Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

déficit

  • Où il y a de la gêne... l'Elysée prend plaisir

    caviar.jpgLe ministre du budget et des comptes publics, Eric Woerth a du s'étrangler en signant le décret du 12 décembre 2008 prévoyant une augmentation de 9,2 millions d'euros du budget initial de la présidence de la République pour 2008 (soit une hausse de 9,1%). A l'heure où justement on annonce un déficit record de 79,3 milliards d'euros en 2009 contre 57,6 milliards initialement prévus dans le projet de Loi de finances 2009, cela fait mauvais genre!

    D'autant que, par définition, ce dépassement des dépenses élyséennes concerne des excès de fonctionnement et non d'investissement comme le claironnait le pouvoir dans ses différentes interventions sur la relance.

    "Contrairement à l'an passé, l'Elysée n'a pas utilisé la procédure transparente de la loi de finances rectificative qui est actuellement en cours de discussion au Parlement", commente René Dosière. Le député de l'Aisne, qui s'est spécialisé sur ce dossier a ironisé sur le fait que cette "procédure discrète" n'est pas reprise dans l'édition papier du Journal officiel, "sans doute par respect du Grenelle de l'environnement et de la lutte contre la déforestation".

    En fait, il semble bien que cette mesure était largement prévisible puisque les dépenses s'étaient effectivement envolées. Il fallait donc trouver à toute vitesse un mécanisme comptable pour la justifier. Qu'à cela ne tienne! Cette augmentation est ainsi inscrite sous forme "d'autorisation d'engagement" et de "crédits de paiement".

    En compensation, le même décret annule 9,2 millions de crédits sur les budgets des missions de la Défense (5,3 millions) et de la Sécurité (3,9 millions).

    Les militaires ont bien fait de se serrer la ceinture! Et on voit combien la sécurité, en cette période de réveil des "dangereux terroristes" de l'utra-machin ou de l'extrême-bidule, tient notre président à coeur...