Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

histoire

  • Sarkozy était avec le général le 18 juin 1940 pour enregistrer l'Appel!

    appel degaulle revu corrigé par sarko.JPGPuisqu'on vous le dit! Et même on aura droit, sans doute, dans quelques temps, à l'évocation sur sa page facebook, de la façon dont il a pris part à la foule lorsque celle-ci le 14 juillet 1989, prit la forteresse de la Bastille.

    Pour l'Egocrate qui considère sans vergogne qu'aucun de ses prédécesseurs ne lui arrivait à la cheville il est évident que ce ne peut être lui qui butinait en 89 à courir après l'histoire mais bien l'Histoire qui s'est bâtie autour de sa personne!

    Ainsi il n'est pas étonnant qu'il ait voulu refaire quelque peu l'histoire en publiant sur sa page facebook sa version du 9 novembre 1989 accompagnée même d'une photo censée prouver sa présence dès le début, le 9 novembre cette année là sur le mur de Berlin lorsque la foule commença à le fissurer.

    10 11 ou 12 nov 1989.jpg

     

    Mais voilà, comme d'habitude, le truqueur mégalo est démasqué.

    Comme l'indique , Alain Auffray, journaliste à Libération et correspondant à Berlin à l'époque de plusieurs journaux:

    "Le problème c'est que l'histoire qu'on nous raconte ne tient pas debout:

    Version Sarkozy :

    "Le 9 novembre au matin, nous nous intéressons aux informations qui arrivent de Berlin, et semblent annoncer du changement dans la capitale divisée de l’Allemagne. Nous décidons de quitter Paris avec Alain Juppé ...pour participer à l’événement qui se profile"

    Le matin du  9 novembre, personne à Paris - ni même à Berlin -  ne pouvait soupçonner que le mur allait tomber. les radios et télévisions ouest-allemandes n'ont commencé à évoquer la "libre circulation" qu'à partir de 20h. Et ce n'est qu'après 23 heures que les Berlinois de l'Est, prenant ces informations prématurées pour argent comptant, furent si nombreux à se masser devant le poste frontière de la Bornholmer Strasse que les garde-frontière  est-allemands finirent par lever la barrière. Parole de témoin: jamais "l'événement" ne s'est "profilé".

    Les historiens vont bientôt suivre la page facebook présidentielle en se tordant d'avance si ça continue!

    Nul doute qu'on va bientôt apprendre qu'il était par exemple à Varsovie lorsque Jaruzelski décrétait l'Etat de siège en Pologne en 1981 et même (pourquoi pas? puisque désormais "tout devient possible"...) qu'il y est même pour quelque chose puisqu'il avait, lui-même, personnellement, de ses petits doigts d'adolescent post-pubère, concocté les permiers soulèvements de Solidarnosc sur les chantiers navals de Gdansk dès le 13 août 1980 avec Lech Walesa... Non, remarquez, il ne peut pas prétendre ça car il passa bien plus tard à Varsovie... mais ça... c'est une autre histoire...

    Allez, c'est si pitoyable! Médiocre! Risible! Pathétique! Mais dites lui qu'il est le plus grand, le plus beau et qu'il parte!

    EDIT : Voir également sur le sujet le post d'Olivier Bonnet

     

  • Ni gauchiste comme aimerait le caricaturer le candidat UMP, ni de droite comme le martèle la candidate PS, François Bayrou se définit lui-même "Profondément révolutionnaire"! Explications :

    Dans un long entretien donné à isubway (voir l’intégralité ici), François Bayrou, après avoir proclamé une nouvelle fois sa conviction dans la volonté d'Europe chez les français, a tenu à livrer sa conception de la République.

     

    medium_interview_FB_isubway.3.JPG

    Question Isubway :le mot « résistance » revient régulièrement dans votre discours, vous en appelez au tiers état… Vous êtes bien candidat à la présidentielle ?? Ce n’est pas un poste qui a été occupé par beaucoup de « révolutionnaires »…

    Réponse François Bayrou : La révolution ce n’est pas la caricature de la Terreur. La grande leçon de 1789 c’est l’abolition des privilèges, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et la mise en œuvre, pour la première fois dans notre histoire, du régime représentatif qui veut dire que la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants. De ce point de vue, je suis profondément révolutionnaire, tout simplement parce que cette leçon a été désapprise ! La 6ème République, c’est le retour aux principes fondateurs, c’est la nécessité de défendre la démocratie, l’équilibre des pouvoirs, la responsabilité politique, les droits du Parlement contre les dérives du pouvoir absolu, secondé sur des forteresses financières et médiatiques. Le peuple Français est profondément méprisé, on ne l’écoute plus et quand viennent les élections, on lui promet sans compter tout et son contraire, on se moque profondément de lui. Et on voudrait que je m’abstienne de me révolter ! L’écrivain Pascal Quignard a dit une chose très juste sur la question politique. Il a dit qu’elle était unique : « prévoir le passé qui guette ». Nous en sommes là.

    medium_isubway.2.JPG