Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Entre le Cinéma et la TV, nous préférons le théâtre jeudi 5 février 2009 à 20 heures

    guignol sarko.JPGEt oui, et oui, Nicolas Sarkozy sera à la télé ce jeudi soir, c'est Le Figaro qui a vendu la mêche et Le Monde qui l'a relayée. L'article peut être lu en cliquant sur le lien suivant : ICI

    Il y a d'abord un détail croustillant : Grâce au président cathodique nous avons pris l'habitude d'avoir le Prime Time de France 2 à 20h35 depuis début 2009, mais comment va faire France 2 pour concilier journal de 20 heures et interview de Sarko ?

    Bonne question, n'est-ce pas ?

    Sur le reste, il y a longtemps que la confiance n'est plus là. Alors qu'attendre de cette interview ? Une rumeur de ce matin disait qu'un programme de plus de 1000 mesures allait être proposé aux Français.

    Est-ce bien sérieux ?

    Est-ce que les problèmes des français sont bien identifiés ?

    Nous en doutons et à dire vrai, il n'y a plus que la fin de cette expérience sarkoziste qui nous importe ?

    Mais...va t-il nous étonner ?

    A suivre !

  • Le président égotiste et son miroir, épisode 3

    bling S.JPGMiroir... gentil miroir... dis-moi qui est le plus grand président?" 

    Cela devient une série documentaire : Sortie hier du nouveau clip d'animation de Sylvain Delmé intitulé "Le Miroir - épisode 3". Une fois encore (rappel du précédent épisode), l'équipe de MIXUS met en plein dans le mille!

      

    Au programme cette semaine : Tempête et armée, Dati et pension (ouh la… ), Obama et Ségolène, Presse et valises (Ouh la la…), Manifs et anniversaire…

     

    Et en février, sortie du "Clip qui déchire 2". A suivre...

     

     

  • On était avec Marielle de Sarnez à la manif

    20090129 mds.JPGVoilà! Plusieurs d'entre nous étaient à la Bastille pour la manifestation de ce Jeudi 29 janvier 2009. Marielle de Sarnez était là aussi comme elle l'avait prévu.

    Hein? On est pas des pros de la photo? Bah non, nous par contre on est assez pros en matière de non-récupération politique d'une manif lancée par les organisations syndicales : aucune pancarte, aucune banderole, aucun autocollant! Pas le cas d'autres formations politiques qui pourtant s'étaient engagées en ce sens...

    Rappel de l'interview au Parisien de Marielle de Sarnez :

    François Bayrou a voté, hier mardi à l'Assemblée nationale, la motion de censure déposée par le PS. C'est officiel, le MoDem est-il entré dans l'opposition?

    Nous défendons des principes républicains, celui de la séparation des pouvoirs, justice-exécutif, ou encore celui de l'indépendance de l'audiovisuel public. Or nous avons le sentiment sur ces questions que Nicolas Sarkozy avec son extrême personnalisation du pouvoir porte atteinte aux libertés publiques. D'ailleurs sur ces sujets, dès le mois de décembre, François Bayrou avait soumis l'idée d'une motion de censure. Il est dans sa logique.

     

    Mardi, il n'empêche, vous avez voté avec la gauche..

    Et alors ? Nous votons en accord avec nos convictions. Au-delà des atteintes aux libertés publiques, il y a aussi ces milliards d'euros donnés aux banques sans réelles contreparties. Cette façon du gouvernement de réagir à la crise est choquante. Au minimum, dans cette période difficile, l'exécutif devait s'associer à la gouvernance des banques. Ce qui s'est fait en Grande-Bretagne et en Allemagne.

    Nicolas Sarkozy, selon vous, représente-t-il un risque d'atteinte aux libertés?

    Absolument. Il incarne une centralisation extrême de l'autorité. Avec lui, il n'y a pas de séparation des pouvoirs. Il ne veut pas de contre-pouvoirs. On le voit avec la suppression du juge d'instruction ou la nomination et la révocation par l'Elysée du président de l'audiovisuel public. Cela n'existe nulle part ailleurs en Europe.

    Le MoDem s'associe-t-il à la grève générale lancée par tous les syndicat, jeudi?

    Pour ma part, je manifesterai, comme citoyenne, et je pense que de très nombreux militants du Modem seront dans les cortèges. A l’image des Français qui vont se saisir de ce moment pour dire leur angoisse par rapport à la crise économique et sociale, mais aussi leur ras le bol. Ils veulent être respectés. Ils veulent être écoutés. Ils veulent plus de justice et plus d'équité de la part du pouvoir. Pour le moment, ce n'est pas le cas.

    Partagez-vous l'exaspération des Français?

    Oui. Il existe un décalage incroyable entre un pouvoir qui s'autocongratule et l'inquiétude croissante de tous les Français. Personne n'est aujourd'hui à l'abri.

    Nicolas Sarkozy dit comprendre l' "inquiétude" du pays mais il ne veut pas stopper les réformes. A-t-il raison?

    D’abord, il a calé sur de nombreuses réformes. Quant aux autres, elle sont souvent mal engagées, et trop souvent imposées par le sommet de l’Etat sans réel dialogue. Celle de l'Education nationale, par exemple. Au bout du compte, elle ne donne pas confiance aux enseignants et n'améliore pas le système éducatif. Ou encore celle de la suppression du juge d'instruction. Au final, la justice sera plus dépendante du pouvoir, et ceux qui auront les moyes financiers s’en sortiront mieux que les autres. Où est le progrès. Où est l’équité ?

    Entre le plan de relance du gouvernement et celui du PS où est celui du MoDem?

    On l'a mis sur la table il y a deux mois! C'est un plan de relance européen avec un grand emprunt de l’Union européenne, une politique de grands travaux , sans oublier une aide aux plus modestes. Reste le plus important. Dans ces temps difficiles , Il faut gouverner d'une façon juste et solidaire avec ceux qui souffrent le plus. Ce n'est pas le cas depuis dix-huit mois.

    Eric Besson à la direction de l'UMP, est-ce une preuve d'ouverture de la part du parti du président?

    Cela démontre au contraire les limites de l’ouverture version UMP ! Je constate d’ailleurs que Nicolas Sarkozy non content d'avoir les pleins pouvoirs sur la politique française ne veut rien lâcher de son emprise sur le parti qui l'a mené à l'Elysée. Il va même jusqu'à participer au conseil national de son parti! Aucun président de la République ne l'avait fait jusqu'à présent. Ce n'est pas la conception que je me fais de la fonction.

    Question incontournable: est-il normal qu'au XXI° siècle, en France, une tempête de vent plonge le quart de la France, le Sud-Ouest, dans la pagaille la plus complète? Ni eau, ni électricité...

    Non. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi en France on ne fait pas comme dans les autres pays européens l'enfouissement des lignes électriques. On est franchement en retard et ce n'est pas seulement une question de budget.