Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

majorité

  • Et si André Santini était candidat à l’élection présidentielle de 2012 ?

    Ce n’est pas encore une réalité, mais c’est une idée qui pourrait faire son chemin suite aux dernières déclarations d’Hervé Morin reçu ce dernier vendredi par Jean-Jacques Bourdin sur  RMC Infos et BFM TV de 8 heures 35 à 9 heures.

     

    A cette occasion, Hervé Morin, inconnu Président du Nouveau Centre et Ministre de la défense, a fait deux déclarations intéressantes.

     

    Sur un plan sociétal, il a réaffirmé après son interview au quotidien Le Monde de la veille son attachement et celui du Nouveau Centre à la possibilité pour les couples homosexuels d’adopter un  enfant. Et son argument central est qu’un enfant doit vivre dans l’amour et dans ce cas précis le sexe n’intervient pas. Nous ne pouvons qu’être d’accord avec sa déclaration. Pas certain que le Modem soit aussi clair sur ce sujet. Et l’UMP rejette cette possibilité. Le Nouveau Centre a mis du temps à penser à son corpus idéologique, mais force est de constater que cela les éloigne de l’UMP. Dans ce cadre, la distance de Jean Arthuis quant au budget de l’Etat est une autre marque d’opposition silencieuse.

     

    La seconde déclaration d’Hervé Morin portait sur l’élection présidentielle de 2012. A cette occasion, il a réaffirmé la logique du fonctionnement de la Vème République et la nécessité pour le Nouveau Centre d’être présent au 1er tour de l’élection Présidentielle de 2012. Rien d’illogique à cela, mais le Président Cathodique ne doit pas être forcément d’accord avec cette vérité politique. Lui qui a passé son été à faire entrer Philippe de Villiers et les chasseurs dans sa majorité attrape tout.

     

    C’est vrai que 2012, c’est loin, mais la « menace » d’Hervé Morin est réelle. Qui au Nouveau Centre pour défier Sarkozy au 1er Tour ? Il y en a qu’un André Santini.

     

    Il aura 72 ans en 2012, mais il est le seul au Nouveau Centre à présenter un CV qui ne le rendrait pas ridicule dans sa candidature. C’est un élu municipal important depuis 30 ans. Il a été député et Ministre par 3 fois. Et lui, il est connu ! Pas comme toutes les « personnalités » du Nouveau Centre.

     

    Et André Santini comme candidat en 2012, cela pourrait bien provoquer des dégâts au sein de la majorité présidentielle.

     

    A SUIVRE...

  • Avec quelle majorité gouvernerait Nicolas Sarkozy? Avec quelle majorité gouvernerait Segolène Royal?

    C'est tout de même rigolo : On ne pose jamais ce type de question à la candidate du PS ou au candidat de l'UMP. On ne leur demande jamais non plus "pour quel candidat allez vous appeler à voter au deuxième tour?"
    François Bayrou était samedi l'invité politique du 19/20 sur France 3. Fraîchement revenu d'un déplacement en Corse, le candidat à la présidentielle s'est exprimé sur l'avenir de l'île de beauté qui passe, selon lui, par l'équilibre entre "fermeté et compréhension". Les déclarations sur l'origine génétique de la pédophilie d'après Nicolas Sarkozy furent abordées et déplorées par François Bayrou.

    Fermeté et compréhension sont les maître-mots dans le dossier corse d'après François Bayrou. Néanmoins, la priorité est "le développement économique et l'emploi" en Corse, ce qui passe d'après lui par une politique de l'équilibre.
    "Je suis absolument persuadé que la Corse peut trouver sa place dans la République, sereinement, en étant fière de sa culture, fière de sa langue, fière de son identité, comme tant d'autres régions françaises ont besoin de l'être", a-t-il exposé.

    Au sujet des déclarations de l'ancien ministre de l'Intérieur concernant le lien hypothétique entre la pédophilie ou le suicide et la génétique, François Bayrou s'est révolté contre ce qui constitue un véritable dérapage de la part du candidat de l'UMP.

    "On sait bien qu'en général, dans une campagne électorale, il y a des débordements mais parfois il arrive qu'il y ait des choses graves, des choses qui ne sont pas de l'ordre d'une campagne électorale mais de l'ordre d'une certaine vision de l'Homme et de la vie" a-t-il énoncé solennellement.

    "Quand Nicolas Sarkozy en vient à dire qu'un bébé peut naître en ayant en lui une condamnation à la perversité ou au suicide, qu'un enfant qui vient de naître pourrait être génétiquement promis à ce genre de perversité, mais dans quelle société vit-on?", s'est insurgé le candidat à la présidentielle.
    Existe-t-il "une société démocratique dans le monde, aujourd'hui, au début du XXIème siècle, où l'on accepterait l'idée selon laquelle un enfant serait génétiquement condamné à être pervers ou être suicidaire?", a-t-il poursuivi. "Ceci est impossible, ou à quoi servent toutes les politiques de prévention?"

    Au chapitre de l'Education et de la singularité de François Bayrou dans cette campagne, le maintien de la carte scolaire est un des points importants de divergence avec les représentants du PS et de l'UMP. "La carte scolaire, c'est l'obligation qui est faite à l'Education nationale d'offrir partout sur le territoire national la même qualité d'enseignement" a-t-il expliqué. Il évoque également sa proposition de création d'une année de transition en vue de préparer les élèves à l'université. Ce serait une réforme de la classe de Terminale.

    Autre point essentiel : la maîtrise de l'écriture. Tous les enfants devront savoir lire et écrire avant l'entrée en 6eme. "Et cette obligation entraîne une réforme profonde de l'école primaire préalablement, ou en tous cas, demande une attention de l'école primaire envers ceux qui vont échouer".

    Concernant la question de la majorité gouvernementale avec laquelle il pourrait diriger le pays, François Bayrou répond : "Je suis celui qui propose la seule majorité stable, sécurisante, et possible pour la France" . Une majorité stable qui réunira gauche et droite républicaine.

    France 3

  • François Bayrou, avec quelle majorité?

    medium_assemblee.jpgPetit rappel historique : 

    En 1981, on posait éternellement cette même question de la représentation nationale après l’élection présidentielle à François Mitterrand. Les journalistes s’escrimaient à vouloir lui faire dire qu’il ne parviendrait pas à la conquérir. Avec une aussi grande majorité sortante, une majorité qui vous est opposée, comment allez-vous procéder pour gouverner avec elle ? François Bayrou cite alors François Mitterrand qui répondait : "Faites grâce aux Français que s’ils m’élisent, ils éliront avec moi la majorité qui me permettra de conduire la politique de la Nation." Une réponse qui reste définitive pour François Bayrou.

    On connait même certains politiques à l'époque au RPR qui avait tout misé sur le fait qu'un Président autre qu'RPR, élu en 81 ne pourrait pas exercer le pouvoir très longtemps puisque jamais après, les électeurs ne pourraient faire un autre choix aux législative que RPR. N'est-ce pas Monsieur Pasqua?... Et les français, finalement donnèrent au Président la majorité nécessaire pour appliquer sa politique!

    Les étapes :

    Le changement interviendra lorsque le nouveau gouvernement et la nouvelle majorité seront en place. Cette majorité élue le 9 juin sera celle des élus qui souhaitent rejoindre le rassemblement de compétences venues de sensibilités différentes. Je présenterai, affirme-t-il, des candidats issus de ce mouvement dans chaque circonscription.

    François Bayrou récapitule ainsi les étapes qui conduiront au rassemblement des Français :

    • le président est élu le 6 mai.
    • Le 17 mai, un gouvernement entre en fonction, ouvert à tous, avec une profonde armature du centre. Avec à ses côtés des hommes et des femmes de la gauche républicaine et de la droite républicaine. François Bayrou insiste sur le fait qu’il veut sortir des affrontements entre l’UMP et le PS qui ont eu lieu depuis 25 ans. L’Allemagne a mis devant leurs responsabilités des dirigeants qui "s’étripaient depuis trente ans." Ils l’on fait, selon lui, et cela fonctionne. On vient de toute l’Europe pour constater la réussite allemande spectaculaire. Il reste une opposition en Allemagne comme il restera une opposition en France, François Bayrou ne se fait pas d’inquiétude sur ce point.
    • Lors des législatives les français auront un choix très clair devant eux et ils éliront donc à l'Assemblée Nationale des députés "Majorité Présidentielle" venant de la gauche républicaine modérée, de la droite républicaine modérée, de la société civile et d'autres forces s'accordant sur le programme présidentiel pour conforter leur choix!