Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bce

  • Quelle est la banque française qui risque de faire faillite monsieur Sarkozy ?

    "Je n'accepterai pas qu'un seul déposant perde un seul euro", titre en pages 2 et 3 du Parisien/ Aujourd'hui de ce jour et surtout déclaration de Nicolas Sarkozy lors du meeting de Toulon d'hier après-midi. Notre question est donc claire : Qu'elle est, ou qu'elles sont les banques visées par cette déclaration ?

    En effet, ce n'est pas anodin comme déclaration et c'est surtout anxiogène, il faut donc dire la vérité aux français !

    Pour le reste, ce discours est un mélange de mesures inapplicables ou sans rapport, il n'est pas convaincu et il n'a pas été à la hauteur des questions que nous nous posons tous.

    Le Parisien/ Aujourd'hui dégage 9 mesures proposés par le Président Cathodique :

    - L'Etat garantira la pérennité du système bancaire. Encore heureux ! Mais où sont les risques ?

    - Encadrer la rémunération et les avantages (stock options) des grands patrons. Plaisanterie ! Chiche !

    - Moraliser le capitalisme. Nous proposons dans le même genre d'apporter le linge à la blanchisserie ou de enettoyer les Ecuries d'Augias. A marquer sur le frigo avec un post it pour ne pas oublier.

    - Assurer le financement des PME. Plaisanterie, les banques sont libres chez elles et malgré le discours de politique générale de Fillon (pour faire plaisir à l'époque aux centristes ayant rejoint la majorité présidentielle qui y ont cru... NDLR), il y a déjà 1 an 1/2, aucun small business act à la française n'est encore en vue!

    - Pas de hausse d'impôts. C'est loupé avec le financement du RSA, cela fait déjà quatorze taxes et impôts nouveaux depuis qu'il est là.

    - Lutter contre l'euro fort. Il est temps ! Mais comment ? Par des postures anti-BCE seulement? Dans ce cas, cela n'a aucun intérêt si ce n'est comme toujours de désigner des coupables à la vindicte populaire (alors que la BCE a joué parfaitement son rôle pour limiter l'inflation!). Et pourquoi pas avant ?

    - Supprimer le département. Quel est le rapport avec la crise financière ?

    - Reformer la taxe professionnelle. Depuis le temps qu'on en parle ! Les promesses de ce genre, ça fait longtemps qu'elles n'engagent que ceux qui y croient!

    - Mise au point sur le bonus-malus. Il était temps devant la cacophonie gouvernementale.

    Moralité, ce n'est pas encore aujourd'hui que la confiance va revenir, Nicolas Sarkozy est un mauvais Président de la République !