Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

décentralisation

  • Les communes, fédérées en intercommunalités, auront la plénitude des pouvoirs de proximité, y compris une autorité en matière de sécurité.

    medium_Visuel_Mairie-fronton.jpg« Je suis un défenseur des 36 000 communes ! Dans ma circonscription, la plus petite avait, il y a peu, 18 habitants, la plus grande 85 000. Grâce à ce tissu serré des communes françaises, il y a un immense tissu d’élus bénévoles – et beaucoup moins d’employés municipaux, en regard de la population, dans les petites communes que dans les grandes !

    Les maires sont en première ligne dans le combat contre la décomposition de la société française. ». La meilleure répartition des effectifs auparavant dévolus aux départements, au plus près des administrés, dans le cadre de la synergie avec les régions aidera ces communes à se développer, à maintenir le tissu social, et simplifiera les démarches administratives.

  • Fusion-absorption des départements par les Régions

    « On doit simplifier le labyrinthe des collectivités locales pour obtenir l’efficacité »

    medium_carte_20de_20france_1_1.jpgFrançois Bayrou veut simplifier « l’empilement et l'enchevêtrement » des collectivités pour en finir avec les gaspillages d’argent, de temps et d’énergie. Avec un objectif : un meilleur service aux citoyens sur tout le territoire.

    Il propose de rapprocher les conseils généraux et les conseils régionaux dans une seule collectivité locale, avec les mêmes élus. Les mêmes élus administreraient les départements et les régions au lieu de l’empilement, des incohérences et des mises en concurrence. Il y a en France 22 régions. Ce qui signifie que l’on fera des économies considérables en allégeant le pays de la complexité d’une centaine de structures surnuméraires ( 97  départements de métropole et 6 d’Outre Mer). Imaginons les économies que représentera cette mesure !

     

    Il ne s’agit pas ici de supprimer des postes de la fonction publique territoriale. Il faut que « on » arrète de montrer du doigt les fonctionnaires lorsque les plus grandes gabegies recensées par la Cour des Compte sont celles de mauvais management ou de gaspillages structurels ! Comme c’est mentionné dans les grandes orientations du quinquennat de François BAYROU, il s’agit de rétablir l’équité de présence des services et de la puissance publics là où elle se fait le plus désirer aujourd’hui.  Par contre les économies d’échelles sont considérables

    - sur les structures

    - sur les bâtiments,

    - sur le nombre d’élus et sur les frais de fonctionnement.

    Tous les directeurs financiers savent qu’une structure est budgétivore par essence. Combien d’études, de rapports, d’initiatives et de services interviennent en même temps, se croisent ou se télescopent sur les mêmes projets au niveau départemental et au niveau régional ? Combien de petites guerres dispendieuses sont ainsi entretenues entre un département et la région au seul profit souvent de l’ego des deux présidents ?

     les citoyens y verront plus clair et auront un véritable interlocuteur en matière d'aménagement du territoire.

    Un seul exemple, celui de la communication institutionnelle de ces deux collectivités. Une campagne de promotion du tourisme de Midi-Pyrénées dans tous les media Européens serait-elle moins efficace que les 6 campagnes nationales seulement et concurrentes actuelles ? A-t-on besoin dès lors des 293 conseillers généraux qui s’ajoutent aux 91 conseillers régionaux élus de cette région? Pensez à l’ensemble des économies de traitements et de frais divers dans une organisation sans les départements !  Cela également permettra aux électeurs de souffler un peu.

    Pensez également aux exécutifs départementaux ; lequel n’a pas souhaité bâtir ou restauré à grand frais ses locaux ? « Une question de prestige de notre département » nous répondait-on lorsqu’on s’interrogeait sur le budget départemental…

    Nous sommes le seul pays au monde qui empile ainsi 4 structures politiques et décisionnelles (Commune, Département, Région, Etat), 6 si l’on considère les communautés urbaines,districts ou intercommunalités d’une part et l’Europe enfin. Et personne n’y comprend rien ! Gardons notre spécificité française pour ce qui marche pas pour ce qui nous handicape!  

    La création des départements répondait à une période de l’histoire (le premier empire) Il fallait à cette époque un jour et demi pour relier Toulouse à Rodez et trois voir quatre entre Paris et Millau pour des coursiers rapides. L’Etat fort du Bonapartisme devait créer des entités territoriales restreintes chargeés ensuite de relayer les ordres rapidement. A l’heure d’internet des moyens de communication, en ce début de 3ème millénaire pouvons nous continuer à entretenir nous tous avec nos impôts ces baronnies ?

    Car il est bien là le problème, personne aujourd’hui à part François Bayrou n’a le courage de remettre en cause l’existence de ces fiefs de quelques uns ! Dans le cadre programme économique présenté par François Bayrou, cette mesure est importante car

    - D’une part elle permet de participer à la « modernisation de l’Etat »

    - D’autre part elle permettra de ne passer ensuite qu’une vingtaine de contrats de solidarité et donc d’en assurer le suivi et le contrôle que de cette vingtaine avec les régions au lieu de plus de 150