Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jacques chirac

  • OBAMA, avec un « copain » comme ça, tu n’as plus besoin d’adversaire

    Interrogé sur ses relations avec Barack Obama, Nicolas Sarkozy a cru bon (comme toujours ?…) d’en rajouter. « Ah lui, c’est un copain ! » s’est-il exclamé.

     

    Un conseil, Barack, regarde ce qu’il a réservé,dans le passé, à ses anciens « copains » : Jacques Martin, Charles Pasqua, Jacques Chirac…

     

    nicolassarkozyjacquesmaib7.png
    sarkozy_pasqua.jpg
    Sarkozy_Chirac.jpg

     

    Nous en profitons ici, pour rappeler ici que pour ce qui nous concerne, les membres du Mouvement Alcibiade, nous n’avons jamais cédé, à la Barackomania ambiante.

     

    Nous lui préférions, sans conteste, pour les primaires démocrates Mike Gravel ou à défaut Dennis Kucinich. Nous voyons même un peu dans le candidat démocrate ce que nous avions redouté chez l’omni-candidat français : Un discours souvent racoleur et vide de sens précis et plus démagogue que didactique (« YES WE CAN » n’est-il pas si proche de «TOUT DEMAIN SERA POSSIBLE » ?...)   une prédisposition à jouer sur l’image plutôt que de détailler le fond, enfin un usage immodéré de la rhétorique simpliste (« ceux qui me critiquent sont des partisans de l'immobilisme", phrase commune aux deux hommes).

     

    Oh bien sûr, nous direz-vous, à ce stade de la campagne, il est trop tôt pour Barack Obama de rentrer dans le détail de son programme.

     

    D’accord. Disons donc, que nous attendons pour voir et restons sur notre position de vigilance.

     

    Sans nul doute, l’accession d’un métis jeune et démocrate à la présidence des Etats-Unis serait un changement radical avec l’administration Bush et ses activistes néo-conservateurs ! Mais il faudra suivre d’abord qui sera la personne choisie comme Vice-président(e) et surtout connaître enfin le programme capable de tourner la page avec 8 ans de Bush.

    Wait and see donc...