Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

OGM

  • Pour ne plus dire de connerie sur les OGM

    Nous vous livrons ici une conférence parfaitement claire sur les notions de base à connaître sur les Organismes Génétiquement Modifiés.

    Parce que les lobbies pro-OGM exploitent les failles argumentaires que nous pouvons tous avoir pour enfoncer de faux prétextes! Aussi, pour ne plus vous faire avoir, visionnez la video ci-dessous pour être demain en mesure d'affronter tout défenseur de l'agro-industrie.

    Il s'agit d'une conférence de Christian Velot, Maître de conférence en génétique moléculaire (Univ Paris-Sud XI), chercheur a l'institut de génétique et de microbiologie (centre scientifique d'Orsay). Dans cette conference donnee a Toulouse en 2005, il donne une explication scientifique très pédagogique de ce que sont les OGM. 

    Pour aller plus loin nous vous recommandons la série de billets de Florent sur les OGM. Enfin, pour parfaire vos connaissances, nous ne pouvons que vous inviter à fréquenter régulièrement le blog de Vincent qui est une merveille de précision en matière de Démocratie Durable!

     

  • Scandaleux : Le Sénat démissionne sur les OGM et tue l'espoir né du Grenelle

    1513958799.jpgLa chambre dite "haute" ne s'honore pas de ses travaux concernant la Loi sur les OGM. Déjà, en première lecture, le Sénat avait transformé le texte relativement mesuré présenté par Nathalie Kosciusko-Morizet pour minimiser les responsabilités des entreprises commercialisant les OGM et pour en revanche aggraver les peines encourues pour "délit de fauchage".

    En deuxième lecture, suivant à la lettre le compromis établi entre le gouvernement et la majorité, les sénateurs ont voté conforme le texte adopté par les députés, à l’exception de l’amendement Chassaigne. L'amendement Chassaigne (amendement 252) avait été adopté à l'assemblée Nationale avec les voix des députés de l’opposition et de quelques unes de la majorité. Celui-ci restreignant les cultures OGM, stipulait que la culture des OGM devait se faire « dans le respect des structures agricoles, des écosystèmes locaux et des filières de production et commerciales qualifiées "sans OGM", et en toute transparence  ».

    Le sous-amendement adopté hier par les sénateurs renvoie la définition du "sans OGM" à une définition ultérieure bien pratique mais irresponsable : Dans l’attente d’une définition au niveau européen, le seuil correspondant sera fixé par voie réglementaire, sur avis du Haut conseil des biotechnologies, espèce par espèce ». Fruit d’un compromis entre le gouvernement et la majorité, ce sous-amendement, proposé par le rapporteur Bizet, vide de sa substance la protection obtenue à l'arrachée par certains députés et pour laquelle NKM n'avait soulevé aucune objection au grand dam des UMP Pro-OGM ( Rappel de l'épisode NKM-UMP)

    Dénonçant un « débat fantoche », les groupes PS et PCF ont quitté l’hémicycle à l’issue du scrutin sur ce sous-amendement. Et nous nous associons ici à leur légitime courroux. Tout dans les travaux du Sénat sur ce texte laisse une odeur fétide de manipulation orchestrée, de consignes et de démission de la part d'une institution d'habitude plus pointilleuse.

    Comme Corinne Lepage nous regrettons vivement ici l'attitude de la majorité des sénateurs centristes qui a voté ce texte.

    671570774.jpg"La volonté de rupture dans le domaine de l'environnement en laquelle nous osions croire à l'issue du Grenelle de l'Environnement s'est écrasée sur le mur de la loi OGM.  En effet, quel que soit par ailleurs le projet de loi qui portera les premières dispositions du Grenelle et dont j'espère qu'il comprendra de nombreuses dispositions pour réduire l'impact du changement du changement climatique, ce qui vient de se passer démontre que la majorité UMP est tout sauf sur une ligne de rupture en ce qui concerne ce sujet" (Lire l'intégralité de son communiqué sur son blog>>>> ICI ).

    Et Madame Lepage a parfaitement raison d'ajoutter : "Un jour, les parlementaires qui ont voté ce texte et a fortiori ceux qui ont servi de porte-voix au lobby pro-OGM auront à répondre devant la nation française de leurs responsabilités historiques

    Nous attirions l'attention dans des termes identiques, nous aussi, il y a près d'un an, lors des législatives, sur la culpabilité historique future des élus PRO -OGM. Demain les citoyens français pourraient bien, excédés qu'on les prenne toujours pour des imbéciles, demander que des têtes tombent... Il se pourrait même que devant la gravité en l'espèce, les français ne se contentent plus d'un célèbre "nous sommes peut-êtres responsables mais pas coupables". Ils auront alors tout loisir de chercher les noms ( ici pour l'Assemblée Nationale et  pour le Sénat )des fautifs et d'identifier clairement ceux qui, comme l'écrit le Blog Moktarama , ont résisté parmi lesquels la sénatrice Keller et le sénateur Legrand.

    Rappelons enfin, que les assureurs refusent pour l’instant de prendre en charge le risque OGM. Donc les exploitants devront assumer seuls la réparation du préjudice économique causé. Pour l'un des trop rares élus UMP responsable sur ce dossier, le député François Grosdidier, le régime de responsabilité est insuffisant, « c’est l’ensemble de la filière qui devrait être concernée, de l’agriculteur au semencier, en passant par le détenteur du brevet ». Mais comment attendre cela d'élus robotisés et sous contrôle "hors sols"?...

     

     

     

     

  • L'UMP et Fillon maltraitent une Secrétaire d'Etat, Juppé reviens! Ils sont devenus fous!

    Pour faire court, rappelons en préambule qu’il y a bien un domaine dans lequel nous avions ici salué le courage affiché par le Chef de l’Etat lors des annonces de clôture du Grenelle de l’Environnement (voir notre billet du  30 octobre dernier ).

     

    2072251617.jpg

     

     

    Déjà nous avions mis en exergue le vrai travail de fond de a Secrétaire d’Etat, Nathalie Kosciusko-Morizet et émis des doutes quant à conviction profonde de son Ministre de tutelle sur les enjeux climatiques et environnementaux.

     

    Rappel des faits :

     

    ACTE I : Nathalie Kosciusko-Morizet, plus communément désignée par ses initiales NKM, avait donc déposé un projet de Loi relativement mesuré tirant les conclusions du Grenelle et de l’annonce du président de la République de la primauté du principe de précaution en matière de commercialisation OGM. L’annonce surprenante avait semblé traduire un début de prise de conscience de sa part d’un nécessaire mécanisme de vérification et de tests préalables qui jusque là manquaient pour le moins de transparence et d’impartialité.

     

    ACTE II : Les grands acteurs de la filière semencière ont alors engagé les meilleurs lobbyistes pour infléchir les parlementaires de tous bords.  Le sénat ainsi a considérablement modifié le texte en première lecture choisissant d’en faire un texte encore plus répressif à l’égard des faucheurs d’OGM tout en restreignant la portée des articles encadrant les cultures d’OGM.

     

    ACTE III : Le texte revenait à l’Assemblée au mois de mars et prenait un retard considérable suite aux dépôts de plusieurs centaines d’amendements.

     

    Parmi ces amendements celui qui devait mettre le feu aux poudres et déclancher la furie des PRO-OGM, celui d’un député communiste, André Chassaigne dans la nuit du 2 avril. Lors de la séance, peu de députés UMP pro-OGM étaient présents et la présentation de Monsieur Chassaigne avait retenu l’attention de certains députés UMP grâce à la restriction apportée sur le cultures participant de la chaîne des Appellations d’Origines Contrôlées, sans que NKM ne s’oppose à cet amendement (voir l'intégralité du débat). C’est justement ce qui avait cristallisé la vindicte des députés du groupe UMP mardi qui n’ont pas toléré cette « faiblesse ».

     

    ACTE IV : NKM mercredi livrait donc au Monde sa vision de la fatwa umpiste : « J'en ai marre d'être confrontée à une armée de lâches."… "J'appelle chacun à prendre ses responsabilités, répond-elle à ceux qui l'ont mise en cause. Il y a un concours de lâcheté et d'inélégance entre Jean-François Copé, qui essaie de détourner l'attention pour masquer ses propres difficultés au sein du groupe, et Jean-Louis Borloo, qui se contente d'assurer le minimum. Si le travail de préparation préalable avait été fait dans le groupe, cela ne se serait pas produit. Ce n'est pas normal qu'il y ait eu si peu de députés de la majorité en séance. Manifestement, Copé n'arrive pas à tenir le groupe. Quant à Jean-Louis [Borloo], j'attends avec impatience qu'il vienne exprimer la parole unique du gouvernement dans l'Hémicycle. Quand il veut, il vient."

     

    C’est dur, courageux, et vérifiable en effet ! 

     

    Mais il n’en fallait pas plus au professeur Fillon pour réconforter de suite le chouchou Copé qui se transformait en chouchou de la classe cafeteur. Le premier Ministre, fait rarissime, exige publiquement alors de la part de sa Secrétaire d’Etat des excuses. Elle y consent sur la forme… mais il est clair qu’elle n’en pense pas moins sur le fond. Seul, hier le député UMP Grosdidier parcourait les plateaux pour prendre la défense de cette Secrétaire d'Etat courageuse et pour rétablir la réalité.

     

    Finalement le texte de Loi global, transfiguré par rapport aux conclusions du Grenelle de l'environnement, fût adopté mercredi par l'assemblée d'extrème justesse avant de poursuivre sa route vers une deuxième lecture au Sénat.

     

    Le fait est que le poids politique d’Alain Juppé, initialement  destiné à engager en profondeur une politique du développement durable, fait cruellement défaut ! Juppé, reviens, ils sont devenus fous !

     

    En tout cas, cette passe d'armes inédite entre membres de la même majorité a mis à jour, au delà, le malaise malsain de nombreux parlementaires devant les pratiques de lobbyistes et d'une majorité cannibalisée par des commissaires politiques de l'ombre.