Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Corse

  • Nicolas SARKOZY ne sait pas quoi faire pour ses amis

    Info Europe 1 de ce matin, Dominique ROSSI, directeur de Cabinet du Préfet Adjoint de Corse, l'homme qui supervisait les forces de police et de gendarmerie de l'ile de beauté, vient d'être relevé de ses fonctions.

    Il paie l'occupation pendant 1 heure samedi de la villa de Christian Clavier, l'ami de qui vous savez, par une cinquantaine de manifestants autonomistes qui protestaient contre la " spoliation foncière des corses ".

    Au-delà des problèmes locaux, plus politiques que policiers sur ce dossier précis, il est scandaleux qu'une "pièce essentielle" de la sécurité dans l'Ile soit congédiée parce que la villa envahie appartenait à un ami du Président de la République.

    Une nouvelle fois, c'est la preuve que le président cathodique n'est pas le garant de l'état impartial. Le communiqué de l'Elysée qui expliquera que la villa de Christian Clavier n'a rien à voir avec cette décision, ne changera pas notre avis.

    Les Français ont besoin d'un Etat impartial dans lequel ils peuvent avoir confiance.

  • François Bayrou en Corse

    François Bayrou était en déplacement en Corse le 6 avril. L'accueil des insulaires fut sympathique. Le soleil était aussi présent pour apporter sa chaleur au candidat à la présidentielle. Il a confirmé sur l'île de beauté qu'il fallait en priorité un retour à l'apaisement, et que les méthodes à employer étaient le contraire de ce qui crée le désordre actuellement : "la multiplication des effectifs policiers".

    medium_FB_corse.jpg

     

    A peine arrivé à Bastia, François Bayrou a parcouru le célèbre cours Saint-Nicolas et reçu un accueil chaleureux des centaines de personnes qui goûtaient les premiers rayons du soleil de printemps.

    Pressé de questions par les nombreux journalistes, François Bayrou a réaffirmé qu'à ses yeux le rétablissement de l'ordre en France et le retour à la sérénité passaient avant tout par un apaisement des esprits. "L'ordre, ce n'est pas la multiplication des effectifs policiers ni l'excitation des uns et des autres pour mieux faire apparaître les différences. Ça, c'est le désordre assuré et garanti et c'est une attitude dangereuse" s'est-il exclamé.

    Interrogé par la presse locale quant à l'habitude des élus de l'île de cumuler les mandats politiques, François Bayrou a réitéré son choix d'imposer qu'un député élu ne puisse exercer une autre fonction exécutive. "C'est indispensable pour le bon fonctionnement de la démocratie" a-t-il conclu.

    Après une brève visite de la chapelle Saint-Michel, François Bayrou a tenu une réunion amicale en plein air sur le petit port de Solenzara. Au soir tombant, devant les habitants de la cité balnéaire et en présence du député-maire Emile Zuccarelli, François Bayrou a exposé la voie nouvelle qu'il proposait au pays : rassembler les femmes et les hommes de France, oubliant pour un temps leur étiquette politique d'origine, pour qu'ensemble ils reconstruisent le pays. "Jamais notre pays n'a traversé de crise plus sérieuse depuis des décennies" a-t-il souligné.

    Il a enfin rappelé à Solenzara son engagement de faire ratifier par la France la charte européenne de protection des langages et cultures régionales minoritaires, un texte attendu par les Corses depuis des années.