Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Viliers-le-bel

  • VILLIERS LE BEL : Un témoin explique

    Cet homme n'est ni jeune, ni émeutier, ni cagoulé! Il parle clairement et dignement, sans excès. Alors, quelqu'un va-t-il l'écouter? le diffuser? Si c'est un faux témoin, il peut être facilement identifié, appréhendé, soumis à une enquète contradictoire...

     

    ET... les journalistes qui l'ont, semble-t-il, déjà filmé... n'ont-ils pas cru cet homme? Ou, leur chaîne a-t-elle fait de la rétention d'information?
  • Villiers-le-Bel, Cergy, Gonesse, Sarcelles… C’est le Pays tout entier qui est malade, qui a besoin de médecins pas de bouchers !

    e7b0756ab8c290be519e45cab754f452.jpgMalades, nous sommes tous malades. Malades de découvrir les drames successifs d’une société de plus en plus inégalitaire, de plus en plus intolérante, de plus en plus sourde au bon sens. Malades de déplorer la mort de deux jeunes enfants. Malades de découvrir les pratiques dans certains quartiers comme les agissements ou les paroles de ceux qui sont censés calmer, rassurer et prévenir. Malades de constater semaines après semaines l’escalade et le délitement « décomplexé ». Malades de voir se ghettoïser peu à peu notre pays au grand bénéfice de ceux qui par cynisme voudraient tant que ce dernier suive l’exemple américain et puissent enfin se livrer aux mêmes extrêmes d’un nouveau « Far West » à la John Wayne (milices privées, droit de port d’armes,…). Malades de voir l‘image de citées, d’un département mais au-delà de tout un pays, détériorée durablement dans les media, dans l’opinion et dans le monde entier. Malades de voir le jusqu’auboutisme criminel et surtout de la part de ceux qui ont déjà si peu et qui ne se rendent pas compte que c’est la meilleure façon de perdre encore plus. Malade surtout de voir nos concitoyens s’enfermer dans les clichés simplistes que d’habiles bonimenteurs leur ont servis (« tous des racailles », « tous des racistes »). Malades enfin de lire le torrent de vomissures déversées de part et d’autre dès lors qu’une situation commence à déraper (voir sur le site du Figaro comme les commentaires de vidéos sur Y ou Tube ou Dailymotion).

     

     

    Bien sûr, on peut être révolté ! Bien sûr A CHAUD, le sentiment d’injustice peut conduire à des actes de colère. Bien sûr on peut alors dire ou faire des choses insensées… mais hier soir les débordements n’étaient plus à A CHAUD !

     

    a4691f484ed74f3f0146deb1a3f8ce6c.jpg

     

    Certes, bien des choses auraient pu être évitées : Des gamins n’auraient pas dû circuler sur la voie publique sur une mini-moto interdite. Des policiers partageant de longue date la même cité, le même environnement, auraient dû les instruire des dangers et des risques. Des parents, des grands-frères, des amis responsables auraient dû les obliger à  pratiquer ce loisir en dehors de la chaussée et casqués. Des policiers insoupçonnables auraient dû immédiatement diligenter les secours… A l’énoncé des ses « devoirs » et des conditions qu’ils impliquent on s’aperçoit amèrement du fossé qui s’est peu à peu creusé entre le bon sens commun et la réalité.

    Certes la suspicion s’est établie depuis qu’il y a deux ans, on avait à la hâte tenu à décrire officiellement Ziad et Bouna comme seuls fautifs de leur mort tragique dans un transformateur de Clichy-Sous-Bois aors que l’histoire depuis a montré la responsabilité non pas de LA police mais de CERTAINS POLICIERS !

     

     

    Raison de plus pour donner toutes les chances à la vérité de percer. Raison de plus pour ces citées meurtries de montrer une leçon de dignité et de grandeur à la France toute entière ! Quel dommage que hier soir on ait si peu entendu l’appel au calme des familles ! Raison de plus aussi pour la France plus aisée voisine, pour que tous ceux qui ont encore foi dans la CONCORDE CIVILE prennent l'initiative de proposer leur aide, de soutenir les actions d'apaisement (une par exemple, une autre), d’aider pratiquement les habitants de ces quartiers à prévenir et protéger leurs enfants, leurs voisins, à servir l’information de la société toute entière et des institutions quant aux faits et gestes qui leur nuisent… les débordements comme les manipulations et récupérations qu’on ne peut exclure.

    Enfin, y avait-il vraiment urgence, dès le lendemain à proclamer « les premières conclusions » d’une enquête en cours (et donc non encore terminée !) en officialisant bien hâtivement la mise en cause exclusive des deux adolescents ???...

     

    cc5fd281869ead6fddaaf754225d42aa.jpg

     

    Banlieues, quartiers et cités de France vous souffrez ! Beaucoup le savent sachez-le ! Beaucoup réfléchissent oeuvrent réellement pour limiter cette dureté et en tout cas, ne se résignent pas à la partition du territoire que d’aucuns appellent de leurs vœux ! Beaucoup également constatent le même délabrement progressif aujourd’hui dans d’autres parties de la France (disparition des Services Publics dans les zones rurales, paupérisation des villes moyennes…) et savent que vous vivez les signes avant-coureurs d’un modèle de civilisation qui produit toujours plus de stigmatisation, de misère matérielle et morale. Mais il n’y a pas de « fatalité à la ghettoïsation progressive » ni de « racisme inné » à la société française ! Ecartez vous aussi vos « bouchers » : ceux qui se retranchent systématiquement derrière la « xénophobie des blancs », le « racisme systématique », la misère qui « justifie tous les deals », le « harcèlement policier » qui pardonnerait qu’on « caillasse des pompiers », brûle des bibliothèques, des écoles ou des centres de formation (voir ici).

     

    966376366d86c9e8e01c1bf8fb5ffe0f.jpg

     

    Oui, nous sommes tristes aujourd’hui ! Nous sommes tous malades ! Mais lorsqu’on est malade, on appelle et se remet à des médecins pas à des bouchers ! En l’occurrence, les bouchers sont tout aussi bien ceux qui crient « vengeance ! », « comme à Bagdad ! » ou « niquons les keufs ! » que ceux qui vocifèrent « nettoyons les au napalm, pas au Karcher », « tous des racailles qu’il faut mâter ! » ou ceux qui, aux plus hautes fonctions de l’Etat croient intelligent de montrer encore plus les muscles de la force publique (cf. déclaration de fermeté dictée apparemment de Beijing au Ministre de l’Intérieur) au risque de provoquer un peu plus ou de déclarer que l’Etat « se battra » (cf discours aujourd’hui du premier Ministre à l’Assemblée et ici ) et irresponsables, savent parfaitement l’huile qu’ils jettent ainsi sur le feu.

     

    b4a8e8cb04505046d2dae98d730469d4.jpg