Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Kucinich

  • Ce que Sarkozy n'a pas dit aux américains... KUCINICH l'a fait! Cheney sous menace d'Impeachment

    Lors de son séjour aux Etats Unis, la semaine passée, le Président français a bénéficié d'un traitement de faveur inhabituel de la part de l'administration Bush : Dîner de Gala à la Maison Banche, journée de travail à Mount Vernon et discours officiel à la tribune du Congrès.

     

    b4a350d08120b010a7ce6cc1fea9b3c5.jpg

     

    Beaucoup de ceux qui aiment le peuple américain et la culture littéraire, musicale, cinématographique de cette nation ont dû, comme nous, rougir de honte devant la vacuité des références citées à cette tribune : Elvis Presley, John Wayne ou Hemingway point barre! Manifestement, Jean-Philippe Immarigeon qui publie Sarko l’Américan (voir ici le descriptif) a raison : Le pro américanisme de Nicolas Sarkozy "est remarquablement primaire, inculte, complètement attaché aux seules apparences (les apparences de l’apparence puisque l’américanisme est lui-même fait d’une construction d’apparences). La pensée sarkozyste est à cet égard confondante par sa vacuité et son primarisme (...). Un “ado” du temps courant, format standard entre Coca light et Ecstasy, hors-banlieue pour ne pas choquer, ne ferait pas pire…".

     

    Oh, certes, il ne fallait pas s'attendre à l'éloge d'un Kerouac ou d'un Steinbeck, d'un Dylan ou d'une Janis Joplin, d'un  Woody Allen ou d'un James Brown de la part de notre si décomplexé Président. Mais tout de même !!! Un Herman Melville, un Fitzgerald, un Edgar Allan Poe, un Gershwin, un Hitchcock, un Kübrick, un James Dean, un Brando ou un Henry Fonda un Herbie  Hancock ou encore un Ray Charles auraient fait un peu moins court !

    Les jours de Dick Cheney, Vice Président des Etats Unis sont comptés

    a1760ca02ac91db5dad760a7e708d81c.jpg

    Une chose cependant est sûre : Pendant que notre président exultait à la tribune d’un congrès aux anges qu’il aimerait tant transposer dans notre pays, un représentant démocrate de l’Ohio parvenait finalement à déposer une ouverture de procédure de destitution du Vice Président, Dick Cheney ( nous l'évoquions ici il y a plusieurs semaines). Ce ne fût pas sans mal et le Parti Démocrate de Madame Pelosi était loin de supporter Dennis Kucinich par ailleurs candidat des primaires démocrates à la présidence. Voir le détail et les manœuvres pour protéger le Vice Président ici.

    Désormais le Cheneygate est en route et notre vibrionnant Président aurait pu imager l’Amérique que l’on admire ici avec ce sujet : Cette Amérique qui est capable de dénoncer et de mettre en accusation ses principaux dirigeants lorsqu’ils trahissent le mandat qui leur est confié par la nation, lorsqu’ils mentent et utilisent les pouvoirs qui leurs sont conférés par la constitution pour des intérêts personnels ou ceux de puissants lobbys enfin lorsqu’ils n’hésitent pas à falsifier, truquer et utiliser les services de l’Etat pour engager indûment leur pays dans la guerre.

    Mais ça, cette Amérique là, notre président veut-il seulement la voir ? Non lui, il y préfère l’Amérique du rêve et des stars à paillettes de Hollywood !