Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hulot

  • Nicolas HULOT continue la sensibilisation lors des législatives

    medium_bayrou_hulot.2.jpgVoici le mail de Nicolas HULOT pour poursuivre la mobilisation des acteurs politiques. Aus candidats à la députation de s'engager clairement! S'ils sont élus demain à l'assemblée Nationale, ils auront à se prononcer sur les textes ayant une incidence sur l'Environnement!

    Chères/Chers signataires du Pacte écologique,

    C’est grâce à votre mobilisation que nous avons réussi ensemble à obtenir des engagements écologiques concrets au sommet de l’État.

    Aujourd’hui, après le Pacte écologique présidentiel, nous lançons avec la Fondation Nicolas Hulot le Pacte écologique législatif pour mettre en phase l'exécutif et le législatif.

    Pour que nos futurs députés proposent et votent les lois en cohérence avec le Pacte écologique, j’appelle tous les candidats aux législatives, c’est-à-dire nos futurs députés, à signer le Pacte écologique.

    Vous pouvez nous aider à faire signer votre candidat ! Votre mobilisation est précieuse, vous seuls pouvez nous aider à toucher le plus grand nombre de candidats. Je compte sur vous.

    Pour nous aider, cliquez ici.

    Sur le site www.pacte-ecologique.org/legislatives vous pourrez prendre connaissance de la lettre ouverte que j’adresse aux candidats, le Pacte à signer, mais aussi la carte de France des candidats signataires.

    Nicolas Hulot
    Président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme

  • Ca grince à l'UMP et au PS

    Il semblerait que le retour sur le devant de la scène de Nicolas Hulot soit généralement mal perçu dans les entourages des principaux prétendants à l’Élysée :

     Ci-dessous extraits de profession politique (voir intégralité ici)

    medium_presse_cran11_clip_image002_0001.2.jpg

    "Peut-être est-il déçu de ne plus voir de battage médiatique autour de lui ?" fait ainsi mine de s’interroger Roselyne BACHELOT, avant d’ajouter qu’"on ne peut pas faire de la politique par compartiments et traiter uniquement du réchauffement climatique, en oubliant les retraites, la pression fiscale, l’immigration et tout le reste"... La députée européenne voit mal le présentateur d’Ushuaïa - qui a selon elle "réussi à sortir l’écologie du ghetto extrémiste dans lequel elle se trouvait" - "distribuer bons et mauvais points" aux candidats avant le 22 avril. Selon l’ancienne ministre de l’Écologie, "cela reviendrait pour Nicolas HULOT à faire des procès d’intention. Or, s’il devait quitter le domaine de la bonne foi, il deviendrait un petit politicien, ce qu’il ne veut pas être".

    "Il a tout fait pour rester apolitique et ne veut en aucun cas représenter une menace", renchérit Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, déléguée générale à l’écologie au sein de l’UMP, qui, si elle regrette "les ambiguïtés" d’HULOT, ne lui tient pas rigueur d’"utiliser les artifices de la médiatisation politique pour faire émerger à nouveau ses idées, puisque le souffle du Pacte est un peu retombé". Une analyse que tendrait à confirmer l’attitude de Nicolas HULOT lui-même, qui s’est réjoui, trois jours après ses déclarations menaçantes, que "les différents candidats se manifestent" à nouveau sur les questions écologiques, depuis sa "reprise de parole". "Je ne vois pas pourquoi il y aurait à craindre quoi que ce soit," estime donc la députée de l’Essonne, selon laquelle la mise au second plan de l’écologie s’explique en grande partie par le traitement médiatique de la campagne. "L’un des problèmes est que les journalistes politiques ne sont pas du tout thématisés", explique-t-elle ainsi, avant d’évoquer l’émission J’ai une question à vous poser, sur TF1, durant laquelle "aucune question sur l’écologie n’a été posée à Nicolas SARKOZY, alors que nous avions travaillé sur ce sujet". Et depuis, souligne Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, le candidat de l’UMP, par ailleurs chahuté par plusieurs associations sur la question des OGM (lire ci-contre), "prend les devants en évoquant dans chacun de ses discours un des aspects de son programme pour l’environnement".

    Dans l’entourage de la candidate socialiste, l’intervention tonitruante de Nicolas HULOT a été modérément appréciée "Après avoir lu Le Parisien, raconte Bruno REBELLE, conseiller de Ségolène ROYAL pour l’environnement, j’ai aussitôt appelé Nicolas. Il m’a dit qu’il s’était un peu fait piéger car ses propos plaçaient tous les candidats au même niveau alors que Ségolène ROYAL, il l’a reconnu, parle beaucoup plus d’environnement que les autres." Or, et c’est bien là le problème pour le PS, cette confidence réconfortante n’avance pas à grand-chose tant qu’elle ne devient pas publique. "Il va devoir être profondément honnête et dire que tous les candidats ne sont pas égaux sur le thème de l’écologie", poursuit Bruno REBELLE, qui réclame une "démarche transparente" et se dit gêné par la "neutralité excessive" de l’animateur de télévision.

  • Hulot appelle à la mobilisation aujourd'hui!

    medium_medium_UDF_2.5.jpgNicolas Hulot appelle dimanche à un grand rassemblement écologique sur l'esplanade du Trocadéro à Paris, "pour ne pas oublier au moment du vote l'enjeu universel et essentiel qu'est la planète". Il a lancé cet appel en coordination avec plusieurs organisations non-gouvernementales, telles que Greenpeace et WWF. Il veut ainsi rappeler aux candidats que les Français sont "prêts pour la mutation écologique" et "prêts à y participer".

     

    Après la très solennelle signature par les prétendants à l’Élysée de son "Pacte écologique" le 31 janvier dernier, Nicolas Hulot organise un 1er avril dont la sauce médiatique promet d’être relevée. Dans un premier temps, il tiendra une conférence publique au Zénith, en présence notamment de l’astrophysicien canadien Hubert REEVES. Ensuite, le présentateur de télévision a donné rendez-vous "à tous ceux qui le souhaitent", à 17 heures, place du Trocadéro à Paris. Objectif affiché de la manifestation : "rappeler aux candidats leurs promesses à trois semaines du premier tour". Pour ce faire, un code vestimentaire a été prévu par Nicolas HULOT : les participants sont invités à "porter autour du cou une écharpe de couleur". Pour ceux qui ne pourront pas se déplacer mais qui souhaitent apporter leur soutien à l’opération, un numéro de SMS a été mis en place.

     

     

    Déçu par la quasi-disparition de l’écologie dans le débat présidentiel, le créateur du pacte écologique a ressurgi dans la campagne en affirmant pouvoir "donner un bon point supplémentaire à tel ou tel" d’ici le premier tour. Un retour généralement mal perçu dans les entourages des principaux prétendants à l’Élysée, où l’on estime que le "Pacte écologique" n’a pas été trahi.