Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gauche - Page 2

  • Carton orange pour un Coup de chapeau

    La semaine dernière, nous n'avons pas trouvé matière à décerner nos hebdomadaires "cartons orange" en guise de coup de chapeau pour ceux qui, quelque soient leur bord politique restent modérés et se gardent de l'invective et des anathèmes pendant cette campagne. Rappelons que nous avons au cours des semaines précédentes attribué ces cartons orange à des personnalités du PS (P. Moscovici par exemple) ou de l'UMP (A. Lamassoure par exemple).

    medium_rocard.jpgBien sûr cette semaine (et nous y pensions depuis longtemps), nous attribuons un carton orange à Michel Rocard qui vient de s’exprimer publiquement en rappelant que les sociaux démocrates de gauche et le centre de François Bayrou ne sont pas éloignés sur les points fondamentaux de l’emploi, du logement, de la défense de la laïcité et du rassemblement des français plutôt que leur division perpétuelle !

    LES ANCIENNES LIGNES DE DEMARCATION SONT EN TRAIN DE S’EFFONDRER

    Concernant la proposition de l'ancien Premier ministre qui estime indispensable que les deux candidats "travaillent ensemble » et qu’une alliance soit annoncée avant le premier tour, François Bayrou a maintes fois pu s’engager à faire travailler ensemble même au-delà des personnalités (et non des partis CQFD) venues de la gauche, du centre, mais ceux qui, républicains, modérés et progressistes au sein  des rangs de l’UMP actuelle s’inquiètent d’une dérive vers une Droite extrême et des écologistes pragmatiques!

     

    medium_bayrou_rocard_barnier.jpg

     Michel Rocard, Michel Barnier et François Bayrou

     ensemble lors de la dernière université d'été de l'UDF

    La réponse immédiate de François Hollande « Il n'y a pas d'alliance concevable » est caractéristique d’un leader d’appareil.

    L’initiative de Michel Rocard montre la convergence possible des énergies ! Elle montre qu’il y a des choses qui bougent ! Que des personnalités sont capables de dépasser les clivages ! Tant mieux !

    Michel Rocard a précisé qu'il "travaillait" à cette "convergence". "Je ne cherche pas à affaiblir mon camp, mais à le faire gagner", a ajouté l'ancien Premier ministre. "Si le PS français choisissait clairement une ligne réformiste et progressive, en acceptant de gouverner en coalition, en ne promettant que ce qu´il est sûr de pouvoir faire, et en sachant piloter l´économie, il n´y aucune raison qu´il ne retrouve pas l´audience considérable des grands partis sociaux-démocrates en Scandinavie, en Allemagne, ou même en Angleterre".

    - IL NE DOIT PAS Y AVOIR DE TRACTATIONS ENTRE LES APPAREILS !

     

    Ce n'est pas ce que demandent les français pour lesquels les appareils et apparaitchiks de tous bords sont discrédités.

     - IL DOIT Y AVOIR DES ENGAGEMENTS CLAIRS COMME CELUI ANNONCE MAINTES FOIS PAR FRANCOIS BAYROU QUE DEMAIN LES PROGRESSISTES DE TOUS BORDS ET DE LA SOCIETE CIVILE S’ENGAGENT A TRAVAILLER ENSEMBLE POUR LE BIEN DU PAYS !

  • La gauche crie, l’UMP aboie, et François Bayrou avance !

    medium_convaincre.2.jpg

    A près l'annonce du montant des indemnités versées à Noël Forgeard depuis son départ d'EADS, François Bayrou a annoncé mercredi 11 avril à Tours (Indre-et-Loire) qu'il ferait voter "une loi de moralisation économique" lorsqu’il sera élu.
    "Il n'y a pas un jour sans qu'on apprenne des informations troublantes sur la manière dont les hauts dirigeants d'entreprise se voient attribuer des sommes incroyables, qu'aucun salarié ne peut même imaginer dans ses rêves les plus fous. Il n'est plus possible de voir se multiplier les scandales, les indemnités qui peuvent atteindre des millions d'euros ».
    "Cela choque infiniment et nuit à l'image de l'entreprise", a-t-il déploré, avant de préciser: "cette loi obligera à la transparence dans la vie économique, à la prise de décision en assemblée générale, au lieu d'avoir ce capitalisme de connivence, d'opacité où tout se décide au sein d'un petit groupe".
    François Bayrou a estimé que "beaucoup de chefs de grandes entreprises n'acceptent pas encore cette idée" mais "ils se trompent car ce qui est en train de se passer nuit considérablement à l'image de l'entreprise". "Il faut que l'Etat fasse ce qu'il faut pour que la vie économique de notre pays ne soit plus ainsi constamment soupçonnée", a-t-il conclu !

     

    Notons que tous les patrons de PME s’indignent de leur coté de telle disproportion et de l’amalgame facheux qui les assimilent à ce types de « profiteurs »

    N'en déplaise au PS qui a été sans réaction à ce sujet quand il était au pouvoir car ce parti, en tant que parti, a mis un mouchoir  sur son idéal depuis fort longtemps et n'en déplaise au PC également en tant que Parti, qui a participé 5 années durant au gouvernement Jospin !

    N’en déplaise également au candidat de l’UMP qui s’est lancé hier dans une des diatribes dont il a le secret en caricaturant la position de François Bayrou (voir ici article du nouvel obs) comme gauchiste !

    François BAYROU s'avance sur un terrain, lui centriste, sur lequel ces messieurs dames se sont bien gardés de FAIRE quoi que ce soit.

  • Ni gauchiste comme aimerait le caricaturer le candidat UMP, ni de droite comme le martèle la candidate PS, François Bayrou se définit lui-même "Profondément révolutionnaire"! Explications :

    Dans un long entretien donné à isubway (voir l’intégralité ici), François Bayrou, après avoir proclamé une nouvelle fois sa conviction dans la volonté d'Europe chez les français, a tenu à livrer sa conception de la République.

     

    medium_interview_FB_isubway.3.JPG

    Question Isubway :le mot « résistance » revient régulièrement dans votre discours, vous en appelez au tiers état… Vous êtes bien candidat à la présidentielle ?? Ce n’est pas un poste qui a été occupé par beaucoup de « révolutionnaires »…

    Réponse François Bayrou : La révolution ce n’est pas la caricature de la Terreur. La grande leçon de 1789 c’est l’abolition des privilèges, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et la mise en œuvre, pour la première fois dans notre histoire, du régime représentatif qui veut dire que la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants. De ce point de vue, je suis profondément révolutionnaire, tout simplement parce que cette leçon a été désapprise ! La 6ème République, c’est le retour aux principes fondateurs, c’est la nécessité de défendre la démocratie, l’équilibre des pouvoirs, la responsabilité politique, les droits du Parlement contre les dérives du pouvoir absolu, secondé sur des forteresses financières et médiatiques. Le peuple Français est profondément méprisé, on ne l’écoute plus et quand viennent les élections, on lui promet sans compter tout et son contraire, on se moque profondément de lui. Et on voudrait que je m’abstienne de me révolter ! L’écrivain Pascal Quignard a dit une chose très juste sur la question politique. Il a dit qu’elle était unique : « prévoir le passé qui guette ». Nous en sommes là.

    medium_isubway.2.JPG