Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les nouvelles cibles de Monsieur Sarkozy : ces fainéantes de mères

 sarkozy.jpg

Après les enseignants, les chercheurs, les traders, l'omnipotentat s'attaque désormais aux futures mères.

 

Décidément il ne peut pas rester tranquille! Devant l'ensemble des associations familiales, hier, il a trouvé de nouveaux responsables à l'état de notre pays.

 

Prétendant vouloir répondre "aux nouvelles réalités familiales", l'hôte de l'Elysée a ouvert un nouveau champ de polémiques dans une période déjà si critique. Il entend en effet remettre en question le congé parental tel qu'il est utilisé jusqu'ici et son financement.

 

Souhaitant (comme à son habitude) une "réflexion sans tabou" (on sait ce que ce genre de préambule oratoire a couté au financement de France Télévision par exemple) il a annoncé avoir demandé au député UMP Yves Bur de faire des propositions "permettant de conforter le financement de notre politique familiale, tout en limitant son impact sur notre économie" et de préciser que les 30 milliards de cotisations patronales famille peuvent être pénalisantes pour la croissance et l'emploi"

 

En résumé donc, le congé parental est jugé trop long! L'emploi et l'économie sont victimes de ses mères fainéantes qui ne reviennent pas bosser cinq jours après la naissance de leurs enfants comme une exemplaire sarkozyste au gouvernement a montré que c'était possible. Sur ces deux points, même Boutin crie danger!

 

Si vraiment Monsieur Sarkozy souhaite détourner l'attention publique en lançant n'importe quel sujet d'affrontement on lui suggère (mais, nous sommes sûrs qu'au fond, cela fait partie de ces futurs jouets rhétoriques) les sujets suivants:

 

  • "Aucune étude n'est venue contredire depuis 150 ans que l'usage du fouet permet de meilleurs rendements dans les cadences de production; sans tabou, il conviendrait de laisser alors le choix aux employeurs des meilleures méthodes d'incitation pour leur personnel"

 

  • " Est-il normal, puisque les salariés français bénéficient au même titre que les employeurs des infrastructures et des outils de travail (machines et équipements) mais aussi de l'emploi que ces derniers leur accordent; ne faudrait-il pas, sans tabou, étudier tous les moyens permettant de faire participer financièrement ces salariés à l'investissement de l'outil de travail?"

 

  • "Personne ne nie la lenteur des délibérés des conseils de prud'hommes, pensez-vous que cette institution judiciaire a deux siècles!!! Le monde change. Sans tabou il faudrait penser supprimer un outil aussi inefficace qu'inutile" (Hein?... Ça c'est déjà en cours?...)

 

 

EDIT DU 15/02/2009 : Voir le billet détaillé de Marie-Laure

 

...

 

Ils en parlent aussi :
mrs clooney 
marc vasseur 
Trublyonne 
Hypos

Falconhill
Sarkobasta
bahbyCC  
Sarkofrance 
Laure Leforestier 
Du bord de ma fenêtre 

Christine Bellego


Nelly

Olympe 

Aurélien

Actu chomage

Mes coups de coeur
Emmanuelle Drevon

Brave Patrie

Nordenstar

 

.Lozère socialiste

 


Commentaires

  • C'est ballot pour lui, puisque l'Union Européenne vient d'allonger la durée du congé parental.

    La voix de la France ne serait-elle pas plutôt la voix du MEDEF?

  • Il faut quand même préciser un point, toutes les femmes et tous les hommes ne sont pas en mesure de prendre un congé parental. Car le père peut également demander un congé parental au même titre que la mère. Il est vrai que dans notre société judéo-chrétienne, les femmes sont plus nombreuses que leurs compagnons de route à demander cet aménagement et semblent plus "légitimes" dans cette démarche. Il faut savoir que l'entreprise peut en effet pâtir de cette situation, et je pense notamment aux PME ou TPE, mais il faut tout de même souligner que le congé parental n'est pas sans incidence sur les revenus du foyer puisque le demandeur percevra au maximum 552,11 euros par mois verses par la CAF sans contribution aucune de l'employeur. J'en profite pour rappeler les propos d'une ministre de l'actuel gouvernement, Valerie Pécresse, en 2007 alors député UMP des Yvelines : « il faut inciter les pères à partager le congé parental de leur conjointe ». Si je comprends bien ses propos, elle était même au bord de multiplier par 2 le congé parental.
    Le gouvernement devrait plutôt s'attaquer aux allocations familiales. Est-ce normal qu'un couple percevant un revenu mensuel de 15 000 euros avec 2 enfants perçoive le même montant d'allocations familiales qu'un couple qui dans la même configuration de foyer percevrait 3 500 euros de revenus mensuels ? Il faudrait enfin que l'on puisse allouer des allocations familiales au regard des revenus du foyer. Cela permettrait d'une part, de faire des économies et d'autre part, de verser plus aux foyers les plus modestes.

  • Et bien voilà ! A travers les quelques commentaires sur ce blog, on voit déjà la tournure que les débats pourraient prendre..Pourquoi vouloir agir sur un sujet à la fois périphérique et si sensible puisqu'il concerne le fragile équilibre des familles, des relations intimes entre parents, beaux-parents et enfants quand il y a déjà tant à faire et si peu de résultats positifs sur le plan économique et social ?

  • @Anne,

    "le congé parental n'est pas sans incidence sur le revenu du foyer"
    en effet, il faudrait donc plutôt AUGMENTER sa rémunération.
    "toutes les femmes et tous les hommes ne sont pas en mesure de prendre un congé parental", en effet, et c'est ça qui est dramatique, pour certains avoir un enfant et s'en occuper n'est qu'une baisse de revenus, pour d'autres c'est économiquement impossible.
    "les femmes sont plus nombreuses que les hommes à demander cet aménagement",
    est-ce que dans les sociétés non judéo-chrétiennes ce sont les hommes qui allaitent ?
    Ce que je sais c'est que dans la société capitaliste qui est la nôtre, ce sont les femmes qui ont les emplois les plus merdiques, ie ouvrières en 3-8, caissières en temps partiels imposés, standardistes harcelées, pour des smics rarement complets.
    "l'entreprise peut en effet pâtir de cette situation, et je pense notamment aux PME ou TPE", dans toutes les TPE que je connais, les relations sont très humaines et le patron (ou la patronne) fait au mieux et se réjouit avec le salarié qui a le bonheur d'avoir un enfant. Ce n'est d'ailleurs pas aux TPE que Sarko pense dans cette affaire.
    Pour suivre votre logique, les arrêts maladie, les jours fériés, les pauses pipi et les conventions sur l'ancienneté nuisent aussi à l'efficacité et au rendement, abrogeons-les...

  • Christine,

    Je pense que vous avez mal saisi la portée de mon commentaire. Je n'allais pas dans le sens de l'approbation de cette éventuelle remise en cause de cet acquis social bien au contraire.

    Lorsque je parle de société judéo-chrétienne, c'est pour dire qu'il y a encore du chemin a faire pour que tous les pères puissent avoir l'envie et l'idée de prendre un congé parental.

    Je souhaitais surtout souligner le fait que malheureusement, seule une minorité, peut se le permettre car l'allocation PAJE dispensée dans le cadre du congé parental est insignifiante.

    Pour finir, lorsque je parlais des PME et TPE, puisque si cet acquis était remis en cause, il le serait sans distinction pour tous les types d'entreprises, il est bien d'être objectif dans ses propos et de reconnaitre que le congé parental peut en effet revêtir des aspects gênants pour le patron d'une petite structure mais qui ne sont pas insurmontables.

    Je ne remets pas en cause cet acquis social BIEN AU CONTRAIRE, mais la route sera longue pour que toutes les femmes ne pâtissent pas, dans le monde du travail, de ce fabuleux statut de mère.

  • Comme le souligne Marie-Laure, voilà bien l'éternel problème avec celui que nous avons de plus en plus de mal à désigner ici par "président".

    A vouloir se mêler de tout n'importe comment,
    à toujours concevoir l'action politique comme un affrontement permanent,
    à sans cesse n'avoir aucune retenue dans ses propos, stigmatisant telle ou telle catégorie professionnelle ou sociale,
    il provoque, clive, l'opinion. Un climat d'hostilité systématique est ainsi entretenu par celui dont la charge devrait être au contraire de renforcer la concorde civile.

    La politique familiale mérite en effet une réflexion pour améliorer certains points. N'oublions tout de même pas que c'est sans doute notre politique de prestations familiales qui permet à la France d'être le seul pays d'Europe à présenter un taux de natalité lui évitant de connaître le vieillissement accéléré de sa population tel que l'Allemagne par exemple.

    En relisant les commentaires de Christine ou Anne, il nous apparaît évident que nombreux sont les points qui permettrait l'amélioration du système actuel sans toucher aux principes fondamentaux. Mais voilà la rupturologie permanente ne se contente pas de vouloir "améliorer". Non, il lui faut détruire d'abord. Tout raser. Pour ensuite... et bien, bricoler à la hâte un montage aussi inefficace qu'instable.

    C'est ainsi dans tous les domaines et c'est maladif!

    Le dernier chantier en date, celui de la recherche est l'exemple type du sabotage sarkozyste permanent. Tout le monde réclamait une mise à niveau de notre système de recherche. Des idées, propositions et pistes de travail avaient commencé à se manifester calmement et des points de convergence étaient déjà actés par les différents acteurs. Ne supportant pas de n'être pas "Celui qui" pouvait être à l'origine du changement, il s'empara du sujet. Il aura suffit de 90 minutes d'un discours de l'égocentré en chef pour briser toute chance de consensus tant il prit plaisir à heurter, dénigrer.

  • @ alcibiade: dans votre liste vous avez oublié ces "fainéants de chômeurs, de RMIstes, d'immigrés qui volent les allocations en tout genre des français, les policiers qui jouent au rugby avec les jeunes des quartiers..." et surtout ces fainéants de députés et de sénateurs qui ne viennent pas siéger pour cause de cumul et qui touchent leur indemnité sans rien faire: Gagner plus en travaillant moins en quelques sortes C'est d'ailleurs par là que Sarko aurait dû commencer sa traque aux fainéants ! Enfin, Copé, il n'est pas trop d'accord pour les sanctionner !

    @ tous: je vous invite à lire le rapport de Philippe Bas, ministre délégué en charge de la Sécurité sociale, des personnes âgées, des personnes handicapées et de la famille, publié en 2005 " Enjeux démographiques et accompagnement du désir d'enfant" qui préconisait la hausse de l'allocation à 70 % du salaire, limité entre 700 et 1000 euro contre à peine 360 euro actuellement. Avec une telle mesure, nous aurions moins besoin de place en crèche ! L'Education, ça commence dès la petite enfance.
    Mais en France, les rapports ne servent pas à grand chose sauf à donner du travail aux haut fonctionnaires. D'ailleurs Sarko, il faut qu'il nous explique comment il va donner du travail à ces fainéantes de mères alors qu'on annonce 1 million de chômeurs supplémentaires dans les 18 prochains mois ? A ces fainéants de patrons qui ne donnent pas de travail aux petits français !!!

  • Et ça buzze dans tous les sens...

    Méfions-nous des non-dits : il ne s'agit pas seulement de scandale de politique familiale...

    On commence à amorcer les notions de "formation", de "carrière"... à quelques semaines d'un débat qui s'annonce serré sur la réforme de la formation professionnelle..

    L'idée de parcours personnel est traité là comme handicapé par la maternité et la formation comme une réponse au handicap... Danger supplémentaire... Grrrrr

  • La suite du buzz Rachida mère de famille, je crois avoir pourtant prévenu: travail, famille, patrie ...

  • @Marie-Laure,
    Votre analyse est légère, sans compter les 'aneries' bon vent!!

  • Depuis quand le congé parental est-il réservé aux mères ? Et puis, il n'existe pas que le congé parental, le temps partiel parental existe aussi.

    Il faudra qu'un jour, on s'intéresse aux discrimination homme femme en matière de congé parental, de moyenne et de longue durée en particulier.

    Pourquoi la loi ne garantirait-elle pas aux deux parents de pouvoir choisir, en obligeant à partager les congés parentaux par exemple ou en octroyant à chacun des deux un droit non récupérable par l'autre ?

    Il serait temps que cesse cette discrimination systématique où ce sont les pères qui privilégient statistiquement leurs parcours professionnels et les mères qui s'adaptent comme elles peuvent.

    Chacun des deux (le père comme la mère) devrait pouvoir choisir librement le point d'équilibre entre son parcours professionnel et l'accueil d'un nouveau-né, sans déléguer cette responsabilité à l'autre car en bout de course, ce sont des discriminations professionnelles entre les hommes et les femmes.

  • @ Pierre s : Vous n'avez pas tort. Mais ici Sarkozy ne fait pas vraiment dans le distinguo; il souhaite juste que le congé soit plus court pour la rentabilité des entreprises.

    trouvé sur "Mes coups de coeur" (voir lien en bas du billet) la formule :

    "Pour “gagner” du temps, les femmes devraient peut-être accoucher sur leur lieu de travail !"

  • J'ai fait un article plus informatif ce matin pour éviter justement les amalgames trop nombreux et les raccourcis "dangereux".
    Le buzz est de plus en plus musclé. Je ne pense pas que son discours reste sans conséquences. Avez-vous vu la séquence sur les assistantes maternelles ? Cela aussi mériterait un article :(

  • @Marie-Laure,
    J'ai lu, nettement meilleur que je premier jet.
    Les assistantes maternelles, là aussi beaucoup d'hypocrisie...Qui donne les agréments?

  • @ Alcibiade :

    Bon bon... Mais confondre congé parental et congé de maternité, est-ce que ça va faire avancer le schmilblick ?

    Voir l'illustration sur le blog de Laure L par ex

  • @Pierre,
    Vous avez raison de souligner certains points, il y a eu récemment 'rattrapage ' de la discrimination salariale Hommes/Femmes, donc attention sur ce terrain...
    Congès parental et maternité sont bien évidemment deux choses très différentes.

Les commentaires sont fermés.