Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

internet

  • RESISTANCE A HADOPI

    resistance Hadopi.JPG
    Puisque HADOPI semble s'orienter vers un bras de fer jusqu'au-boutiste voulu par l'égocrate suprême,
     
    Puisque la majorité se braque sur un domaine pour lequel, elle risque de s'embourber dans le déni démocratique,
     
    Puisqu'ils ont décrété qu'il leur était impossible de perdre la face, il vont tout faire pour passer en force au Sénat, au Conseil constitutionnel et devant la Cours européenne.
     
    Ainsi ils vont tout faire pour appliquer coûte que coûte (on ne parle plus de pragmatisme là!) cette Loi inéfficace pour ce qu'elle est censée protéger (la création culturelle NDLR), liberticide en ce qu'elle introduit une instance non judiciaire capable de prononcer une triple peine, et pernicieuse car elle permettra à des sous-traitants privés de chercher, traquer, s'introduire dans la sphère privée de vos surfs sur le net et mails et obligerait même les internautes à s'équiper d'un "mouchard" labélisé par l'Etat pour prévenir toute erreur d'identification..
     
    Nous vous recommandons vivement la visite de du blog résistant " Linux Manua"  qui vous informera sur les méthodes des maquisards des temps modernes.
     

     

    "Hadopi ... 12 mai 2009 ... Depuis hier donc, ils auront voté leur Loi Infâme ... Déjà 1 martyr dénommé Bourreau-Guggenheim ... Victime n° 000.000.001 ... Appliquez et propagez massivement le Plan Prévu ..."

     
     
     
    Au moins, vous aurez été informés...
  • Le combat rétrograde de la majorité contre internet recommence

    Nathalie Griesbeck.jpgLa députée européenne du MoDem, Nathalie Griesbeck, fait le point sur la défense par l'EUROPE de la liberté des citoyens au moment où la majorité présidentielle va relancer au parlement français son combat d'arrière-garde qu'elle a si trompeusement baptisé (comme d'habitude!...) "Loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet" et que tout le monde connaît aujourd'hui sous le nom de "projet HADOPI".

    Ce débat est déjà dépassé et heureusement puisque le Parlement Européen veille encore aux grands principes du Droit des citoyens lorsque la majorité des parlementaires nationaux UMP (pas tous!) et Nouveau Centre sont convoqués pour voter le doigt sur la couture du pantalon le texte voulu, exigé, révé par l'égocrate suprême et ses proches amis!

    En première lecture du Paquet Telecom, le Parlement européen s'était opposé au principe de la riposte graduée à l'égard des téléchargements illicites sur internet.
     
    Le gouvernement français avait cru pouvoir alors s'affranchir de cette décision, pourtant démocratique, en proposant au niveau national un projet de loi "Hadopi" consacrant ce principe, alors même que la procédure législative au niveau européen n'avait pas encore été achevée.
    Nathalie GRIESBECK, députée européenne sortante et candidate sur l'EST fait le point sur l'Etat du Droit (LIRE LA SUITE SUR SON SITE ICI)
    .
    Si la video ci-dessous ne fonctionne pas,
    cliquez sur ce lien :
    .
    ...
    ALORS L'EUROPE EST LA DERNIERE PROTECTION
    CONTRE LES ABUS DE POUVOIR EN FRANCE!
    LE 7 JUIN, PENSONS Y!
  • Le début de la fin d'internet

    Nous relayons ici l'opération initiée par Quadrature du net.

     

    "Le projet de loi "Création et Internet" ou "HADOPI" a été voté au Sénat le 30 octobre 2008 et sera bientôt examiné à l'Assemblée nationale. Elle a pour objet de mettre en oeuvre la "riposte graduée" visant à couper l'accès aux internautes suspectés de partage d'œuvres sans autorisation.

    Une autorité (l'HADOPI), instaurée par le texte, agira sur dénonciation d'acteurs privés travaillant pour les industries du divertissement (syndicats professionnels, enquêteurs privés). L'HADOPI sera chargée, en se basant sur ces preuves sans valeurs, d'envoyer des courriers accusant les utilisateurs et les menaçant de sanctions. En cas de récidive, leur déconnexion d'Internet est ordonnée sans possibilité de se reconnecter pour une durée de 1 à 12 mois. Il n'est possible de contester ces accusations qu'une fois la sanction prononcée."

     

    Au delà d'une vision sécuritaire de plus, cette Loi, si elle était adoptée, loin de résoudre le problème du téléchargement illégal d'oeuvres sur la toile, changerait le principe élémentaire de la présomption d'innocence du Droit français. Nous considérons qu'une fois de plus, le gouvernement tente une enième opération pernicieuse de limitation des libertés publiques et individuelles. Les données de connexion de tous les internautes seraient entre les mains de sociétés ou d'organisme sans aucun contrôle préalable du juge!

     

    Ce que les néoconservateurs ne peuvent plus faire aux USA désormais, la France va-t-elle leur en fournir l'occasion?

     

    Alors rejoignons le mouvement! Cliquez sur la pastille ci-dessous :

     

    net.GIF