Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

de villepin

  • Derrière la balance de la justice, les crocs de boucher

    Jean-Claude Marin.JPGVoilà! On s'y attendait! Le procureur de la République, Jean-Claude Marin a décidé d'interjeter appel contre la décision du tribunal dans le procès dit "de l'affaire clearstream" qui relaxait purement et simplement Dominique De Villepin!

    Acharnement?

    Haine?

    Persécution?

    Comment voir le contraire?...

    En tout cas, nous avons la tristesse de voir le visage que donne le cadre juridictionnel de notre pays hors de nos frontières et nous sommes solidaires de nos collègues blogueurs qui eux sont clairement villepinistes, dont bien entendu, l'excellent Mancioday animateur de Reversus en tout premier lieu et

     

    ainsi que les députés plus que jamais debouts

    François Goulard et Hervé Mariton!

     

     

  • Soutenez Mediapart face à l'acharnement juridique!

    mediapart.pngLancé, lundi 4 mai, par 77 personnalités du monde politique, par des intellectuels et des journalistes, l'appel de soutien à Mediapart a déjà recueilli près de 5000 signatures de soutien devant l'offensive judiciaire dont Mediapart est la cible de la part des Caisses d'épargne et de François Pérol. Parmi les nouvelles prises de position, à signaler celle de l'Association des journalistes de la presse judiciaire ou encore celle du club Droits, justice et sécurités, qui regroupe des juristes et spécialistes du droit connus. Une première audience doit avoir lieu devant le Tribunal de grande instance de Paris, mardi 12 mai à 13h30.

    Nicolas Sarkozy a promu l’un de ses plus proches collaborateurs, François Pérol, à la présidence des Caisses d’épargne et des Banques populaires. Pour avoir révélé cette information, le 21 février, et s'être interrogé sur le sens de cette promotion, Mediapart fait aujourd’hui l’objet d’une citation directe à comparaître devant le Tribunal correctionnel de Paris du chef de diffamation de la part de François Pérol.

    L’ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée poursuit le journal en ligne pour avoir affirmé coup sur coup les jours suivants :

    – que cette nomination était entachée d’illégalité ;

    – que François Pérol avait déjà par le passé méconnu un avis de la Commission de déontologie, en date du 22 décembre 2004, lui interdisant de participer à la création de la banque Natixis ;

    – que la banque Rothschild lui avait versé un bonus fin 2006 du fait notamment de cette opération Natixis. 

    Cette action fait suite à dix autres, déposées par l’ancienne direction des Caisses d’épargne et par la personne morale, et maintenues jusqu’à ce jour par François Pérol. Pour avoir donné l’alerte sur la crise de la banque mutualiste, bien avant que la crise financière ne s’accélère, dans le cadre d’une longue enquête mise en ligne au début de 2008, les journalistes Edwy Plenel et Laurent Mauduit ont tous deux été mis en examen à dix reprises et renvoyés devant le Tribunal correctionnel, le premier en qualité de directeur de la publication de Mediapart et le second en qualité d’auteur des articles.


    Les soussignés :

    – estiment que dans les deux cas, celui de l’affaire des Caisses d’épargne, comme celui de l’affaire Pérol, Mediapart a rempli sa mission, celle d’une information libre et honnête à propos d'un sujet relevant de l'intérêt général ;

    – s’indignent que François Pérol, au travers de ces onze plaintes, cherche à intimider ou à faire taire le journal dont la mission d'information est de rechercher s'il a été fait fi d'obligations légales lors de sa nomination ;

    – s’inquiètent de l'acharnement des dirigeants de la Caisse d'Epargne et d'elle-même à utiliser la justice contre un média indépendant, tandis que dans le même temps l’Elysée faisait peser de lourdes menaces sur le pluralisme de la presse ou l’indépendance de la radio et de la télévision publiques ;

    – rappellent avec force que la liberté de la presse est une liberté fondamentale dans une démocratie, comme l’énonce régulièrement la Cour européenne des droits de l’homme ;

    – assurent les deux journalistes visés par ces actions judicaires de leur plein soutien et de leur solidarité ;

    – invitent, enfin, tous les citoyens attachés au pluralisme et à la liberté de la presse à soutenir financièrement Mediapart pour que le journal, encore jeune et donc fragile, puisse faire face à ces procès qui l'opposent à un géant financier.

    Parmi les dirigeants ou élus politiques :

    Pouria Amirshahi, secrétaire national du PS aux Droits de l'homme
    Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste

    Denis Baupin (maire adjoint de Paris, Verts)
    François Bayrou (président du Modem)
    Daniel Bensaïd (philosophe, NPA)
    Olivier Besancenot (porte-parole NPA)
    José Bové (syndicaliste paysan)
    Jean-Marc Brûlé (maire Vert de Cesson)
    Marie-George Buffet (secrétaire nationale du PCF)
    Daniel Cohn-Bendit (co-président du groupe Verts au Parlement européen)
    Olivier Dartigolles (porte parole du PCF)

    Cécile Duflot
    (secrétaire nationale des Verts)
    Laurent Fabius (député socialiste, ancien Premier ministre)
    Aurélie Filippetti (député PS, écrivain)
    Hélène Flautre (eurodéputée Verts)
    Michel Françaix, député PS
    Christophe Girard, adjoint au maire de Paris
    Benoît Hamon (porte-parole du Parti socialiste)
    François Hollande (ancien premier secrétaire du Parti socialiste)
    Eva Joly (ancienne magistrate)
    Alain Krivine (NPA)
    Corinne Lepage (présidente de Cap 21)
    Noël Mamère (député Verts)
    Ségolène Royal (présidente socialiste du Conseil régional de Poitou-Charente)
    François de Rugy (député Verts)
    Michel Sapin (secrétaire national du PS à l’économie, ancien ministre des finances)
    Marielle de Sarnez, (député européen, vice-présidente du Modem)
    Djamila Sonzogni (porte-parole nationale des Verts, conseillère régionale Alsace)
    Anne Souyris (conseillère régionale d'Ile-de-France, Verts)
    Christiane Taubira (député, radicale de gauche)
    Henri Weber (sénateur PS)

    Par ailleurs Dominique de Villepin (ancien Premier ministre) a adressé un message affirmant qu’il « soutient Mediapart dans son travail d'alerte et d'information, et s'élève contre toute procédure qui pourrait limiter ce devoir d'information, nécessaire à toute démocratie ».

    Pour signez l'appel : cliquez sur ce lien

     

     

  • Sarkozy est-il est capable de tous les coups tordus?

    Dominique de Villepin est aujourd'hui poursuivi dans l'affaire clearstream sur la base d'une plainte pour diffamation posée par le Ministre de l'intérieur de l'époque, l'actuel président. En clair, on accuse de Villepin d'avoir voulu nuire à Nicolas Sarkozy.

    Guy Birenbaum dans le buzz radio interviewait Bruno juliard. Ce dernier, ancien leader de l'Unef, a affirmé que Nicolas Sarkozy lui avait secrètement apporté son «soutien» lors du mouvement anti-CPE. Pourquoi ? Une manière comme une autre pour celui qui n'était alors que ministre de l'Intérieur de déstabliliser son rival, Dominique de Villepin...

    A quand des révélations sur l'origine de la fuite sur l'appartement de Jacques Chirac avant la présidentielle de 1995? Celle concernant le logement HLM du fils de Juppé? Le logement d'Hervé Gaymard? Et surtout, plus grave, la fuite auprès des autorités brésiliennes qui a torpillé l'opération secrète de libération d'Ingrid Bétancourt via leur territoire et organisée à l'époque par... Dominique de Villepin?