Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

digard

  • Un nouveau préfet éjecté pour un caprice présidentiel

     Un autre préfet vient de faire les frais d'un nouveau caprice du prince

     manif St Lo 120109 OUEST FRANCE.JPG

    Six mois après sa nomination, le préfet de la Manche, jean charbonniaud est mis au placard.

     

    Sa faute? Ne pas avoir su faire preuve (contrairement à son collègue du Gard le lendemain) de suffisamment de zèle pour encadrer l'opinion publique au bénéfice médiatique du déplacement présidentiel  à Saint-Lô le 12 janvier dernier.

     

    Ouest France  rappelle que "Nicolas Sarkozy aurait souhaité un bain de foule : mais seule une vingtaine d’aficionados avaient pu franchir le cordon de sécurité des 500 CRS. Il ne voulait pas être dérangé par les manifestants : la place du centre culturel, lieu de son discours, en était pourtant cernée. Et des chaussures et autres projectiles ont volé au passage du cortège présidentiel. Furieux, le Président avait marqué à plusieurs reprises son énervement hors caméra".

     

     

     

    Même les élus de la majorité présidentielle s'indignent de cette décision « très sévère et plutôt injuste » à l'image de François Digard, maire UMP de Saint-Lô. Le député UMP de Saint-Lô, Philippe Gosselin, lui aussi dit ne pas être étonné car il a vu le président « très énervé », le jour de la visite. Mais il regrette que le préfet paye les pots cassés. « Ce sera perçu comme le fait du prince », souligne-t-il à juste titre. Enfin, le président du Conseil général de la Manche et sénateur UMP Jean-François Le Grand, parle de « décision disproportionnée » et estime que c’est « très contre-productif sur le plan politique ».

     

    Pas faux Messieurs! Mais votre leader n'en a cure car… tel est son bon plaisir!

     

    Après l'audiovisuel, les juges, désormais, après l'épisode de la villa en Corse de son ami acteur, il pense avoir fait un exemple de plus pour exiger le zèle indéfectible du corps préfectoral. Michel Gaudin sait à quoi s'en tenir aujourd'hui sur Paris...