Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

accoyer

  • Affaire des sondages de l'Elysée :Le cran d'Accoyer face à Copé

    Accoyer.jpgDire qu'on les définissait encore, il y a quelques mois, comme des godillots, justes bons à venir au château prendre leurs consignes, à courber l'échine lorsque les conseillers surpuissants du prince les rabrouaient ou à gémir et demander pardon lorsque, n'ayant malgré tout pas compris le message, ils avaient provoqué la colère suprême et que leur idole les traitait comme de la piétaille de pacotille.

     

     

     

    Même les courtois partisans peuvent se rebiffer à force d'humiliations.

     

    Voilà que les élus de la majorité présidentielle font craindre une fronde. Chaque jour, on apprend en effet que des élus nationaux ou dans les collectivités tant à l'UMP qu'au Nouveau Centre décident de se dresser devant les décisions du pouvoir. Raffarin sortirait-il de sa léthargie pour dénoncer la suppression de la Taxe professionnelle? Idem pour nombre d'élus quant aux Modalités de la Taxe Carbone, et maintenant création d'une commission d'enquête sur les sondages commandés par l'Elysée. C'est une révolte? Non pas encore, mais c'est sans doute le fait qu'on ne marche pas avec des gros sabots impunément sur tous les élus et les institutions de la République. Au bout d'un temps, même les plus courtois des alliés, lorsqu'on les méprise si ouvertement et qu'on use et abuse de subterfuges manifestement de nature à tromper l'opinion, peuvent avoir du mal à mettre un mouchoir sur leur conscience républicaine.

     

    Mais sachons bien discerner entre les vrais résistants et les pleutres calculateurs.

     

    copé.jpg

     

    Oh, avec cette fronde, il n'est nullement question dans notre esprit des pathétiques gesticulations de Jean-François Copé et tous ceux qui ont surtout cru prudent de rejoindre sa "Génération France", histoire de ménager leurs intérêts au cas où le sarkozysme triomphant connaîtrait des revers. Ces élus là, typiques  casse-croutes de la vie publique, sont, à quelques rares exceptions près (c'est-à-dire les 3 ou 4 vrais amis de Monsieur Copé), des laquais prudents, ayant très tôt conçu leur engagement politique comme un investissement au NASDAQ. Copé ainsi devenait peu à peu la compagnie de réassurance de la droite sans tripe. Car ces pieds-tendres se sont toujours gardés d'élever la voix lorsque les aberrations de leur maître devenaient incontrôlables. Aucun panache, aucun courage donc pour ce groupe qui n'a fait depuis deux ans et demi que prendre conscience, chaque jour un peu plus, que le sort de chacun d'eux serait assimilé dans l'opinion aux errements et la mascarade de l'Egocrate et ont alors souhaité se couvrir (vous avez dit "courir"?) en misant sur le nouvel Iznogoud au sein du camp majoritaire.

     

    Car enfin, même lorsqu'il s'agissait de prendre une position a minima critique lors de la première période bling-bling, lors de la mascarade de la Loi TEPA, de la Loi Hadopi (dont la déroute du groupe UMP lui valut sans doute, d'après ses dires, l'explication la plus "musclée" avec le Chef de l'Etat), lors de l'affaire EPAD, et devant les gabegies économiques récentes et à venir, à quel moment ce Monsieur a-t-il fait preuve de la moindre indépendance d'esprit? De la moindre différence même constructive à l'égard du locataire de l'Elysée? Jamais! Rien! Pas d'envergure, pas de charisme, pas d'originalité  ni de vision. Décevant de la part d'un des membres de l'UMP, que beaucoup d'entre nous considéraient encore il y a trois ans comme un talent en devenir lorsque, ministre du budget il avaient su peu à peu montrer une réelle force de caractère et de travail. Aujourd'hui tout cela a fait "pschittt!" comme dirait Chirac. La facilité l'a emporté sur le talent et le travail. A croire que ce Monsieur n'a cultivé depuis que sa capacité à singer le brassage d'air et l'agressivité insupportable de l'agité qu'il compte bien remplacer en 2017.

     

    Accoyer mérite aujourd'hui son nom dans la liste des démocrates débout.

     

    goulard.jpg

     

    Non, pour ce qui nous concerne, lorsque les temps seront venus, nous saurons rappeler, puisque plusieurs d'entre nous auront vécu cette pathétique parenthèse historique de l'intérieur de certains partis de la majorité (voir ici pour rappel), quels sont les parlementaires, même de la majorité, qui sont restés debout et ont courageusement résisté à la médiocre lâcheté servile que tant d'autres ont pratiqué pour de piètres prébendes. A l'image d'un François Leotard, qui, le premier (mais lui dégagé des nécessité de la vie publique désormais) avait alerté sur la tournure que prenait le quinquennat, un Nicolas Dupont-Aignan bien sûr, un Hervé Mariton, un François Goulard, un Jacques Le Guen, un Daniel Garrigue, un Jean Dionis du Séjour, un Charles de Courson (par exemple lors des auditions de l'affaire Tapie mais aussi récemment en s'opposant à la taxation des indemnités d'accidents du travail) et même un Hervé de Charrette, se sont élevés à un moment ou un autre pour signifier leur opposition;

     

    Toujours est-il qu'une fois de plus, la couardise avait un leader dans l'hémicycle pour s'opposer à la décision du président Bernard Accoyer. Ce dernier a en effet su résister à la pression des conseillers élyséens (Guaino en tête, qui y était si violemment opposé), puis à la morgue de roquet du président du groupe UMP en validant la demande de création d'une commission d'enquête sur ce que d'aucuns commencent à intituler l'"OPINIONGATE".

     

    Désormais c'est Jean-Luc Warsmann et la commission des Lois qui ont les cartes en main.

     

    jean-luc-warsmann-ump.jpg

     

    Sur la forme reste désormais à savoir si M. Jean-Claude Warsmann, président de  la Commission des Lois, aura la même dignité que le président de l'Assemblée et non la triste soumission du président de son groupe. C'est la commission en effet qui sera chargée de vérifier in fine si les conditions requises pour la création de la commission d'enquête sont réunies et qui se prononcera sur son opportunité.

     

    Rappelons sur le fond, que, depuis longtemps déjà, de nombreuses voix à gauche comme au centre, s'étaient élevées sur l'utilisation peu académique et si onéreuse des commandes de sondages par l'Elysée (et auparavant par un ministère de l'intérieur par exemple?...) et la publication quasi systématique de tout sondage favorable par plusieurs media proches du pouvoir. D'aucuns aujourd'hui, dans la majorité, ne peuvent peut-être plus supporter d'incessants manquements aux pratiques démocratiques normales et veulent maintenant se démarquer d'un exécutif aussi brouillon qu'inefficace et brutal…