Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

droite

  • débat Bayrou - Royal énorme audience

    Contrairement à ce qu'ont dit les responsables de l'UMP (valérie Pecresse entre autre) ce débat n'était pas "surréaliste" et il change en tout cas des combinaisons à huis clos et des débauchages divers dont l'UMP a l'habitude.

    Non Madame Pecresse! Personne n'a perdu dans ce débat! C'est la France qui y a gagné! Ce sont les électeurs qui y ont gagné!

    Les sites internet qui diffusaient ce débat (site de BFM) web blog, (site de Marianne etc... , étaient tous surchargés!

    Voici le message que nous avons laissé sur le site de désirs d'avenir et qui n'est nullement un message d'allégeance! Il faut sortir de ce simplisme: sortir du manichéisme!

    ---------------------------------------------------------- 

    Message de AlcibiadeFRANCE le Date à 28/04/07 12:47

    Chapeau à tous les deux en tout cas!

    Nous, Mouvement Alcibiade pour Bayrou, en tout cas, constatons que chaque fois que les gens se parlent en toute clarté, on peut avancer!

    Il faut arréter d'empécher les gens de s'assoir à la même table; C'est clair que contrairement à Nicolas Sarkozy qui a plusieurs fois méprisé cette possibilité, les démocrates de gauche, du centre et de droite (car il y en a : Azouz Begag, François Goulard, Monsieur Romero par exemple...) en sont conscients!

    Certes les divergences économiques persistent mais on peut apprendre de l'autre, et sur le fond nous sommes d'accord sur les objectifs, sur la méthode. Eh bien, apprenons ensemble à conjuguer les moyens!

    http://lafrancedetoutesnosforces.hautetfort.com

    ----------------------------------------------------------

     

  • François Bayrou ne fera pas machine arrière!

    La déclaration de François Bayrou : "J’ai une bonne nouvelle pour vous. A partir de ce soir, la politique française a changé et elle ne sera plus jamais comme avant. Malgré des manoeuvres innombrables, malgré l’alliance objective du Parti socialiste et de l’UMP, malgré des sondages manipulés – je veux rappeler que certains instituts n’hésitaient pas à annoncer ces dernières heures encore que l’extrême droite allait être devant nous, malgré ces forces considérables, plus de 7 millions de Français se sont réunis pour porter une magnifique idée du changement.


     

    C’est à ces millions de Français que je pense : ils ont fait une magnifique campagne électorale. Ils ont formé une force nouvelle, La seule force nouvelle de la politique française. Ils ont ouvert un chemin d’espoir pour la France et ce chemin d’espoir ne s’arrêtera pas. Il y a enfin un centre en France. Un centre large, un centre fort, un centre indépendant capable de parler et d’agir au-delà des frontières d’autrefois. Ceux-là, ces millions de Français, ont compris que la vieille guerre des deux camps ne répondait plus au mal de la France. Je vous le dis le mal de la France est plus grave qu’on ne le croit dans les deux partis qui sont encore ce soir arrivés en tête.

    Nous ne sortirons pas la France de la situation qui fait souffrir tant de femmes et d’hommes qui ont besoin qu’on s’occupe d’eux et pas des guerres de partis. Nous n’en sortirons pas sans un changement profond. Ceux-là, ces millions de citoyens ont voulu qu’on ne raconte pas d’histoire au pays, que l’on ne fasse pas de fausses promesses, qu’on les regarde comme des citoyens c'est-à-dire comme des responsables. Cette espérance que nous avons fait naître, j’en ai la charge, je ne l’abandonnerai pas, ni une minute, ni une seconde pendant les jours, les semaines et les mois qui viennent. J’aime cette espérance. Je mettrai toutes mes forces à rénover la politique française. Je l’ai rénovée hier, je la rénoverai demain. Je n’abandonnerai aucune de ces convictions. Je ne reviendrai pas en arrière.

    Je récuse et je récuserai toujours l’idée qu’il n’y ait en France que deux idées de l’avenir. L’avenir de la France exige au contraire qu’on fasse vivre ensemble les valeurs des uns et des autres. L’avenir de la France exige une démocratie profondément nouvelle, honnête avec des rêves et des principes si souvent bafoués depuis longtemps. Toutes les décisions que je serai amené à prendre dans les jours qui viennent, toute les positions que nous adopterons, seront inspirées par cette seule conviction : la nouvelle politique est en train de naître, cette espérance est grande et juste, et personne, vraiment personne ne l’arrêtera.

    Je vous remercie
    "
  • Après Rocard, Kouchner dit ce qu'il pense ! Les vraies consciences de la gauche progressiste parlent

    Au lendemain de l'appel de Michel Rocard, l'ancien ministre socialiste Bernard Kouchner a prôné à son tour samedi une "alliance" du PS avec François Bayrou.

    medium_kouchner.jpg

    Dans une tribune aujourd'hui dans le Journal du dimanche, M. Kouchner, membre de "l'équipe du pacte présidentiel" de la candidate socialiste Ségolène Royal, propose une "alliance" entre "une gauche social-démocrate rénovée" et le "centre rénové" de François Bayrou.

    "Pour la première fois depuis 30 ans, écrit-il, le parti de François Bayrou ne récuse pas la gauche réformatrice. Saisissons cette chance".

    "Il y a un peu d'inertie dans le parti", a regretté de son côté Michel Rocard au lendemain de son appel.

    Contrairement à ce que Rachida Dati et Xavier Bertrand peuvent prétendre en tant que porte-parole du candidat UMP ("Désormais les choses sont claires: François Bayrou se situe bien à gauche"), il n'est plus question de droite ou de gauche aujourd'hui et ils ne l'ont toujours pas compris! Les français veulent qu'au delà des clivages entretenus par les seuls appareils, les responsables de toutes tendances politiques prennent enfin en considération le bien commun!

    En déplacement à Limoges, avant que ne soit connue la tribune de M. Kouchner, François Bayrou s'est une nouvelle fois félicité de l'appel de l'ex-Premier ministre PS, qui conforte selon lui sa démarche de dépassement des "frontières".

    "Si je suis en situation" en accédant au second tour, "très nombreux seront ceux qui suivront la thèse de Michel Rocard", a-t-il assuré.

    Dans la droite modérée, au centre bien sûr, dans la gauche progressiste et dans la société civile surtout des responsables de plus en plus nombreux s'expriment enfin sur la nécessaire union nationale de tous pour que les citoyens ne soient plus demain les otages d'un seul camp