Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

espoir

  • MEILLEURS VOEUX POUR UN PROJET D'ESPOIR

    Après quelques jours de repos nous reprenons cette semaine la rédaction de ce Blog collectif en présentant à tous nos meilleurs voeux pour 2008.

    Nous en profitons pour vous faire faire un petit retour, un an en arrière, avec les voeux adressés à la presse par François Bayrou. Ce petit flashback pour savourer la justesse des propos toujours plus d'actualité cette année...

  • Bayrou imposera l'Etat impartial

    medium_projet_d_espoir.4.jpg

    Nous avons voulu, aujourd'hui revenir sur des extraits du livre de François Bayrou sorti le 8 mars dernier, "Projet d'Espoir" - Editions Plon" - 17 euros :

    L'état impartial

    J'imposerai l'Etat impartial [...]
    Il suffit de n'être pas "accro" au pouvoir et de considérer que ce n'est pas parce que quelqu'un ne pense pas exactement comme vous qu'il n'est pas digne d'estime et que vous ne pouvez pas travailler avec lui.

    J'ai vécu cela, le jour de mon installation comme tout jeune ministre au ministère de l'Education nationale. Il faut se souvenir de ce que fut 1993. Une déroute du Parti socialiste au pouvoir comme il n'y en eut jamais : à peine 60 députés réélus contre plus de 450 de la majorité de droite ! On avait l'impression, comme toujours, que, selon l'expression consacrée, "si l'on ne faisait pas de bêtises, on était là pour vingt ans...". Et il y avait des revanches qui se préparaient. "On" m'avait fait passer aimablement une liste des "gens sûrs", des "gens pas sûrs", et des "gens totalement engagés de l'autre côté", qu'il convenait de "virer" immédiatement et plus vite que ça. Déjà, je n'aimais pas beaucoup ce genre de procédé. J'ai donc convoqué le premier de la liste noire, un haut fonctionnaire PS bon teint, identifié, repéré, parfaitement convaincu d'être immédiatement sacrifié et ayant à peu près assuré ses arrières. Il est entré persuadé qu'il s'agissait d'un entretien de politesse, valant licenciement immédiat, du type "Cher Monsieur le Directeur, vous comprendrez évidemment que je ne peux...". Je l'ai fait asseoir. Et je lui ai posé la seule question importante. Je lui ai demandé de me parler des enjeux de l'Education nationale. Avec la liberté de celui qui se croit déjà licencié, il m'a donné son point de vue, confié ses inquiétudes, dit franchement un certain nombre d'erreurs que ses successeurs allaient devoir corriger. Nous avons parlé une heure. Il s'est levé et je lui ai dit : "Votre successeur, ce sera vous. Ici, on ne juge pas de la compétence à partir des opinions. Vous êtes confirmé". Je vois encore ses yeux. Cette conversation lui a fait un choc, disons, culturel... Il n'y a pas eu meilleur ni plus fidèle animateur de la politique que j'ai conduite ensuite, amitié en plus.

    Je n'aime pas l'idée américaine du spoil system , le système des dépouilles, de la "chasse aux sorcières", qui fait que, lorsqu'une nouvelle majorité entre en fonctions, il est convenu qu'elle renouvelle tous les responsables de l'Etat pour n'avoir autour de soi que des gens engagés. Je crois le contraire. Je crois qu'il faut avoir autour de soi non seulement des gens engagés mais aussi des gens "dégagés", indépendants, au jugement libre. [...]

  • « Les partis divisent mais les valeurs rassemblent »

     Nous avons passé notre temps libre hier à lire le livre de François Bayrou, Projet d'Espoir. A sa lecture, nous avons peut-être mieux compris encore ce qui, imperceptiblement nous avait tous poussé spontanément à comprendre ce qu'il voulait impulser, porter pour ce pays puis à le soutenir. Il est difficile de sélectionner un passage marquant, il y en a tant. Le ton de ce projet doit nous inspirer dans cette campagne :

    medium_projet_d_espoir.3.jpg"Je suis fier des valeurs du centre, tolérance et équité qui rapprochent les hommes. Mais je salue les valeurs de droite, l’ordre et l’effort. Comme je salue les valeurs de gauche, l’égalité et le souci des faibles. Voulez-vous que je vous dise : la France, c’est tout cela ensemble. Mon choix, depuis le début, mais à présent libre de s’affirmer, c’est qu’il faut rapprocher ces valeurs pour que la France soit elle-même. ».

    Francois Bayrou - Projet d'Espoir - p191 - Plon - mars 2007