Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Démocrates

  • Il va la voir et en tenir compte de la grève générale?

     

    sarkozy ridicule.JPG

    Le président de la République a encore cru spirituel, la semaine dernière, de lâcher une nouvelle vantardise dont il a le secret : "J'écoute mais je n'en tiens pas compte". Tout le monde se souvient de sa désormais célèbre tirade, l'an dernier, devant un parterre d'inféodés de l'UMP : "Désormais, quand il y a une grève en France, personne ne le remarque".

     

    Et bien, le président qui aura le plus divisé les catégories de français de toute la cinquième République aurait mieux fait de se taire et d'adopter pour une fois une modestie dont il est bien incapable!

     

    grèves.jpg

     

    Au delà des gesticulations en guise de rideau de fumée concernant le plan de relance de l'économie, le climat politique instauré depuis le 6mai 2007 est si détestable qu'il ne peut permettre aujourd'hui de rassembler les français dans une démarche constructive parce qu'ils ne croient plus le pouvoir!

     

    De plus en plus de nos compatriotes comprennent en effet aujourd'hui que les oripeaux de la rupture et des réformes n'étaient que de leurres grossiers aux seuls profits de l'ego surdimensionné d'un homme et des intérêts particuliers qui l'ont aidé dans sa quête du pouvoir.

     

    De quelque coté que l'on regarde depuis 19 mois, rien n'est fait pour rassembler, rassurer, dialoguer ou résoudre les handicaps que tous les gouvernements de gauche comme de droite avaient accumulés depuis 1997 sur le dos des français.

     

    Justice, Media, Cohésion Sociale, Laïcité, Dynamisme Economique, Pouvoir d'achat, Santé, Recherche ou Education, tout a été fait depuis 19 mois pour enterrer la concorde civile, pour privilégier aveuglément ceux qui étaient déjà puissants et accroitre les inégalités!

     

    Le Mouvement Alcibiade s'associera donc à la grève générale de demain jeudi 29 janvier 2009, parce que non-content de s'enfoncer dans l'erreur coupable, le pouvoir actuel a décidé de s'enfermer dans l'autisme et de passer en force, à la hussarde.

     

    Les appels indignés se multiplient sans que les zélés propagandistes de la Sarkozie ne daignent jamais s'attacher vraiment à comprendre et écouter l'indignation générale, sûrs qu'il sont de leur puissance décomplexée.

     

    Ainsi, au-delà de la grève générale du 29 janvier, nous serons

    - le 30 janvier au théâtre du Chatelet pour l'appel des six (voir ci-dessous)

    - et le 31 janvier lors du rassemblement de l'appel des appels signé déjà par plus de 40 000 professionnels.

     

    appel 28 janvier 2009.JPG

     

    Nous rappelons entre autres :

     

    appel14022008.jpgL'appel de Marianne pour la vigilance républicaine :

     

    "Les soussignés se réclament de sensibilités très diverses, et ils ont sur un certain nombre de sujets importants des positions très différentes, mais ils ont malgré tout en commun un certain nombre de convictions et de valeurs qu'ils entendent réaffirmer.

    - Leur attachement au principe républicain et, en conséquence, leur refus de toute dérive vers une forme de pouvoir purement personnel confinant à la monarchie élective.

    - Leur attachement aux fondamentaux d'une laïcité ferme et tolérante, gage de la paix civile.

    - Leur attachement à l'indépendance de la presse et au pluralisme de l'information.

    - Leur attachement aux grandes options qui ont guidé, depuis cinquante ans, au-delà des clivages partisans, une politique étrangère digne, attachée à la défense du droit des peuples et soucieuse de préserver l'indépendance nationale et de construire une Europe propre à relever les défis du XXI° siècle.

    Au-delà de leurs divergences, les soussignés tiennent à rappeler leur engagement à défendre, séparément ou ensemble, ces impératifs, comme toujours cela fut fait au cours de l'Histoire de la République."

     

    Premier signataires:

    Pierre Lefranc, ancien chef de cabinet du Général de Gaulle

    Dominique de Villepin, ancien Premier ministre

    Ségolène Royal, ancien ministre, Présidente de la région Poitou-Charentes

    François Bayrou, ancien ministre, député des Pyrénées-Atmantiques

    Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre

    Corinne Lepage, ancien ministre

    Nicolas Dupont-AIgnan, député de l'Essonne

    Bertrand Delanoë, maire de Paris

    Maurice Leroy, député de Loir-et-Cher

    Nöel Mamère, député de la Gironde

    Jean-Christophe Lagarde, député de la Seine-Saint-Denis

    Marielle de Sarnez, conseillère de Paris

    André Gérin, député du Rhône

    Arnaud Montebourg, député de la Saône-et-Loire

    Jacqueline Gourault, sénatrice du Loir-et-Cher

    Jean-Pierre Brard, député de la Seine-Saint-Denis

    Jean-Paul Bled, président des Cercles universitaires d'études et de recherches gauliennes

     

     

     

     

    appel%205122008.jpgL'appel pour l'indépendance et le pluralisme des media :

     

    "Au nom des principes de la démocratie et des valeurs républicaines, les soussignés demandent au Parlement de renoncer à la loi qui permettrait au président de la République de nommer et de révoquer les présidents de France Télévisions et de Radio France.

    Ils rappellent que la télévision et la radio publiques n’appartiennent pas au pouvoir politique, quel qu’il soit, mais à tous les citoyens.

    Ils réitèrent leur engagement à défendre l’indépendance de la presse et le pluralisme de l’information."

     

    Signataires :

    Martine Aubry (première secrétaire du Parti socialiste), Ségolène Royal (présidente de la région Poitou-Charentes), François Bayrou (député, président du MoDem), François Léotard (ancien ministre de la Culture et de la Communication), Jean-Pierre Chevènement (sénateur), Nicolas Dupont-Aignan (député), Jack Lang (député), Noël Mamère (député), Jean-Luc Mélenchon (sénateur), Marielle de Sarnez (députée européenne), Annick Coupé (porte-parole du syndicat SUD), Jean-Claude Mailly (secrétaire général de Force ouvrière), Bernard Van Craeynest (président de la CFE-CGC), Jacques Voisin (président de la CFTC), Anousheh Karvar (secrétaire nationale de la CFDT), Hervé Bourges (ex-PDG de TF1, de France Télévisions et du Conseil supérieur de l’audiovisuel), Michèle Cotta (ex-présidente de la Haute Autorité audiovisuel), Jean-Claude Guillebaud (écrivain, journaliste), Laurent Joffrin (président de Libération), Jean-François Kahn (écrivain, journaliste, cofondateur de Marianne), Edwy Plenel (directeur de Médiapart), Philippe Val (directeur de Charlie Hebdo), Bernard Stiegler (philosophe).

     

     

     

    appel des six.JPGL'appel des six :

     

    cosigné par Mediapart, Charlie Hebdo, Les Inrockuptibles, Marianne, Le Nouvel Observateur, Rue 89, avec le soutien de Reporters sans frontières

     

    "Le droit à l'information, à la libre expression et à la libre critique, ainsi qu'à la diversité des opinions est une liberté publique fondamentale. C'est un droit des citoyens et non pas un privilège des journalistes: sans information libre, sans une presse indépendante et pluraliste, il ne saurait y avoir d'authentique délibération démocratique.

     

    Or, loin de réduire les retards français en ce domaine, l'actuel président de la République les aggrave, tant par sa pratique personnelle du pouvoir que par les décisions qu'il impose à la hussarde. Mise en œuvre au mépris des droits du Parlement, la réforme de l'audiovisuel public résume cette régression de nos libertés. Accorder au seul chef de l'Etat le pouvoir d'en nommer et révoquer les dirigeants, c'est abolir symboliquement l'indépendance des radios et des télévisions publiques. C'est un abus de pouvoir, et c'est l'abus de trop.

     

    Une République où le pouvoir exécutif impose ainsi sa loi au pouvoir législatif et ses désirs au contre-pouvoir médiatique n'est pas une démocratie digne de ce nom. Mus par cette conviction commune et cette inquiétude partagée, nous avons exceptionnellement décidé de nous adresser ensemble à l'opinion publique, par-delà la diversité de nos titres, de nos histoires et de nos sensibilités. Et nous appelons à un vaste sursaut citoyen contre ce recul des libertés qui affaiblit notre démocratie et discrédite notre pays.

     

    Tous ensemble, défendons la liberté de l'information! Nous vous donnons rendez-vous, vendredi 30 janvier, au Théâtre du Châtelet, à Paris."

     

     

     

    medium_sarkofrance_2.jpgL'appel des appels :

     

    « Nous, professionnels du soin, du travail social, de l'éducation, de la justice, de l’information et de la culture, attirons l'attention des Pouvoirs Publics et de l'opinion sur les conséquences sociales désastreuses des Réformes hâtivement mises en place ces derniers temps.

    A l'Université, à l'École, dans les services de soins et de travail social, dans les milieux de la justice, de l’information et de la culture, la souffrance sociale ne cesse de s'accroître. Elle compromet nos métiers et nos missions.

    Au nom d'une idéologie de "l'homme économique", le Pouvoir défait et recompose nos métiers et nos missions en exposant toujours plus les professionnels et les usagers aux lois "naturelles" du Marché. Cette idéologie s'est révélée catastrophique dans le milieu même des affaires dont elle est issue.

    Nous, professionnels du soin, du travail social, de l'éducation, de la justice, de l'information et de la culture, refusons qu'une telle idéologie mette maintenant en "faillite" le soin, le travail social, l'éducation, la justice, l’information et la culture.

    Nous appelons à une Coordination Nationale de tous ceux qui refusent cette fatalité à se retrouver le 31 janvier 2009 à Paris. »

     

     

    Les signataires de l'ensemble de ces déclarations sont très loin de correspondre, comme voudraient nous le faire croire l'Elysée et ses séides, à la caricature bien pratiques des éternels tenants de l'ultragauche contestataire. Chacune de ces pétition était une alerte que les gouvernants auraient dû, en temps et heure, entendre, comprendre pour enfin accepter de revoir leur copie. Il n'en a rien été...

     

    Maintenant c'est aux femmes et hommes debout de parler!

     

  • Un ami UMP nous a dit ce matin que l'élection d'Obama, c'était le retour de l'Amérique que l'on aime...

    ...Il a vraiment tout dit !

    Sauf le 1er discours du nouveau Président des USA que vous pouvez regarder en cliquant sur le lien suivant http://www.dailymotion.com/fr/featured/channel/news/video/x7b29a_barack-obama-president-des-etatsuni_news

    C'est une grande et bonne nouvelle pour le monde.

    C'est une nouvelle fois le signe fort d'une Amérique où tout est possible vraiment (rien à voir avec le slogan d'un de Funès récent)  !

    Alors, nous allons faire très court aujourd'hui, merci Obama pour cet espoir que vous donnez ! Merci pour ces américains qui ont voté beaucoup plus que d'habitude ! Merci à tous pour avoir mis fin au passage de Georges Bush !

    Et Bonne Chance !

  • Ce soir, Obama sera-t-il vainqueur par forfait?

    Cette nuit entre 3H et 5H du matin pour nous en France, doit se tenir le premier débat entre Barack Obama et John Mc Cain. Ce dernier semble jouer avec les nerfs des analystes politiques puisqu'il s'est contenté de dire qu'il "espérait" y participer...

     

    2008 Presidential Debate - The University of Mississippi

     

     La chaine Public Sénat diffusera ce débat en Direct et le rediffusera Samedi à 15 H et Dimanche à 10H

    Pour visionner Public Sénat sur le WEB, cliquez sur le Logo ci-dessous.

    public sénat.JPG
    ou