Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

développement durable

  • Le développement durable, seule réponse aux trois crises de l'été

    Corinne Lepage, présidente de CAP 21 et membre du MoDem, intervient aujourd’hui dans Les Echos pour mettre en perspective la prise en compte du développement durable à la lumière des trois crises majeures rencontrées cet été : la hausse du prix des matières premières agricoles, la controverse sur les conséquences en termes de santé et de pollution de la croissance chinoise, la crise financière liée aux crédits hypothécaires à risque américains (dont les crédits immobiliers) dite crise du « subprime ».

     

    b09c4f08aa37d3c0ff8d0344b0216bf0.jpg23/08/2007

    Par Corinne Lepage

     Les Echos - 23/08/07

     

    "La hausse du prix des matières premières agricoles, la controverse sur les conséquences en termes de santé et de pollution de la croissance chinoise, la crise financière liée aux crédits hypothécaires à risque américains (dont les crédits immobiliers) dite crise du « subprime », constituent les trois événements phares de l'été. Ils illustrent trois facettes du caractère non soutenable des orientations économiques et financières planétaires qui refusent de sortir d'un court-termisme suicidaire."

    LIRE LA SUITE ET VISITER LE SITE DE CAP 21 : ICI >>>>>

     

    57b5c3416bcc4248f2d1205f0778b043.jpg
  • L’ECOLOGIE, LE DEVELOPPEMENT DURABLE A LA UNE CETTE SEMAINE

    medium_N_Hulot.jpg
    Hier, Dimanche au Trocadéro, à Paris, Nicolas Hulot rassemblait près de 10 000 personnes pour mobiliser les esprits et obliger à nouveau les candidats à l’élection présidentielle à prendre en compte les impératifs écologiques dans une vision transversale de leur programme et de profiter des 5 prochaines années pour placer le développement durable en tête des priorités de notre pays.
    medium_fr_changes_in_co2.jpg

    A Paris, à l’invitation de Jacques Chirac, il y a deux mois, les experts du premier groupe de travail du GIEC (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat ) avaient rendu un rapport alarmant sur les bases scientifiques du changement climatique, qui établissait avec un degré de certitude jamais atteint auparavant que les activités humaines sont responsables du changement climatique. Le GIEC qui, avec 2.500 chercheurs venus de 130 pays, fait autorité pour les questions d'évolution du climat, avait alors présenté une fourchette moyenne d'élévation des températures au XXIe siècle de 1,8 à 4 degrés.

    Le deuxième des trois groupes de travail thématiques se réunit toute la semaine à Bruxelles pour valider les conclusions de son quatrième rapport sur "les conséquences, l'adaptation et la vulnérabilité" au réchauffement de la planète. Les experts estiment que les plus pauvres souffriront le plus de ce phénomène imputable aux activités humaines.

    Le rapport du deuxième groupe de travail du GIEC, qui doit être rendu public vendredi, présentera pour la première fois depuis 2001 la liste des impacts à attendre pour l'environnement de ce dérèglement des températures. Le réchauffement climatique devrait, entre autres, provoquer davantage de famines en Afrique et entraîner la fonte de l'essentiel des glaciers de l'Himalaya à l'horizon 2030. Selon le Giec les plus pauvres souffriront le plus de ce phénomène imputable aux activités humaines.