Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

battisti

  • Bayrou, c'est clair et net!

    François Bayrou répondait aux questions de la matinale de canal+ hier, lundi 19 mars 2007. L'occasion de faire le point sur les sujets d'actualités et les thèmes du "Projet d'Espoir" le livre que le candidat a publié il y a dix jours aux éditions Plon.

    François Bayrou répond notamment :

    • Sur son souhait de voir Battisti jugé "en sa présence" en Italie
    • La VI ème république
    • L'attitude de Simone Veil
    • L egouvernement et la majorité d'après l'élection présidentielle
  • Quelqu’un veille bien sur Yvan Colonna ?

    medium_YvanCo1.jpgPrologue : Le tribunal de Paris étudiait ce matin l’action engagée par Yvan Colonna (voir article Europe1 )

    C’est sans doute une boutade de mauvais goût mais ne serait-il pas judicieux pour les proches et la famille d’Yvan Colonna de s’assurer assez régulièrement des conditions de détention de l’ex-fugitif le plus recherché de France ?…

    Par le passé, rien, c’est évident ne nous conduit à nous méfier de toute tentative d’opération électoraliste en liaison avec l’activité et la mission régalienne de l’Etat, assurer la sécurité des citoyens. Ouvéa, les rapatriements d’otages du Liban, la libération de la prise d'otages de l'airbus à Marseille, n’ont été que des dénouements indépendants d’échéances électorales.

    Mais on a vu pourtant des plaisanteries ou boutades qui largement diffusées permettaient de tuer dans l’œuf toute velléité en ce sens. Alors plaisantons !

    Il n’est bien sûr pas imaginable qu’une porte de cellule s’ouvre par manque providentiel de surveillance. Pas plus est il concevable que celui qui était il y a quelques années l’homme le plus recherché de France, ne trouve aucun gardien ni surveillance sur la route qui le conduirait en dehors de sa prison.

    Bien évidemment personne n’imagine alors que par exemple le premier véhicule qu’il puisse ouvrir sans plus de difficulté pourrait cacher une arme. Non ce ne serait alors plus un hasard mais bien le signe d’une « évasion longuement mûrie et organisée» comme ne manqueraient pas de titrer les quotidiens le lendemain. « L’ennemi public N°1 s’est fait la belle ! » indiqueraient les machettes puis… « La France a peur !... Le ministre de l’intérieur sur le pied de guerre » !

    Il n’y a que des esprits particulièrement perfides qui pourraient alors imaginer que ce ne serait pas simplement la diligence et les recherches classique des forces de police qui conduiraient dans les deux ou trois jours, la veille ou le jour même où le Ministre quitte ses fonctions à la localisation et la « neutralisation » du fugitif qui aurait été prêt d’après tous les témoignages présents à faire usage de son arme sur d’innocents citoyens… Euh non pas dans une maternelle à Neuilly, là le scénario serait un peu éventé !

    Allez, ce n’est pas parce que l’affaire Battisti fait la une qu’il faut devenir parano…

    NB : Yvan Colonna, accusé de l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac en 1998, a demandé en personne au tribunal de Paris la condamnation de Nicolas Sarkozy pour "atteinte à la présomption d'innocence" dans des discours récents. Le parquet a soutenu le rejet de sa demande. Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 4 avril prochain. Mr Colonna aux yeux du Droit français, reste, en l’absence de jugement « présumé innocent ».

    Cette action juridique vise notamment des déclarations du 5 janvier dernier : prié de dire lors d'une visite en Corse s'il pensait qu'Yvan Colonna était l'assassin, Nicolas Sarkozy avait répondu aux journalistes : "il n'y a pas que moi qui le pense, sinon je ne pense pas qu'on l'aurait gardé en prison".

    Rappelons que le régime de la détention provisoire ne préjuge nullement encore en Droit français de la culpabilité mais de la nécessité de protéger le déroulement de l’action juridique et que l’affaire d’Outreau a suffisamment marqué les esprits pour qu’aucune confusion dans l’opinion ne puisse désormais assimiler «  prévenu » et « coupable ».

    Yvan Colonna met aussi en cause un discours de Nicolas Sarkozy tenu le 14 janvier, lors de son investiture par l'UMP pour la présidentielle, où il a vanté la "République réelle à laquelle (il) croit, celle qui met en prison l'assassin présumé du préfet Erignac".

    CEST AUSSI LA FORCE DE NOTRE DEMOCRATIE DE DEFENDRE LE DROIT, RIEN QUE LE DROIT MAIS TOUT LE DROIT! Quelques soient les faits que la justice peut repprocher à Mr Colonna, les grands principes du Droit ne doivent-ils pas lui bénéficier  comme tout prévenu? N'en va-t-il pas de la force du Droit lui même? Le principe de la présomption d'innocence ne doit-il pas s'appliquer à tout citoyen? à plus forte raison à un Ministre? Qui plus est candidat à la Présidence de la République?