Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cour des comptes

  • Non! Il n'a pas tué Seguin!

    seguin sarko.jpgHier, disparaissait un personnage qui, lorsqu'il exerçait exclusivement ses talents dans la sphère politique, avant de devenir Premier Président de la Cour des Comptes, irritait, agaçait, bousculait toute la classe politique : Philippe Seguin!

    Véritable poil à gratter de la droite depuis les années 80, il avait cette franchise et ce républicanisme si viscéralement attaché à sa personne qu'au delà de ses derniers combats électoraux perdus il avait su imposer dans l'opinion publique et la classe politique son indépendance d'esprit et ses éclats! C'est sans doute ce qui, aujourd'hui,  à l'heure de sa disparition, force le RESPECT de tous.

    De tous?... pas sûr!

    Nous ne voudrions pourtant pas, sans précautions responsables préalables, être de ceux qui, croyant utile de saluer le départ de ce grand adepte des gaillardises, de l'irronie et de l'humour noir par un trait d'esprit, pourraient s'interroger sur la raison de la crise cardiaque qui l'emporta :

    Tous ceux-là pourraient voir là un lien entre l'activité critique de la Cour des Comptes sous Monsieur Seguin vis à vis de l'exercice de la présidence Sarkozy et ce dernier. Jugez plutôt leur état d'esprit avec ce qui suit :

    Quel nouveau rapport de la Cour des Comptes était-il en train de lire lorsqu'il succomba?

    Après le rapport sur les dépenses élyséennes, celui sur les commandes de sondages par Nicolas Sarkozy depuis mai 2007, celui sur l'absurdité de la politique de non-rempalecement d'un poste de fonctionnaire partant en retraite sur deux, celui sur la gestion de la présidence européenne de la France de l'an dernier...

    ... quel est  donc ce nouveau rapport qui a provoqué la fatale crise cardiaque?

    Allez, balayons tout cela car, très vite, le Président, modèle d'homme et de responsable politique économe bien connu, aura à coeur de nommer comme successeur de Philippe Seguin une presonnalité aussi RESPECTEE et indépendante n'est-ce pas?...

     

    N'est-ce pas?...