Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cohn-bendit

  • Nous n'avons pas fini de payer les erreurs des dernières européennes

    En fait, pas besoin de pluriel, la vraie erreur pour les européennes a été pour le MoDem de refuser l'alliance avec Génération Ecologie. Et Daniel Cohn-Bendit était demandeur. Nous avions eu l'occasion de rédiger un post à ce propos en septembre 2008 http://lafrancedetoutesnosforces.hautetfort.com/archive/2008/09/07/c-est-evident-qu-il-faut-discuter-eventuelle-alliance-avec-d.html

    Mais cela ne s'est pas fait, l'indépendance du programme et des candidats devaient permettre au Modem de retourner vers les scores de la Présidentielle de 2007. Vous vous rappelez tous de la suite.

    Et tout repart pour les régionales de 2010 avec un énorme changement, Europe Ecologie a fait le double des voix du Modem aux européennes. Cela dit il y a déjà un progrès ce week-end, François Bayrou s'est réconcilié avec Daniel Cohn-Bendit http://www.20minutes.fr/article/365260/France-Bayrou-et-Cohn-Bendit-se-rabibochent.php 

    Tout cela prouve qu'il n'y a pas d'alternance possible en France sans les écologistes et les démocrates et aujourd'hui comme hier le Modem comme Europe Ecologie ou le PS ne peuvent pas gouverner seuls.

    A partir de cette situatin, la solution des listes autonomes au 1er tour des régionales de 2010 est sans doute la meilleure. Elle est risquée, certaines régions verront des scores faibles des démocrates, mais d'autres faciliteront les alliances au second tour.

    La seule priorité étant maintenant une stratégie claire et nette, pas d'alliance avec la majorité présidentielle au second tour.

    Nous sommes dans l'opposition et soyons en fiers ! Et une partie de l'UMP et des neo-centristes rejoint cette opposition sans le clamer!

  • Et le gagnant ou du moins la gagnante est...Ségolène Royal

    C'est le Parisien / Aujourd'hui de mercredi ou jeudi de cette semaine qui posait la question de la victoire de Ségolène Royal au Congrès du Parti Socialiste à Reims.

    Cette hypothèse de travail était basée sur un grand axe de la culture du PS français, le poids des grandes fédérations.

    Et là, effectivement, ils ont raison. Hérault, la fédération de Georges Frèches, Bouches du Rhône et Rhône ont choisi de soutenir Ségolène Roral. A tel point d'ailleurs que Bertrand Delanoë a modestement rempli une salle avec 50 ou 60 militants cette semaine à Marseille. Le Nord et le Pas de Calais sont avec Martine Aubry. Et Paris avec tout le monde en général et personne en particulier.

    Donc effectivement Ségolène Royal sera en tête. Le faible nombre d'adhérents votants renforce en plus le poids des grandes et grosses fédérations.

    Et après ? Martine Aubry deuxième et Bertrand Delanoë troisième semblent des pronostics plutôt raisonnables.

    Pour gouverner le PS, avec qui Ségolène Royal va s'allier ?

    Va-t-elle postuler au Poste de 1er Secrétaire ? Pas certain. La tentation de laisser la place à une "jeune pousse" existe.

    Voilà les deux questions qui sont à poser.

    Qu'est-ce que cela change pour les démocrates. Tout. Ségolène Royal est la seule à ouvrir la porte à des accords électoraux, voir à des majorités de gestion.

    A méditer aujourd'hui, à la fin d'une semaine où Daniel Cohn Bendit a annoncé sa candidature aux élections européennes à Paris, une liste sur laquelle les démocrates avaient vraiment leur place.

    Dommage !

  • Eva Joly sur la liste de Daniel Cohn-Bendit aux européennes, dommage !

    D'après l'édition de ce jour du Parisien / Aujourd'hui, Daniel Cohn-Bendit aurait annoncé hier soir la candidature d'Eva Joly sur la liste des Verts en Ile de France, partageant ainsi la tête de liste avec elle.

    C'est probablement la fin d'un feuilleton qui devait mener l'ancien juge comme candidat Modem aux européennes.

    Ce qui est dommage dans cette affaire, c'est qu'il n'y ait pas eu un début de dialogue avc Daniel Cohn-Bendit pour un projet commun pour les élections européennes. L'argument de la présence de José Bové dans le deal est un argument fallacieux. Premier point, nous avons déjà vu son score aux Présidentielles. Deuxième point, il faut cesser de dire qu'il ne dit que des bétises.

    Ce changement de cap d'Eva Joly montre bien que le Modem a l'ardente oubligation de s'ouvrir aux dialogues avec les autres.

    Concernant l'élection européenne, Daniel Cohn-Bendit a voulu dialoguer avec Corine Lepage au nom de Cap 21. Elle a refusé. Dommage, car en qualité de vice-présidente du Modem cela méritait au moins un débat.

    Le changement de cap d'Eva Joly n'est pas grave, qu'il nous rappelle juste la nécessité  de dialoguer avec les autres.

    Ne loupons pas le Congrès du PS dans ce cadre.