Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

caisse d'épargne

  • Avec Frédéric Lefebvre, … à vos pierres !

    Pour bien débuter cette semaine, notre traditionnel jeu du lundi (ici) devait, cette semaine, vous apporter également la réponse à cette question qui vous taraude :

     

     

    Qui sont les coupables

    de la crise financière ?

     

    En effet, vous l'avez sans doute compris, notre Pseudo-Zorro-Sarko a décidé de se lancer à la poursuite des coupables coûte que coûte! D'après notre enquête, il va bientôt pouvoir les ramener .... avec les dents (comme naguère il pensait le faire avec la croissance)! En effet, certaines informations ont filtré et bientôt, nous pouvons vous le révéler aujourd'hui, notre Torquemanda des temps modernes va pouvoir orienter sa colère et celle du bon peuple sur ces ignobles créatures de l'ultra-capitalisme débridé!

     

    Nous vous livrions un premier indice en rapport avec ces odieux profiteurs sanguinaires qui vont concentrer d'ici peu l'ire de la puissance publique. Vous deviez donc deviner ceux que le pouvoir va bientôt livrer à la vindicte populaire et exhibera sans doute en place de grève!

     

    coupables.JPG

     

    A midi, devant vos protestations, nous vous livrions un deuxième indice :

     

    indice2.jpg

     

     Enfin, à 19H00, nous vous donnions un dernier indice :

     

    L'individu ci-dessous faisait partie de la catégorie des coupables tout désignés :

     

    indice3.jpg

     

    LA rePONSE :

     

    Encore une fois, Olivier Montbazet, sans avoir trouvé exactement la réponse peut être considéré comme le gagnant du « Jeu du Lundi ».

     

    wanted écureuil.JPG

     

     

    Et oui, la première photo représentait le bout des oreilles et la queue d’un écureuil :

     

    ecureuil noisette.jpg

     

     

    Quant à la seconde, il s’agissait de Tchaïkovski (compositeur du ballet « Casse-Noisette » en 1862).

     

    Enfin le troisième indice n'était autre que Jérome Kerviel, trader de la Société Générale, ayant fait perdre à cette dernière ( seul d'après sa hiérarchie) 4,9 milliards d'euros.

     

     

    Les coupables sont donc les trois (ou quatre) traders indélicats et les dirigeants du groupe Caisse d’épargne !

     

    - 0o0o0o0 - 

     

    LA Majorite

    va exploiter

    le filon

     

     

    pulp lefebvre.jpg

    Vous l’aurez compris, le pouvoir ne va pas lâcher des coupables aussi faciles !

     

    Déjà, vendredi de Québec, notre vengeur suprême préparait les esprits et ne cachait pas sa volonté de déclencher les foudres à l’encontre de ces écureuils boucs émissaires tout désignés.

     

    Au karcher qu’il va nettoyer cette vieille institution ! Comptez sur lui.

     

    Alors, certes, il y a eu des fautes internes ! Et sans aucun doute, les dirigeants ne pouvaient que démissionner comme ils l’ont fait hier soir.

     

    Comme le précise ce billet, de Nicolas Cori, la valeur de risque maximale ayant été dépassée, cette équipe de trading n’a pas respecté les consignes.

     

    Il est juste que les responsables paient. Reste que, vous allez voir, dès à présent et pendant plusieurs semaines, on va nous en faire des tonnes dans le style « Vous avez vu, on a commencé à nettoyer ! »

     

    Prenez les membres du gouvernement. Comme leur maître a déclaré à Toulon qu’il ne laisserait aucun épargnant perdre un euro, dès la recapitalisation de Dexia, ils n’ont eu de cesse de marteler sur tous les plateaux TV : « Mais vous avez vu ! Le président dans la nuit, à 4 H 00 du matin, n’écoutant que son courage, a sauvé Dexia ! ».

     

    Pendant des semaines, ils vont décliner cela sur deux thèmes :

     

    « Le président a eu raison d’être impitoyable ! Et, comme il l’a annoncé, vous avez vu, il a obtenu des sanctions ! »

     

    Cela commence à se voir trop en effet. L’opinion est de moins en moins dupe et s’aperçoit que le chef de l’Etat s’agite, se dépense en tous sens mais qu’on n’en voyait aucun résultat. C’est une aubaine pour la communication de l’Elysée. Sauf qu'il n'y est pour rien! Comme pour le plan de sauvetage européen des banques, initié en fait par Gordon Brown!

     

    « Le président a parfaitement compris que les spéculateurs fous étaient responsables de la crise que nous connaissons ! »

     

    Comme pour ceux qui se « lèvent tard » ou ceux qui égorgeraient « des moutons dans les baignoires », il lui faut stigmatiser, diviser, jeter la suspicion sur une catégorie d’individus. Après les chômeurs et les immigrés musulmans, c’est décidé, ce seront donc les traders !

     

    Maskirovka encore et toujours ! En sonnant l’hallali désormais sur cette profession, ceux qui nous gouvernent espèrent fermement qu’on oubliera bien vite, entre autres, l’inefficacité totale de la Loi TEPA de 2007 qui renforçait le bouclier fiscal pour les plus aisés et instaurait des heures supplémentaires moins coûteuses que des heures normales à un moment où, au contraire, il aurait fallu dynamiser l’emploi.

     

    sarkozy-robespierre.jpg

     

    Pratique cette crise. D’un coté on lui mettra sur le dos toutes les difficultés de l’économie française réelle ! D’un autre, on va pouvoir enfin livrer des têtes à la vindicte populaire !

     

    Notons que Jean-François copé, se démarquant manifestement chaque jour un peu plus de l’exubérance sarkozienne, a tenu ce matin à modérer ses propos. C’est bien… mais jusqu’à quand va-t-il résister à la facilité?...

     

    Ce n’est, en tout cas, pas le cas de l’inénarrable porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre qui donne le ton pour ses troupes : "le problème reste entier", et il va falloir, selon lui, "s'attaquer à l'irresponsabilité des traders fous qui par inconscience font prendre des risques inconsidérés aux banques".

     

    -          Le chômage augmente dans des proportions jamais atteintes depuis 30 ans ? "C’est la faute aux traders fous !"

    -           Le pouvoir d’achat est en chute libre ? "C’est la faute de la finance internationale !"

    -          Les comptes publics sont dans le rouge ? "Pas not’ faute ! Il a bien fallu éponger les dettes des spéculateurs américains et des traders français !"

     

    On va même pouvoir, un jour, parler de « Kervielisation » lorsqu’on expliquera dans quelques années la poudre aux yeux et la lapidation médiatique qu’on nous impose.

     

    A Vos piERRES Donc,

     Braves Gens!

     

     

    lapidation.jpg

     

    Car Nicolas-Quillès-Robespierre-Sarkozy le sait mieux que d’autres : "Il ne faut pas seulement dire que des têtes vont tomber, mais dire lesquelles et quand!"