Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

climat

  • Le président qui rassemblera la France pour la reconstruire

    Voici le clip officiel de campagne de françois Bayrou dans sa durée moyenne :

  • Les délégués du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) ont approuvé vendredi le rapport sur le réchauffement climatique à l'issue d'une réunion marathon.

    medium_Giec.jpgLa publication du rapport-clé du Giec sur les impacts du changement climatique avait d'abord été reportée sine die. La négociation bloquait pour des raisons politiques, selon des délégués. Plusieurs pays contestaient des paragraphes-clés du «résumé à l'intention des décideurs» du rapport du Giec sur les impacts du réchauffement.

     

    • EN LIEN

    • Blocage de la Chine

      La Chine, l'Arabie saoudite, la Russie et les Etats-Unis sont les principaux pays à «faire obstruction», selon plusieurs délégués aux négociations ouvertes lundi par le Giec.

      La Chine s'est ainsi opposée en début de matinée à un paragraphe soulignant «le risque très élevé, basé sur de nombreuses observations et preuves dans tous les pays et la plupart des océans, que de nombreux systèmes naturels soient affectés par les changements climatiques (...)», selon une source proche des discussions.

      La délégation chinoise a contesté les bases scientifiques du caractère «très élevé» du risque, selon cette source. En réponse, un groupe de scientifiques a remis une lettre de protestation à la présidente du groupe II du Giec, l'Américaine Sharon Hays, en faisant valoir que son degré de confiance élevé était scientifiquement établi.

      La science remise en cause

      Par ailleurs, les USA ont demandé et obtenu l'élimination d'un paragraphe indiquant que l'Amérique du Nord «devrait être localement confrontée à de graves dommages économiques et à des perturbations substantielles de son système socio-économique et culturel», selon un observateur des négociations.

      «C'est la première fois que la science est ainsi mise en cause par les politiques», a remarqué un délégué dont les propos étaient rapportés par un autre participant.

      Le résumé à l'intention des décideurs est une synthèse en une vingtaine de pages des 1400 du rapport complet. Négocié ligne à ligne par les délégations mandatées par leurs gouvernements, il est destiné à les éclairer sur les aspects scientifiques, économiques et humains du réchauffement.