Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

laurence ferrari

  • François Bayrou était hier l'invité de Laurence Ferrari dans l'émission Dimanche+

    François Bayrou était l'invité de "Dimanche+" le 8 avril 2007. Au cours de l'émission de Canal+, le candidat à l'élection présidentielle s'est montré sûr de ses chances, et rempli d'espoir pour la France. Il constate que "pour la première fois un vote qui rassemble" va peut-être bouleverser les prévisions de ceux qui n'ont pas intérêt au changement. Il propose de "rassurer" et de provoquer un "électrochoc" à la fois.

    medium_dimanche_plus.jpg


    Suite à un reportage analysant la façon dont on corrige les résultats bruts reçus pas les instituts de sondages, François Bayrou précise que cela est nouveau et intéressant de le montrer.

    "Pour la première fois un vote qui rassemble" tel que celui que représente François Bayrou, déstabilise les instituts de sondages qui se réfèrent toujours au passé pour rectifier leurs chiffres bruts, comme l'explique le candidat à la présidentielle.

    Pour François Bayrou, "l'important c'est le choix des Français" et que l'on rassemble plutôt que l'on ne divise, et que "l'on fasse travailler ensemble des gens qui n'étaient pas du même bord".

    Pour conclure sur les sondages, François Bayrou propose que "les Français aient entre leurs mains les redressements, après les calculs multiples et variés, mais aussi la réalité brute, ce qui sort des enquêtes".

    Un électrochoc tranquille

    François Bayrou a déclaré vouloir provoquer un "électrochoc" afin de passer à "un nouveau chapitre" politique et de "forcer les portes de ces deux citadelles" que sont l'UMP et le PS, au pouvoir depuis vint-cinq ans. "Fixons-nous des objectifs qui soient clairs pour tout le monde en matière d'emploi, d'éducation, de climat, en matière d'économie et de croissance" et "arrêtons de faire semblant. Sortons de cette guerre perpétuelle [qui nous oppose] les uns contre les autres" a-t-il énoncé. Il y a beaucoup plus de points de rencontre que de divergence dans nombre de cas d'après le candidat à la présidentielle.

    Par ailleurs, François Bayrou a rappelé qu'il était "le seul à pouvoir réaliser une majorité stable pour la France". A ce propos, il a demandé à Laurence Ferrari, qui l'interrogeait, au cours de l'émission, où était les alliés républicains de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal s'ils ne s'associent pas avec les mouvements extrêmes. Lui veut rassembler les hommes et femmes de gauche, de droite et du centre républicain.
     

    medium_au_grand_journal.3.jpg

     "le seul à pouvoir réaliser une majorité stable pour la France"

    "Moi je proposerais à des socialistes et gaullistes qui ont envie de faire avancer les choses de me rejoindre dans un grand mouvement ou dans une grande majorité avec des  alliances, de manière à ce que nous puissions ensemble construire ce qui se fait partout ailleurs en Europe" a-t-il prédit, s'appuyant sur les réussites économiques, sociales et politiques de l'Allemagne depuis que le peuple a obligé les forces politiques diverses à travailler ensemble pour le bien du pays.

    Pour que cela marche en France, il suffit de rapprocher au lieu de diviser. Cela demande "une démarche citoyenne" qui ne sera pas plus difficile à mettre en place qu'ailleurs d'après François Bayrou.

    Et, pour le candidat béarnais, cette démarche doit être mise en place dès maintenant si les Français veulent sortir de la crise qu'ils vivent actuellement et qui perdurera si l'un des deux camps reprend le pouvoir seul, avec une assise électorale de seulement 20 à 25% des suffrages.

    Canal+