour voir le résultat... hein les salons de l'Elysée?????...

  • sur le site des echos : Le procureur de la République, Chantal Firmigier-Michel, a indiqué à la presse ne pas avoir été saisie "d'éventuelles irrégularités". "Les élèves ont peur de ces contrôles; ça crée de la bonne insécurité, satisfaisante à terme en matière de prévention", a ajouté la magistrate.

    Bonne insécurité!??????? Satisfaisante?!!!! Prévention?!!! Mais, elle prend quoi cette magistrate pour ne pas voir, ne pas entendre, ne rien comprendre?

  • Sur le site de libé :

    http://www.liberation.fr/societe/0601415-le-chien-s-est-acharne-sur-plusieurs-cartables


    enregistrement du principal de Marciac qui textuellement affirme "c'est une opération NATIONALE" et plus loin : "il y a une PROCEDURE, les enfants sortent" mais ensuite il n'a rien vu et ne sait pas s'il y a eu des fouilles!

    Dingue ça! donc, les Alcibiade, vous avez raison :

    - Des consignes nationales semblent donc données!
    - Le responsable d'Etablissement de Marciac, estime que tout est normal sans avoir pu constater de visu ce qu'il se passait! Il était fasciné par le toutou et il se fichait bien du sort des gamins sous sa responsabilité ou bien...
    - Puisque c'est NATIONAL. Youpi!!! la jeunesse neuilléenne va pouvoir y gouter aussi!

  • @alcibiade,
    Merci? Un énorme MERCI POUR LE TITRE.

  • Mais ... quoi ?..
    Il a toujours fallu des résistants.

  • @Marie-Laure : Jamais depuis 65 ans autant qu'aujourd'hui!

    "mais"... "pas des résistants d'opérette" (ref à la blogosphère modem) voulait-on ajouter... L'heure n'est peut-être plus à écrire simplement.

    En maquisards!

  • Je suis bien d'accord avec vous. C'est pour cela aussi que j'ai pris le large : le cocooning d'un parti ne permet pas d'aller au front et de parler clair. Ecrire n'est pas suffisant non plus je suis complètement d'accord. Il faut se lever et c'est bien que vous fassiez savoir que la vraie résistance doit commencer !

  • Je rajoute que vous avez mon mail si cela vous intéresse...

  • @Maie Laure : N'ayez crainte Marie-Laure, nous comptons bien faire appel à vos talents bientôt...

    Ad augusta per angusta

  • Je vous ai lu aujourd'hui sur un blog, un nouvel et énorme Merci, non pas pour moi, mais pour nos enfants, pour ceux qui ne sont pas d'accord avec certaines 'dérives' inadéquates et qui luttent avec les pauvres moyens dont ils disposent, et trop souvent peinent à se faire entendre correctement.

  • Voici un récit vraiment bizarre d'un professeur qui n'aime pas que l'on fasse la chasse à la drogue et aux trafiquants.

    "Idéologie dure", en quoi l'action des forces de l'ordre pour la santé publique, pour la moralité serait-elle une "idéologie", c'est plutôt ce misérable qui est victime d'une idéologie dure qu'il veut faire partager, aux frais du contribuable.

    En réalité, nous connaissons l'idéologie marxiste léniniste et les règles de l'agit-prop (selon la novlangue) qui ne sont que mensonges et manipulations.

    Voici le récit des gendarmes, qui sont eux habitué des procédures judiciaires et par conséquent habitués à une rigoureuse impartialité :

    Extraits du témoignage d’un gendarme responsable de l’intervention… «Le 17 novembre 2008, une recherche de produits stupéfiants est organisée. 18 classes, 14 gendarmes, 2 maîtres de chiens. Je suis responsable de ce contrôle. Lorsque nous entrons dans la classe de ce professeur, nous sommes 4 gendarmes et un chien. Nous avons été précédé du directeur de l’établissement qui rentre le premier et explique le but de la visite.

    Nous disons bonjour, nous attendons toujours la réponse du professeur. Nous indiquons comment nous allons opérer (…) A ce moment là, ce professeur ouvre la fenêtre et déclare : “En 50 ans de carrière je n’ai jamais vu çà, nous sommes dans un Etat policier “… Ce professeur à la cinquantaine. Nous refermons la fenêtre.

    Pendant toute la durée du contrôle, le professeur tourne le dos à la classe, regarde par la fenêtre, il ne verra rien de cette intervention proprement dite et il n’adressera à aucun moment la parole à qui que ce soit, même pas pour soi-disant défendre ses élèves.

    Le chien n’a agressé personne et n’a démoli aucun ordinateur ou vêtement. Il y a eu des fouilles/palpations de personnes qui ont été “marqués” par le chien avec leur accord.

    Aucune personne ne s’est retrouvée en caleçon. Lorsque les gendarmes ont quitté la classe, l’un d’eux a effectivement dit ” au revoir messieurs dames” mais il n’a jamais été dit “salut les filles”. Ce que le professeur oubli de dire, c’est que lorsque nous avons quitté sa classe il a dit aux élèves : “Ouvrez vite les fenêtres, ça pue “.

    Lors de ce contrôle, 6 étudiants ont été trouvés porteur de STUP, dont un avec 34 grammes et une petite balance électronique sur lui pour la revente.»


    Au lieu de se réjouir que le trafic de drogue dans "sa" classe subisse un coup d'arrêt, Poumirau cherche à se faire des copains comme il peut pour répandre sa propagande idéologique mortifère.

    Professeur Poumirau vous êtes payés avec l'argent des contribuables, vous n'avez pas le droit de vous opposer à la loi démocratique et à faire votre loi pro-trafiquants.

  • Didier,

    Vous avez du louper plusieurs développements de CES affaires... C'est vrai que la multiplications des sujets de controverses ne facilite pas la recherche...

    Il se trouve que le témoignage du gendarme que vous rapportez triomphalement, nous l'avons déjà commenté sur de nombreux blogs et ici même.

    1°) Il se rapporte à une autre opération comme il l'indique, celle du 17 novembre à Auch et non les évènements du 19 novembre à Marciac que nous relevons dans ce billet.

    2°) Encore heureux que certains gendarmes appliquent les consignes avec plus de retenues que d'autres en respectant ce qui a toujours fait l'honneur de leurs corps et son respect dans la population.

    3°) Le témoignage du gendarme est donc à opposer à celui du professeur pour l'opération de Auch. Vous conviendrez donc que (sauf à appliquer très administrativement... ce qui n'est pas votre culture nous n'en doutons pas) le principe de la primauté d'un titulaire de l'autorité assermenté, il convient donc de rechercher qui des deux dit l'exacte réalité en dehors de toute interprétation subjective...

    4°) L'opération d'Auch s'effectuait dans un centre de Formation Professionnelle (FPA) et s'adressait donc à des jeunes gens de plus de 16 ans. Celle de Marciac, intervenait dans un établissement avec des enfants de 12, 13 ou 14 ans. Alors certes, ces jeunes, que le pouvoir entend traiter sans différenciation avec les majeurs en matière pénale, AURAIENT PU être en possession de stupéfiants. Mais l'intervention s'est soldée par aucune prise! AUCUNE!

    5°) Dans tous les cas, ces opérations auraient très bien pu, s'il y avait effectivement suspicion, s'effectuer discrètement... pendant une pause par exemple, et être suivie d'une filature discrète hors des établissements; les saisies n'en auraient-elles pas été plus importantes? L'action des forces de l'ordre n'en aurait-elle pas été plus éfficace car, pour être encore plus exact que vous, Didier, l'opération d'Auch s'est soldée par une prise totale de 38 g dont 34 sur un seul individu. Toute la filière en amont pour cet individu est aujourd'hui alertée et force est de penser que l'action sur les vrais trafiquants, sans doute autrement plus déterminés, en est aujourd'hui altérée.

    6°) En évoquant votre allergie à "l'idéologie marxiste léniniste et [aux] règles de l'agit-prop" ici, vous avez du confondre Didier, vos fantasmes et la réalité. Comme vous, nous sommes tous conscients de l'aberration marxiste léniniste.

    7°) Enfin, nous vous incitons à relire nos propos qui ne font aucune place au laxisme. Comme vous, nous exigeons que les forces de l'ordre puissent se livrer à leurs missions. Simplement nous exigeons aussi qu'on (le pouvoir en place depuis déjà plusieurs années) cesse d'instrumentaliser ces mêmes forces de l'ordre! Les femmes et les hommes qui ont en charge la sécurité et la salubrité publiques sont de plus en plus nombreux à se plaindre qu'on les utilise trop souvent dans des buts de pure médiatisation politique alors que leur tâche est suffisament complexe. L'éfficacité de la prévention et de la répression s'en trouverait renforcée si les politiciens cessaient d'intervenir et laissaient agir les différents corps dans le respect de l'ordre républicain et des règles internationales de respect de la dignité humaine.

  • ,Posez vous plutôt la question au sujet des parents de cette jeune fille(Zoé), de savoir pourquoi le chien a" marqué "devant cette fille…..Ces chiens étant conditionnés pour marquer à des occasions bien précises et au lieu que ces parents s'ériges en victime, personnellement j’irais parler avec ma fille pour en connaître un peu plus sur ses fréquentations et ses habitudes lorsqu’il y a des fêtes avec les copains et les copines…
    Quant à la fouille, bien c’est une fouille, le but étant de trouver de la drogue éventuelle, dont on se doute très bien que nos gentils petits bambins ne la cache pas dans leur simple poche…Pratiquée par UNE fonctionnaire sur UNE élève, je n’y vois rien de choquant, surtout quand, je le rappelle, cette élève a été marqué par un chien spécialisé dans la détection de produits stupéfiants…tout le reste n'est que laxisme.

Les commentaires sont fermés.