Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

albertini

  • Les Français ont maintenant la possibilité réelle d'enlever le pouvoir aux deux partis qui le tiennent depuis vingt cinq ans

    François Bayrou s'est rendu à Rouen hier vendredi pour préparer le premier tour de l'élection présidentielle. "Je me sens mobilisé et au fond très heureux, parce que le changement dont je rêvais depuis longtemps pour la France est maintenant à portée de la main" a déclaré François Bayrou lors d’une réunion amicale sur la place du 19 avril 1944 où la foule s'était massée. "Les Français ont maintenant la possibilité réelle d'enlever le pouvoir aux deux partis qui le tiennent depuis vingt cinq ans, et d'obtenir enfin une manière différente de gouverner le pays" a assuré François Bayrou. Le candidat considère que "désormais tout le monde sait qui peut l'emporter au deuxième tour, c'est même le seul projet qui peut l'emporter face à l'hyper-favori des sondages, le candidat de l'UMP" : "C'est très important, c'est très heureux, c'est très positif. Et ça répond à la question que tous les indécis se posent : quel est le vote le plus efficace pour obtenir le changement".

    medium_5274.jpg

    "Je consulterai régulièrement les grandes formations politiques du pays pour savoir quelle est leur opinion, leur avis et leur proposition sur les problèmes qui se posent à nous. Je ne serai pas dans l'idée qu'il n'y a que les uns qui ont raison et les autres qui ont tort. Il faut faire travailler les Français ensemble.

    Je serai un président au milieu de vous. C'est le dernier mot que je voulais dire. J'ai vécu des mois de campagne formidables et ces mois de campagne ont été des mois de rencontres, pas des rencontres destinées aux objectifs de télévision ou de photographe, pas des rencontres en serrant les mains à la va vite comme beaucoup d'hommes politiques le font, comme peut-être il m'est, moi aussi, dans le passé, arrivé de le faire."