Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pierre-Brossolette

  • "Le Centre", "Libre", "Indépendant", "une alternative" : un vocabulaire qu'on voudrait faire oublier aux électeurs

    François Bayrou était hier l'invité de Serge Moati pour son émission sur France5 "Riposte".

    Visionnez cette émission ici :

     http://www.france5.fr/ripostes/video.cfm?file=http://www.france5.fr/images/emissions/008056/27/riposte_20070513.asx

    medium_riposte.jpg

    C'était pour François Bayrou l'occasion de répondre au questions de Serge Moati, de Sylvie Pierre-Brossolette, Claude Askolovitch, Laurent Joffrin et Pascal Perrineau quant à l'attitude du Mouvement Démocrate (MoDem) qui présentera le mois prochain 577 candidats aux élections législatives.

    Il est curieux de constater combien il est difficile pour les "analystes politiques" habituels de se placer dans une autre hypothèse que celle qui prévaut depuis des décennies d'une France coupée en deux, d'un parlement dans lequel il n'y aurait qu'une majorité votant systématiquent pour le gouvernement et une opposition votant systématiquement contre le gouvernement, d'un pays fait de collectivités locales administrées exclusivement par des gens de gauche ou exclusivement par des gens de droite.

    C'est bien sûr difficile à imaginer pour tous ceux qui, par facilité peut-être, voudraient résumer toutes les décisions à un affrontement permanent entre deux blocs exclusifs : La gauche ou la droite.

    Pourtant la stricte dichotomie n'est pas naturelle, ni dans les esprits humains, ni dans l'électorat français du début de ce troisième millénaire, ni dans le vocabulaire.

    Une alternative comme le propose le MoDem aujourd'hui, ce n'est pas une opposition. Une alternative c'est offrir une possibilité de choix différente d'un choix binaire simpliste!

    L'indépendance ce n'est pas refuser les alliances lorsqu'elles sont utiles pour le pays et ses habitants c'est refuser de se placer systématiquement dans l'allégeance à un seul "camp", à une seule "idéologie" fusse-t-elle majoritaire.

    La liberté c'est la possibilité pour chaque individu et à plus forte raison à chaque élu, de dire haut et fort ce qu'il pense des projets pour le peuple qu'on lui présente sans dépendre d'une consigne ou d'une étiquette.

    Enfin, le Centre ce n'est pas un parti "charnière" qui penche d'un coté ou de l'autre en fonction des avantages qu'on peut lui donner ici ou là. C'est un lieu de débat, d'écoute et de proposition qui a vocation à sortir des dogmes et à représenter la très grande majorité des individus qui refusent qu'on les représente dans les assemblées locales, nationales et européennes sur la base de tractations, de monnayages ou de facilités personnelles.