Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bourse

  • Le jeu du lundi : On a trouvé les coupables. Et vous?

    Pour bien débuter cette semaine, notre traditionnel jeu du lundi vous apportera également la réponse à cette question qui vous taraude :

     

     

    Qui sont les coupables

    de la crise financière ?

    En effet, vous l'avez sans doute compris, notre Pseudo-Zorro-Sarko a décidé de se lancer à la poursuite des coupables coûte que coûte! D'après notre enquète, il va bientôt pouvoir les ramener .... avec les dents (comme naguère il pensait le faire avec la croissance)! En effet, certaines informations ont filtré et bientôt, nous pouvons vous le révéler aujourd'hui, notre Torquemanda des temps modernes va pouvoir orienter sa colère et celle du bon peuple sur ces ignobles créatures de l'ultra-capitalisme débridé!

    Vous avez une idée?

    Voici un indice en rapport avec ces odieux profiteurs sanguinaires qui vont concentrer d'ici peu l'ire de la puissance publique. Vous aussi devinez ceux que le pouvoir va bientôt livrer à la vindicte populaire et exhibera sans doute en place de grève!

    coupables.JPG

    Attention, ceci n'est qu'un indice en rapport avec les coupables! Pas les coupables bien sûr. Ce qu'il faut trouver ce sont les coupables!

     A vous de jouer...

    Réponse dans la soirée ici-même!

    Mise à jour de Midi :

    Devant vos protestations, nous vous livrons un deuxième indice :

    indice2.jpg

     Ca vous aide hein?...

    Mise à jour de 19H00 :

    Dernier indice, l'individu ci-dessous fait partie des coupables :

    indice3.jpg
  • Finance : Faites vos jeux… rien ne va plus

    wall street casino.jpg

     

    Nous n’avons que très peu évoqué sur ce blog les causes, enjeux et solutions de la crise financière actuelle. Nous avons entre nous déjà, il est vrai, des opinions et références si diverses que le défi de parvenir à une synthèse de fond nous avait paru au départ un exercice délicat.

     

    Pourtant, suite à une série de billets sur les blogs de Hervé Torchet (là et ), de l’Hérétique (ici et ) et de Christophe Ginisty (ce billet) et le débat qui s’est ouvert suite à quelques uns de nos commentaires (ici par exemple), nous sommes parvenus à rassembler nos idées sur quelques idées simples que nous avons voulu répartir dans les quelques billets précédents (un seul billet eut été indigeste pour beaucoup) :

     

    Crise financière : On nous a vendu de la poudre aux yeux

     

    bling bling.jpg

     

     

     

    Les dix dernières années ont  été celles de l’euphorie marchande et du triomphe apparent de l’idéologie néolibérale décomplexée.  Ceux qui mettaient en garde l’opinion des risques d’éclatement étaient renvoyés d’un revers de main à leurs chères études. François Morin (pas Hervé !) entre autres avec « le nouveau mur de l’argent » (seuil 2006), Nouriel Rubini (qui avait alerté dès 2006 les autorités fédérales américaines sur le danger des subprimes) et même François Bayrou Lire la suite ici>>>

     

    Crise financière : Zorro est arrivé !

     

    sarkozorro.jpg

     

    Comme toujours, Nicolas Sarkozy (qui voulait l’an dernier dépénaliser le droit des affaires… NDLR), après un silence pesant, s’est successivement mis en scène, la semaine dernière, à la tribune de l’ONU et devant un parterre de militants UMP médusés à Toulon dans le rôle qu’il affectionne tant : Celui du Zorro surgissant de la nuit courrant vers l’aventure au galop. Zorroooo Zorrooo Zorrooo !

     

    Soudain, celui qui se voulait l’avocat (le valet ?..) des puissants se mue en procureur médiatique des spéculateurs , des parachutés en lingots et des inconscients de la finance. Dingue ça ! Lire la suite ici >>>

     

    Crise financière : La stratégie CYA

     

    cover your ass.JPG

     

     

     

    « Cover Your Ass ! », planque tes fesses en français dans le texte fût bien le mot d’ordre de tous ceux (majoritaires) qui avaient en charge de gérer les actifs pourris dont ils avaient hérité aux fils de ces années. Alors on vit apparaître sur le marché des instruments financiers toujours plus nombreux, toujours plus complexes. Présentés officiellement sur toutes les places financières comme suffisamment sophistiqués pour garantir aux acquéreurs de tout risque, ils n’étaient pour la très grande majorité que des tours de prestidigitation. La manœuvre était simple, amalgamer de façon suffisamment opaque des titres déjà contaminés avec d’autres valeurs, elles-mêmes complexes pour qu’aucun acquéreur ne s’aperçoive de l’embrouille et le refiler ainsi maquillé le plus vite possible au voisin. Cette « titrisation par strates successives finit par créer ex nihilo une frénésie de valeurs dont même les créateurs finissaient par ne plus savoir exactement ce qu’elles représentaient. Lire la suite ici>>>

     

    Crise financière : Avec le Plan Paulson n°1, nous pissions dans un violon !

     

    panicwall_street.jpg

     

    Le plan Paulson tel qu’initialement présenté et rejeté une première fois par la chambre des représentants n'aurait sans doute rien changé. Pour ceux qui lisent la langue de Shakespeare, nous vous suggérons l'analyse de Nouriel Roubini avec le lien ci après :

     

    http://www.rgemonitor.com/blog/roubini/253783/is_purchasing_700_billion_of_toxic_assets_the_best_way_to_recapitalize_the_financial_system_no_it_is_rather_a_disgrace_and_rip-off_benefitting_only_the_shareholders_and_unsecured_creditors_of_banks

     

    Roubini est le premier expert à avoir alerté l'opinion fin 2006 sur le risque de crise des subprimes (entre autres choses...)

    Pour résumer, Roubini analyse en détail pourquoi le plan de sauvetage des 700 milliards prévu était une erreur:

    Lire la suite ici>>>

     

    Crise financière : Virtualité de la finance et crise économique

     

    burning-money.jpg

     

    On nous a objecté (ici) "Non, la finance n'est pas déconnectée de l'économie réelle, en fait mis-à-part la fantastique connerie du mark-to-market (l'enregistrement comptable à la "valeur de marché"), la finance ne créé par de richesse à partir de rien (à une exception près, qui est la création par les banques centrales, qui prêtent aux banques de l'argent -qui n'existe pas, donc qu'elle créé- qu'elles réinjectent dans l'économie, mais rappelons que ces prêts ne se font pas n'importe comment, sinon, on aurait une inflation délirante de la masse monétaire mondiale). "

     

    ET LES WARRANTS, LES ASSET SWAPS ET LES TRACKERS?? Ca part de quelque chose de réel! NON!


    Lire la suite ici>>>

     

    Crise financière : Lorsqu’on vous parle de « couverture » de risques, méfiez-vous !

    bearvsbull.jpg

    Si la titrisation se bornait à ce qu’on annonçait partout comme la panacée en matière de couverture explicable de risques clairement définis, la vie financière serait merveilleuse! Mais c’est feindre d'ignorer ici ce que regroupe en pratique ce vocable : Il s'agit dans 80% des cas d'amalgamer dans un seul titre négociable une foultitude de valeurs (actions, obligations, options diverses, et sous-titres même). Si bien que même ceux qui créent ces instruments ne savent pas en réalité avec précision ce qu'ils représentent!


    Non la finance n'est pas LA MECHANTE FINANCE

     

    Lire la suite ici>>>

     

    ---------

     

    Oui la finance est utile!

    Oui c'est une activité indispensable pour le développement d'autres activités humaines!

    Et de la même manière qu’il convenait de se montrer plus circonspect lorsqu’on nous faisait naguère l’éloge du marché autorégulé, l’apologie de la réussite facile et de la nécessaire valeur bienfaitrice de l’argent-roi, il faut aujourd’hui se méfier des parures torquemadesques d’un Sarko-guevara presque prêt à légitimer demain l’établissement de Kolkhozes et Sovkhozes financiers !

    sarkozy che.jpg


    Précision : Bien qu'ayant, pour quelques uns d'entre nous, suivi des études assez poussées en économie, bourse ou finance, aucun d'entre les Alcibiade n'exerce de profession dans le secteur bancaire, boursier ou même dans un des pans du secteur public chargé de contrôler (wouarf!) le secteur financier. Cela ne nous rend pas plus objectifs ou crédibles... mais pas moins!