Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

immigration - co-développement

  • Résistance constructive! Non aux députés-robots!

    Nous voulons ici garder l'extrait du discours d'hier de François Bayrou le plus poignant. C'est celui pendant lequel il évoque la position des élus UDF qui ont signé une "charte" pour bénéficier de l'étiquette "majorité présidentielle".


    François Bayrou.
    Uploaded by UDF

    Cette charte, imposée par l'UMP les engage sur quatre points :

    - Le premier peut encore se comprendre c'est : "Je voterai la confiance au Gouvernement qui se présentera à l'Assemblée Nationale".

    - Le deuxième c'est : "Je ne voterai jamais la censure". Or un député digne de ce nom ne peut pas s'engager à ne jamais voter la censure, parce qu'il peut y avoir des circonstances graves pour le pays dans lesquelles il considère que c'est son devoir de voter la censure. Le nier à l'avance ainsi c'est trahir le mandat qui est confié à un député.

    - Les troisième et quatrième engagements disent, à eux seul, l'allégeance dans laquelle il faut s'engager, puisque le troisième et quatrième engagements, c'est : "Je m'engage à voter tous les budgets qui seront présentés à l'Assemblée Nationale et tous les budgets de la Sécurité Sociale qui seront présentées à l'Assemblée Nationale".

    Comment peut-on être un député digne de ce nom, si on est lié par un engagement d'avoir, à l'avance, à voter le budget et le budget de la Sécurité Sociale ?!...

    On demande donc aux candidats pour bénéficier de l'appelation "majorité présidentielle" d'être des robots!

    Cela en dit long sur les pratiques à venir... Les citoyens vont-ils voter pour des robots?

     

  • Diabolisation? Mais Qui parle de « liquider » 68, de « nettoyer au kärcher », de « moutons égorgés dans les baignoires », de se débarrasser des « racailles » ?

    Qui parle de "petites connivences dans un grand hotel", de « liquider » 68, de « nettoyer au kärcher », de « moutons égorgés dans les baignoires », de se débarrasser des « racailles » ?

    C’est décidemment un autre des tics du candidat de l’UMP que d’utiliser un vocabulaire blessant !

    medium_medium_sarkozy_et_ses_doigts.jpg

    Dimanche dernier en effet lors de son show à Bercy, le spécialiste de l’affrontement permanent cherchait manifestement de nouveaux boucs émissaires :

    • après les jeunes des banlieues groupés forcément en « bandes organisées », « multirécidivistes » et répondants aux ordres des « barbus » (voir le reportage ci-dessous)
    • après la banque centrale européenne, responsable forcément des difficultés de la balance commerciale française et si pratique à montrer du doigt,
    • après les fonctionnaires surnuméraires dont il ne renouvellerait qu’un poste sur deux après départ en retraites pour « retrouver le niveau de 1992 alors que depuis la France compte près de 10 millions d’habitants supplémentaire et qu’entre autre la natalité était en chute libre en 92 alors qu’aujourd’hui celle-ci est la deuxième d’Europe, que le nombre de personnes âgées dépendantes dans l’intervalle a considérablement augmenté et qu’on prévoit une hausse de 1,4% tous les ans pendant les dix prochaines années,
    • après les rmistes et les chômeurs de longue durée qui sont forcément différents de « ceux qui se lèvent tôt »,
    • après enfin tous ces « fainéants » qui refusent « de travailler plus pour gagner plus » en faisant un maximum d’heures supplémentaires,

    la rhétorique du candidat avait besoin de nouvelles « têtes de turcs » (voir à ce propos ici comment cet homme responsable définit la communauté turque en France).

    Quoi de plus simple que de désigner à la vindicte populaire cette décadence « soixante-huitarde » qui « persiste dans un certain milieu » (sans doute intellectuel) ?

    Quoi de plus simple que de ressortir un débat qui est clos depuis des lustres puisque plus personne ne se revendique plus vraiment de 68 sauf en nostalgie d’un temps ou la modernisation de la société était synonyme d’espoir et qui a d’ailleurs permis l’émergence d’idées progressistes telles que la participation et la « Nouvelle Société » de Jacques Chaban-Delmas ! Ce n’était pas un dangereux activiste à ce que l’on sache !

    A quand le tour de ceux qui le martyrisent tant, les journalistes bien sûr qui avaient un peu plus de déférence envers le pouvoir avant 68 ? Voici à ce propos la troisième partie d’un documentaire particulièrement référencé :

     

     

    En fait, ce candidat est un agitateur au sens soixante-huitard du mot. Sa technique d’occupation permanente du débat politique repose sur la « technique  rhétorique de la litote ». Il s’agit d’asséner une lapalissade à laquelle votre cerveau convient que c’est la logique la plus élémentaire. Une fois cela fait, le cerveau qui reçoit le discours est préparé pour entendre même une énormité. C’est là qu’on enfonce un pieu en stigmatisant, en attisant la haine éventuellement ou en caricaturant grossièrement le contradicteur. Le procédé est connu et a été développé par les experts et conseillers en communication des... neo-conservateurs américains depuis 1988. Nous y reviendrons…

     

    Maintenant imaginez le président et responsable des relations internationales de la France!...

  • Le Mouvement Alcibiade pour Bayrou se prononce pour le second tour !

    medium_359px-Bust_Alcibiades_Musei_Capitolini_MC1160.jpgRappelons le, le Mouvement Alcibiade pour Bayrou regroupe depuis le début de cette campagne électorale d’anciens militants et d’anciens responsables gaullistes, socialistes, radicaux, du MJS, des Jeunes Giscardiens, du PR et des Verts . Tous aujourd'hui sans appartenance politique, se retrouvent dans les valeurs et le projet de François Bayrou!

    Rappelons également que depuis le début de la campagne sur ce blog, nous avons tenu à être aussi objectifs que possible : Nous n’avons jamais préjuger des qualités personnelles d’aucuns des autres candidats. Nous avons tenu chaque fois que cela se manifestait à dire haut et fort ce qui, dans les propos d’acteurs politiques de toutes tendances, participait à la dignité de l’enjeux pour les 5 prochaines années pour notre pays et sans doute au-delà (cf nos coups de chapeau à des gens aussi différents qu’Alain Lamassoure (UMP), Pierre Moscovici (PS), Gabriel Cohn-Bendit (verts), Jean-François Probst (UMP), Michel Sapin (PS), Frédéric NIHOUS (CNPT)et Michel Rocard (PS) chaque fois que leurs propos étaient mesurés et constructifs) !

    medium_urne2.jpg

    Rappelons enfin que François Bayrou à cette heure n’a donné aucune consigne de vote et n’a pas encore décidé ce qu’il allait voter et s’il ferait part de son vote personnel publiquement !

    Jusqu’à ce jour, envers Madame Royal, nous avions accepté le préalable qu’elle était aussi capable que d’autre d’exercer la fonction contrairement à ceux qui l’ont attaquée sur sa prétendue incompétence technique sur les dossiers.

    Jusqu’à ce jour, envers Monsieur Sarkozy, nous avions accepté le préalable qu’il avait changé comme il l’a dit à la porte de Versailles le 14 janvier 2007. Qu’il était donc capable de mesure et de respect de ceux qui ne pensent pas comme lui.

    Aujourd’hui, nous avons envers les deux projets présidentiels qui seront présentés aux français le 6 mai, les mêmes réticences que celles de François Bayrou et que celles des millions de français au-delà des 6 857 000 qui ont voté pour lui.

    Mais force est de constater que malgré toutes les bonnes volontés, tout le crédit a priori qu’on pouvait accorder à sa volonté affichée de changement, nous avons, tout au long de cette campagne vu le comportement, les actes, les propos de Monsieur Sarkozy (si souvent différents selon qu’il se trouve tel « un agneau blessé» sur les plateaux TV ou qu’il vocifère, menace, se livre à des caricatures grossières sur les meetings ou au détour de « petites phrases assassines »).

    Force est de constater aujourd’hui que Monsieur Sarkozy menace, invective, ment, triche !

    Sa dernière sortie en date concernant le débat entre Madame Royal et François Bayrou ( voir ici) nous conduit logiquement à prendre parti pour un vote blanc (ou orange en l’occurrence) ou un vote Royal ! En tout cas à ne pas voter Nicolas Sarkozy !

    medium_tout_est_possible.JPG

    Une fois de plus, Monsieur Sarkozy croit utile de faire un calembour douteux en parlant de « combines dans un grand hôtel parisien »

    Monsieur Sarkozy n'a rien appris! Monsieur Sarkozy ne changera jamais! Le mépris affiché une fois de plus alors que lui-même a été invité a débattre par Bayrou!

    Qui débauche les élus?

    Qui a demandé à rencontrer Bayrou à huis-clos?

    Qui veut passer des accords électoraux avec les seuls élus UDF?

    Qui refuse systématiquement les débats publics au premier tour?

    Ceux qui parmi nous ont toujours voté à droite ont honte de son attitude! Cette fois trop c'est trop!

    En se conduisant de la sorte Monsieur Sarkozy ne se rend-il compte qu'il adresse un message de mépris à tous ceux qui ont voté autrement que pour lui? Jamais Pompidou, Giscard, Balladur, Barre ou Chirac n’auraient usé de telles méthodes !

    medium_sarkooff.2.jpg

    Décidemment, nous ne voterons pas Sarkozy! Nous ne confierons pas les clefs à ce genre d'adepte de méthodes du passé! Qu'il continue ainsi, et au lieu de voter blanc, beaucoup de ceux qui sont à droite, scandalisés par cet obscurantiste qui prétend pouvoir diriger la France finiront même par voter Royal!

    La droite modérée et efficace ne tarderait pas, si ce Monsieur devenait Président, à s’en mordre les doigts ! On ne peut imposer la loi du silence longtemps ! Les langues se délieront forcément !

    Mais au-delà, l’inefficacité patente (cf ses bilans ministériels de 1993 à 1995, de 2002 à 2007 ici) dont il est passé maître au profit de la gesticulation et de l’ultra personnalisation médiatique nuira au travail de redressement nécessaire au pays et atomiserait les efforts de ministres de qualité ! Monsieur Jean-François Copé comme Monsieur Borloo, Monsieur Bertrand, Monsieur Larcher par exemple ne tarderaient pas à se faire marginaliser parce que trop dangereux pour lui-même ou plus éfficaces que lui !