Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

estrosi

  • Quand l'Etat de Sarkozy, Lagarde et Estrosi sponsorise des boites privées pour détruire des emplois

    estrosi.jpgIl va bien falloir que les français s'habituent à décrypter le language du pouvoir!... Cela fait maintenant depuis 2002 qu'un petit clan politique réussit à tromper l'opinion publique de droite, de gauche, du centre ou d'où vous voulez grâce à un vocabulaire, à des formules qui n'ont rien de naturel! C'est l'oeuvre controlée, travaillée en amont depuis des années de certains cabinets spécialisés proches des neo-conservateurs américains et de milieux d'affaires européens très particuliers. Hein?... vous avez dit Boston Consulting Group?...

    Eh oui, out la langue de bois du mitterrandisme, du jospinisme, du giscardisme, du gaullisme! fini! Ces gens là ont compris que cela ne passait plus! Aussi, ils ont créé des méthodes de communications et une mécanique ensuite de management général encore plus cyniques!

     

    Jugez plutôt : C'est à voir sur le blog Une Autre Vie (que nous ne saurions que trop vous recommander d'inscrire dans vos favoris...) :

    "l'argent public permet de payer des entreprises privées pour se substituer aux obligations de l'état, on y va franchement ! Aujourd'hui, deux ministres, Mr Estrosi et Mme Lagarde se déplacent à Lyon pour inaugurer l'entreprise INEXO centre de formation au lean management (mode de gestion pour réduire les pertes).
    Le "
    LEAN" est une méthode de management qui permet de dégager des gains de productivité en supprimant des tâches dites "non-productives" et des tâches dites secondaire. A la clef, ce sont des suppressions de postes, voire des licenciements ! (je travaille dans une entreprise qui a recours à ces méthodes de management, je sais de quoi je parle !) " LIRE LA SUITE IMPERATIVEMENT ICI >>>>

    N.B. :

     

    Ils en pensent quoi nos blogueurs préférés? :

     

    Skeptikos (reloaded) :

    Hérésie :

    Dans la besace de Nelly Margotton :

    Du bord de ma fenêtre :

    Barrejadis :

    Blog notes perso :

    catégories :

    La Mécanique de l'Orange :

    Revue de Presse autour du MoDem, à :

    Betapolitique :

    jour-pour-jour :

    Alcibiade :

    Le blog de Hypos :

    Mrs Clooney :

    le blog d'Olivier Montbazet :

    Chroniques vénitiennes :

    MoDem 53 :

    La Maison du Faucon :

    Partageons l'addiction :

    Unique et commun à la fois :

    Trublyonne voit la vie en rouge :

    Reversus :

    le blog de polluxe :

    Une Autre Vie :

    ataraxosphere :

    description méthodique du vide :

    L'Échiquier :

    MoDem Saint-Lô :

    Unique et commun à la fois

     

     

  • Palmarès du gouvernement : Eric Besson n'a plus rien à faire!

    palme.JPGNicolas Sarkozy, l'an dernier, avait chargé Eric Besson d'une évaluation pour chaque ministre. Et bien il n'a plus rien à faire. Il lui suffirait de reprendre notre classement.

    Le 2ème gouvernement Fillon est en place depuis exactement 18 mois aujourd'hui. Il est temps de tirer un premier bilan des différents ministres. Ainsi que nous vous l’annoncions mercredi, nous vous livrons le palmarès des différents ministres (les nominations de Devedjian et de Le Maire étant trop récentes, nous n’en avons pas tenu compte).

     

    Figurez-vous que nous avions oublié la période ministérielle pourtant fort marquante (pour les comptes publics) d’un éminent serviteur du chef de l’Etat en la personne de Christian Estrosi… Si si ! Nous l’avions oublié !  

    Omission réparée, ce dernier se classe, sans véritable surprise, dans le peloton de queue 33ème ex aequo sur 38 avec Roselyne Bachelot ! Mais, il fait du même coup chuter la moyenne gouvernementale à 9,37.

     

    Ainsi se distinguent très nettement 2 personnalités brillantes (et non clinquantes !) dont nous avons maintes fois ici salué le travail :

     

    1          Nathalie Kosciusko-Morizet    avec 17,67

    2          Jean-Pierre Jouyet                     avec 17,33

     

    Suivent  9 ministres qui recueillent la moyenne :

     

    3          Hervé Novelli                            avec 14,83

    4          Éric Woerth                              avec 13,67

    5          Valérie Pécresse                       avec 12,50

    6          Martin Hirsch                            avec 12,33

    7          Michel Barnier                          avec 11,83

    8          Laurent Wauquiez                     avec 11,67

    9          Rama Yade                              avec 11

    10        Jean-Marie Bockel                    avec 10,83

    11        Christian Blanc                         avec 10

     

    Puis, vient un large groupe de ministres médiocres :

     

    12        Luc Chatel                                avec 9,83

    12        Bernard Kouchner                     avec 9,83

    12        Christine Boutin                         avec 9,83

    12        Fadela Amara                            avec 9,83

    16        Valérie Létard                            avec 9,67

    16        Christine Lagarde                      avec 9,67

    16        Xavier Darcos                           avec 9,67

    18        François Fillon                            avec 9,5

    18        Anne-Marie Idrac                       avec 9,5

    18        Alain Joyandet                           avec 9,5

    21        Christine Albanel                       avec 9,17

    22        Brice Hortefeux                         avec 8,5

    23        André Santini                            avec 8,33

    24        Jean-Louis Borloo                      avec 8,17

    25        Éric Besson                               avec 8

    26        Alain Marleix                             avec 7,83

    27        Dominique Bussereau                avec 7,5

    27        Michèle Alliot-Marie                    avec 7,5

    29        Hubert Falco                              avec 7,33

     

    Et, enfin, les derniers de la classe :

     

    30        Yves Jégo                                 avec 6,83

    31        Xavier Bertrand                         avec 6,67

    32        Nadine Morano                          avec 5,5

    33        Roselyne Bachelot-Narquin         avec 5,17

    33        Christian Estrosi                        avec 5,17

    35        Hervé Morin                              avec 4,67

    36        Roger Karoutchi                         avec 4,5

    37        Rachida Dati                              avec 3,33

    38        Bernard Laporte                         avec 1,33

     

    Rappel de la méthodologie :
    Pour cette évaluation, nous nous en sommes tenus à des critères de jugement excluant notre appréciation politique des personnes concernées. Ainsi, par exemple, Brice Hortefeux à nos yeux est en charge d’un ministère très contestable, que politiquement nous combattons. Mais nous avons voulu juger de son action sans tenir compte du préjugé défavorable dû à la politique suivie. Il s’agissait donc de dresser le bilan en faisant abstraction de notre désaccord général vis-à-vis du gouvernement et du programme présidentiel.
    Pour ce faire, nous avons retenu 5 critères d’appréciations :

    La compétence : Il s’agissait d’apprécier tant les aptitudes ministérielles préexistantes des acteurs mais aussi la capacité qu’ils ont eu depuis leur nomination à s’imprégner des dossiers dans le cadre de leurs fonctions.
    L’écoute et le dialogue : Il s’agissait ici de mesurer leur capacité de comprendre les différents acteurs de leur secteur ministériel et de négocier avec eux.
    L’efficacité : Nous avons ici voulu juger des conséquences de leurs actions ministérielles tant pour améliorer les choses pour nos concitoyens que pour avoir su ou non créer une synergie avec les acteurs clefs du secteur ministériel concerné. Toujours en excluant nos propres préférences politiques. C’est ce qui explique notamment le très bon classement d’Eric Woerth qui mène globalement une politique avec laquelle nous sommes en désaccord mais dont l’action est créditée d’une excellente note d’efficacité.
    La langue de bois : Il s’agissait ici de noter la capacité de chacun de masquer ses vraies aspirations au fil des explications publiques ou de nier la réalité des faits.
    Le sectarisme : Ce critère nous apparaissait indispensable à mesurer pour un gouvernement du XXIème siècle. Il tient compte de la volonté manifestée par chaque acteur de s’inscrire plus dans un combat idéologique que dans leur tâche ministérielle.

    Pour finir, l’efficacité ainsi définie, est affectée d’un cœfficient 2 et les autres critères d’un coef 1.

    Si vous êtes curieux de découvrir comment nous avons noté ces ministres pour chaque critère consultez le tableau.

     

  • L'UMP, école de formation de Jean-Pierre Raffarin, ça marche! l'exemple vient d'en haut

    Souvenez-vous : C'était il y a 10 mois à peine. L'UMP, formation politique privée de président (après Sarkozy, plus personne n'a le droit porter ce titre au sein de cette formation NDLR), se voyait affublé de 2 vice-présidents : Patrick Devedjian et Jean-Pierre Raffarin. Ce dernier avait longuement bataillé pour receuillir une fonction et développait le concept d'une UMP se transformant en "école de formation".

    10 mois après, au terme d'une sorte d'année scolaire, le résultat est saisissant! La formation en langage politique a en effet fait ses preuves :

    - "On va tous les niquer" de Frédéric Lefebvre (député des Hauts de Seine depuis l'accession de Santini à son strapontin ministériel) immortalisé lors d'un documentaire sur France2 baptisé "la machine Sarkozy",

    - "La salope" de Patrick Devedjian à l'égard d'Anne Marie Comparini,

    - "Le tocard" de Françoise de Panafieu envers Bertrand Delanoé,

    - "On va les enfoncer" d'un Perben aux abois,

    - "BEH...Descends...teuu teuu ... viens là si t'es un ..." d'un ersatz de président à l'égard d'un marin-pêcheur en colère,

    -" bah, alors casse toi pov' con" désormais cultissime

    Voici maintenant le candidat UMP dissident Jacques Peyrat à Nice . Ce maire sortant est contesté par un autre adepte du langage fleuri, le candidat officiel UMP, Christian Estrosi. On voit désormais Mr Peyrat perdre publiquement ses nerfs et insulter des nicois sur cette video :

     

    Ah oui, vraiment, quelle réussite Mr Raffarin! Quelle maîtrise désormais de la part des élus et responsables UMP!...

    Heureusement pour Nice, il y a une équipe autour d'un candidat posé, réfléchi Hervé Caël que les niçois, dégouttés par les luttes de clans et la médiocrité, découvrent peu à peu. Nice Arc en Ciel pourrait bien dans ces conditions créer la surprise!