Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Merci Jean-Pierre Jouyet

 

-Jean-Pierre_Jouyet.jpgSécrétaire d’Etat aux Affaires Européennes jusqu’à vendredi dernier, Monsieur Jouyet a eu un mérite colossal à nos yeux : avoir pu rattraper les gesticulations brutales du président auprès de nos partenaires européens. Grâce à lui, le pire fût évité. Il a su colmater le manque d’enthousiasme européen de départ de la sarkozie triomphante incarné par les propos et positions souvent blessants d’un Henri Guaino.

 

D’un naturel opposé au bling-bling du pouvoir actuel, Jean-Pierre Jouyet, tout en discrétion et en simplicité, a, par exemple, été fort utile pour rattraper le coup de l'Union pour la Méditerranée avec les Allemands comme il le fût sur l'adhésion de la Turquie à l'UE, ou les relations avec la Banque centrale européenne (BCE). Cet homme de dossier, ainsi que tout le monde le reconnaît, a été une vraie chance pour la présidence française et son expertise financière n’est pas pour rien dans l’inflexion des Conseils successifs liés à la crise économique.

 

Ce grand commis de l’Etat, ancien directeur du cabinet de Jacques Delors, lorsque ce dernier était président de la Commission européenne de 1991 à 1995, par sa connaissance des acteurs, des mécanismes et des grands enjeux de la construction européenne, a dû développer des trésors de diplomatie pour modérer les  excès sarkoziens d’autoritarisme et de nombrilisme durant la présidence française de l’Union. Nous espérons que son successeur, Bruno Le Maire aura le même talent et pourra retisser l’axe franco-allemand qui est le seul point sur lequel Jean-Pierre Jouyet, malgré tous ses efforts, n’aura pu tempérer le fond et la forme de l’antagonisme affiché par le pouvoir français.

 

Nous aurons l’occasion bientôt (nous avons patienté tout de même plus de 18 mois NDLR) d’exposer ici notre jugement sur les ministres du gouvernement Fillon. Monsieur Jouyet restera, en tout cas, dans le haut de notre classement avec Nathalie Kosciusko-Morizet, Hervé Novelli, Valérie Pécresse et (cela va surprendre nombre de nos lecteurs sans doute) Éric Woerth.

 

Vous ne serez pas surpris en revanche du peloton de queue de notre palmarès gouvernemental qui comprend Bernard Laporte, Roger Karoutchi et Rachida Dati

 

Nous souhaitons bon vent à Jean-Pierre Jouyet et le même succès dans ses nouvelles fonctions à la tête de l’AMF ! Mais nous disons aussi à ce GRACQUE… à bientôt en politique!

 

Liens utiles : le blog européen de Jean-Pierre Jouyet et portrait sur canal+

 

.

Commentaires

  • Eric Woerth? ezffectivement ça c'est une surprise!

Les commentaires sont fermés.