Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ecole

  • Incroyable! Frédéric Lefebvre lâche les sarkozystes!

    lefebvre.jpgC'est en effet un gigantesque coup de tonnerre qui a secoué aujourd'hui la majorité présidentielle! Jugez plutôt : Interrogé sur l'affaire de ces deux écoliers de Floirac en Gironde, de 6 et 10 ans, arrêtés et entendus au commissariat pendant deux heures parce que suspectés à tort du vol d'un vélo, le porte-parole de l'UMP a, pour la première fois depuis qu'il est à ce poste, pris ces distances par rapport au sarkozysme!

    Pour la première fois Monsieur Lefebvre a laissé de coté la provocation dont il est coutumier et l'alignement sur une politique toujours plus sécuritaire (rappel de ses propos concernant les gamins devant être dépistés dès l'âge de 3 ans).

    S'insurgeant contre cette arrestation "inacceptable", il a déclaré : "L'école doit rester un lieu privilégié du vivre ensemble. L'arrestation d'un enfant de six ans soupçonné du vol d'un vélo à la sortie de l'école n'est pas acceptable".

    Cette première historique dans la vie et l'oeuvre du député-suppléant-devenu-député des Hauts-de-Seine a tout de suite semé le trouble dans les rangs de la majorité!

    On s'inquiètait aujourd'hui en effet au château... Dominique Paillé a juré devant la presse accréditée à l'Elysée qu'il ne fallait surtout pas voir dans cette déclaration le début d'un "sauve qui peut" des membres de la majorité!

    Patrick Balkany serait en train de préparer ses valises. Patrick Devedjian aurait 765 fois, aujourd'hui tenté de joindre son égocrate de leader. Immédiatement après la déclaration de Lefebvre, sentant, une nouvelle fois, le vent tourner, une délégation du Nouveau Centre conduite par Maurice Leroy et François Sauvadet se serait rendue à Canossa  au siège du MoDem pour implorer le pardon de François Bayrou et le supplier de les réintégrer. Jean-François Copé s'apprêterait à faire une déclaration solennelle se déclarant "en réserve de l'ensemble des forces décompléxées de la Droite" et Xavier Bertrand est introuvable!

     

  • Darcos s'étonne, Alliot-Marie demande une enquête interne... et c'est tout?!!!

    Rappel des faits : plusieurs descentes musclées ont eu lieu dans divers établissements secondaires de province. Chaque fois, sous prétexte de "prévention" dans la lutte contre la drogue, on pénètre dans des salles de classe, on intime à des élèves et des enseignements de ne pas bouger, on lâche des chiens renifleurs, on fouille au corps des gamines de 13 ans, ont les interroge sur les activités de leurs parents, de leurs prôches.

    darcos.jpg

    Hier soir, Xavier Darcos "s'étonnait" simplement "des conditions d'intervention des forces de gendarmerie"!... Mais il devrait s'insurger! promettre des sanctions si le laissez-faire des responsables des établissements ciblés est confirmé.

    Quant à Madame Alliot-Marie, elle a, un peu plus courageusement, "adressé mardi une circulaire aux préfets pour qu'ils veillent à ce qu'il n'y ait aucune confusion entre les actions de sensibilisation et les opérations de contrôle menées par police et gendarmerie dans les établissements scolaires". On apprend, de plus, qu'elle a demandé "enquête interne" pour "déterminer les conditions dans lesquelles" a eu lieu l'opération de Marciac". Mais, il ne s'agit pas que de Marciac! Ces faits sont aujourd'hui avérés dans une vingtaine d'établissements! Ce ne peut donc, plus être un dérapage. C'est une dérive! Une dérive coordonnée, ordonnée. On n'imagine difficilement la gendarmerie si disciplinée d'ordinaire engager ce type d'opération sur une grande échelle sans des consignes, des ordres précis et à un haut niveau!

    Il y a décidément quelque chose qui ne marche plus dans ce pays! Si tout ceci ne devaut que se solder par une enquête interne limitée aux agissements de Marciac, ce serait une fois de plus de la poudre aux yeux!..

    ... Et, puisqu'on en parle, Madame la Ministre qu'en est-il de l'enquête interne concernant la mort de deux jeunes adolescents, il y a tout juste un an, à Villiers-le-Bel?

    o0o0o0o

    Petite vidéo d'info. Ecoutez bien les propos!

     

    o0o0o0o

    Rappel de notre billet sur les faits

     

    chien anti-drogue.jpg

     

    Nous en sommes tombés des nues ! Bien sûr nous savions que depuis quelques temps déjà la police ou la gendarmerie pouvait, à la demande du chef d’établissement, pénétrer l’enceinte d’un établissement. Nous imaginions que ce genre d’intervention était réservé à des cas graves de désordre manifeste, de dangers dus à une rixe, ou de la constatation d’un délit… mais pas à ce genre de descente policière plus susceptible de bouleverser pour longtemps les esprits que visiblement marquée de la moindre efficacité « préventive ».

     

    Nous fûmes d’abord attirés par un commentaire sur le blog Orange-Rouge-Vert. Puis en cherchant la confirmation des faits mentionnés, nous avons découvert que le Web se faisait l’écho d’une pratique de plus en plus courante. Et Olivier Bonnet (plume de presse) dans un post du 25 novembre en dressait un premier inventaire « stupéfiant ». Il est aujourd’hui confirmé par de nombreux articles dans la presse régionale que des descentes plus que musclées de forces de l’ordre accompagnées de chiens se généralisent dans les établissements secondaires… pas à Neuilly néanmoins !...

     

    Sous le prétexte en effet de « séances de prévention » contre la drogue, LIRE LA SUITE >>> ICI

     

    ...

  • Bayrou dénonce un climat propice aux dérapages

    résistance bayrou.jpgLe Président du Mouvement Démocrate était l'invité politique de Jean-Michel Apathie, hier, mardi 2 décembre à 7h50 sur RTL. Il a qualifié mardi de "dérapage" l'interpellation controversée du journaliste de Libération Vittorio de Filippis, estimant que le pouvoir en place a créé "un climat propice à ce genre de dépassement des bornes"... 

     

    "Je trouve que c'est un dérapage qui prend désormais l'allure d'une habitude. On a l'impression que ça se multiplie, on a l'impression que ça s'aggrave", a déclaré sur RTL François Bayrou, dénonçant "des atteintes à l'Etat de droit élémentaire". "On a créé un climat propice à ce genre de dépassement des bornes et je crois que c'est grave". 

    "il n'y a aucune proportionnalité entre le fait que quelqu'un soit accusé parce que, sur son site, un internaute a dit quelque chose qui portait atteinte, semble-t-il, à quelqu'un, et puis le fait qu'on vienne l'arrêter au petit matin dans ce déploiement de violence, de brutalité, en tout cas d'irrespect".

    Puis commentant  l'idée, relancée par l'UMP, de détecter les troubles du comportement chez l'enfant dès le plus jeune âge pour prévenir la délinquance est "extraordinairement choquante", François Bayrou a déclaré  : "C'est une idée naturellement qui est extraordinairement choquante pour quiconque considère que l'enfance doit être respectée : on ne peut pas prétendre qu'à trois ans la vie d'un enfant soit ainsi jouée". 

    "Si l'on doit faire attention aux troubles de comportement, ça veut dire que l'école maternelle doit jouer le rôle principal dans cette attention à l'enfant, et c'est précisément à ce moment-là que l'école maternelle est mise en cause par le ministère de l'Education nationale", relevant là "une extraordinaire contradiction". Cette politique de prévention, "c'est beaucoup de soupçon et en même temps pas de réponse", a-t-il dit.

    Lire et écouter l'intégralité des propos du Président du MoDem >>> ICI

     

    En attendant, François Bayrou est ici trop gentil avec le pouvoir, lorsqu'il parle de "dérapages"! Lorsqu'on voit que se multiplient depuis plusieurs mois des descentes spectaculaires dans des établissements scolaires, à l'aide de chiens policiers, sans aucun résultat tangible, on ne parle plus de "dérapages" isolés mais d'une dérive organisée, préméditée!