Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marielle de sarnez

  • Le PS joue-t-il aux communiqués les plus cons avec l'UMP?

    pas digne.jpgLe parti socialiste est visiblement toujours hanté par ses vieux démons! Des "porte-paroles" dans la plus pure tradition stalinienne se sont exprimés hier dans un communiqué que nous voulons conserver dans les mémoires de tous les démocrates. Vous savez cette tradition stalinienne issue des procès du même nom en URSS qui, à l'époque, vous condamnait sur des accusations jetées sans référence ni preuve à l'opinion…

     

    Jugez plutôt : Voici le titre du communiqué signé par rien moins que Razzy HAMMADI, Secrétaire national aux services publics et Jean-Christophe CAMBADELIS, Directeur national de campagne pour les élections européennes

     

    "Le MODEM et les services publics au Parlement européen : le mensonge de F. Bayrou"

     

    Interloqués, nous lisons ce communiqué. De quoi s'agit-il? De quel mensonge Bayrou est-il coupable concernant les services publics? De n'avoir, par exemple, pas défendu suffisamment les sociétés nationales d'autoroutes dans notre pays en s'insurgeant à l'époque à la tribune de l'Assemblée troublant le coupable silence de la gauche ou en ayant justement été le seul parlementaire à acheter des actions de ces sociétés lors de leur privatisation pour introduire un recours juridique contre cela auprès du Tribunal administratif? Non, bien sûr.

     

    3 votes sont reprochés aux élus de l'UDF puis du MoDem. Ceux-ci auraient voté avec les élus issus de l'UMP contre les services publics.

     

    Nous avons vérifié la première date (d'autres blogueurs se chargeront sans doute des autres… sinon, nous y reviendrons histoire d'en rajouter une couche pour ridiculiser les 2 signataires de ce communiqué qui font honte à leur parti) mentionnée :

     

    "Le 16 février 2006, dans le cadre de la discussion relative à la Directive « services dans le marché intérieur » (dite « Bolkestein »), le Modem vote avec l’UMP contre l’adoption d’une directive cadre sur les services d’intérêt général garantissant la pérennité de leur mission."

     

    Si les journalistes, les lecteurs les observateurs ne vérifient pas, l'astucieux amalgame (le nom cité de Bolkestein et le vote UMP), laisse penser que ces élus ont eu de coupables faiblesses pour Bolkestein comme leur homologues de la Droite néolibérale.

     

    Alors, allez sur le site du Parlement Européen! Vous trouverez précisément l'explication de vote en faveur du rapport modifiant la directive Bolkestein! L'explication de vote du groupe ADLE a justement été faite par une certaine Marielle de Sarnez...

     

    marielle-de-sarnez.jpg

     

    "C’est une nouvelle directive en faveur de laquelle notre Parlement vient de voter ce matin. Un champ d’application restreint, le principe du pays d’origine enfin supprimé, le droit du travail préservé: nous avons transformé l’esprit et la lettre du projet qui nous était soumis et j’en suis heureuse.

    La seule institution européenne qui aura été capable de porter ce changement profond d’inspiration, c’est notre Parlement. Sans doute parce que nous avons été à l’écoute de nos concitoyens, de leurs craintes et de leurs peurs; sans doute parce que nous sommes avant tout attachés à la défense d’un modèle européen de valeurs communes et que nous préférerons toujours l’harmonisation par le haut au dumping par le bas. Nous avons fait du bon travail et il faudra bien que la Commission et le Conseil tiennent enfin compte du signal politique fort que nous envoyons aujourd’hui, qui traduit notre volonté d’achever le marché intérieur, tout en préservant notre modèle social. Pour notre part, nous y veillerons."

     

    Donc c'est justement l'inverse de ce qui est reproché aux élus bayrouistes qui s'est produit ce jour là! Les élus ADLE ont justement voté ce texte qui venait combattre les dérives de la directive Bolkestein.

     

    Alors, c'est devant une telle contrevérité et ces méthodes d'un autre temps que les socialistes du Mouvement Alcibiade ont commencé à réagir voilà déjà plusieurs années! Et visiblement on a encore du pain sur la planche!

     

    Plutôt que de s'en prendre à la racine du mal au pouvoir en France, les tristes sires, Hammady et Cambadelis ont décidé, semble-t-il, de concourir avec Frédéric Lefebvre pour l'UMP dans la catégorie des porte-paroles les plus affligeants d'inepties!

     

    En tout cas, à ce jeu des communiqués les plus cons, l'UMP et le PS se trouvent curieusement un bouc émissaire commun!..

     

    A moins, que tout ceci s'explique par l'affolement dans les 2 états majors si les sondages "privés", justement, commencent à chuter pour les 2 plus grands partis...

     

     

  • On était avec Marielle de Sarnez à la manif

    20090129 mds.JPGVoilà! Plusieurs d'entre nous étaient à la Bastille pour la manifestation de ce Jeudi 29 janvier 2009. Marielle de Sarnez était là aussi comme elle l'avait prévu.

    Hein? On est pas des pros de la photo? Bah non, nous par contre on est assez pros en matière de non-récupération politique d'une manif lancée par les organisations syndicales : aucune pancarte, aucune banderole, aucun autocollant! Pas le cas d'autres formations politiques qui pourtant s'étaient engagées en ce sens...

    Rappel de l'interview au Parisien de Marielle de Sarnez :

    François Bayrou a voté, hier mardi à l'Assemblée nationale, la motion de censure déposée par le PS. C'est officiel, le MoDem est-il entré dans l'opposition?

    Nous défendons des principes républicains, celui de la séparation des pouvoirs, justice-exécutif, ou encore celui de l'indépendance de l'audiovisuel public. Or nous avons le sentiment sur ces questions que Nicolas Sarkozy avec son extrême personnalisation du pouvoir porte atteinte aux libertés publiques. D'ailleurs sur ces sujets, dès le mois de décembre, François Bayrou avait soumis l'idée d'une motion de censure. Il est dans sa logique.

     

    Mardi, il n'empêche, vous avez voté avec la gauche..

    Et alors ? Nous votons en accord avec nos convictions. Au-delà des atteintes aux libertés publiques, il y a aussi ces milliards d'euros donnés aux banques sans réelles contreparties. Cette façon du gouvernement de réagir à la crise est choquante. Au minimum, dans cette période difficile, l'exécutif devait s'associer à la gouvernance des banques. Ce qui s'est fait en Grande-Bretagne et en Allemagne.

    Nicolas Sarkozy, selon vous, représente-t-il un risque d'atteinte aux libertés?

    Absolument. Il incarne une centralisation extrême de l'autorité. Avec lui, il n'y a pas de séparation des pouvoirs. Il ne veut pas de contre-pouvoirs. On le voit avec la suppression du juge d'instruction ou la nomination et la révocation par l'Elysée du président de l'audiovisuel public. Cela n'existe nulle part ailleurs en Europe.

    Le MoDem s'associe-t-il à la grève générale lancée par tous les syndicat, jeudi?

    Pour ma part, je manifesterai, comme citoyenne, et je pense que de très nombreux militants du Modem seront dans les cortèges. A l’image des Français qui vont se saisir de ce moment pour dire leur angoisse par rapport à la crise économique et sociale, mais aussi leur ras le bol. Ils veulent être respectés. Ils veulent être écoutés. Ils veulent plus de justice et plus d'équité de la part du pouvoir. Pour le moment, ce n'est pas le cas.

    Partagez-vous l'exaspération des Français?

    Oui. Il existe un décalage incroyable entre un pouvoir qui s'autocongratule et l'inquiétude croissante de tous les Français. Personne n'est aujourd'hui à l'abri.

    Nicolas Sarkozy dit comprendre l' "inquiétude" du pays mais il ne veut pas stopper les réformes. A-t-il raison?

    D’abord, il a calé sur de nombreuses réformes. Quant aux autres, elle sont souvent mal engagées, et trop souvent imposées par le sommet de l’Etat sans réel dialogue. Celle de l'Education nationale, par exemple. Au bout du compte, elle ne donne pas confiance aux enseignants et n'améliore pas le système éducatif. Ou encore celle de la suppression du juge d'instruction. Au final, la justice sera plus dépendante du pouvoir, et ceux qui auront les moyes financiers s’en sortiront mieux que les autres. Où est le progrès. Où est l’équité ?

    Entre le plan de relance du gouvernement et celui du PS où est celui du MoDem?

    On l'a mis sur la table il y a deux mois! C'est un plan de relance européen avec un grand emprunt de l’Union européenne, une politique de grands travaux , sans oublier une aide aux plus modestes. Reste le plus important. Dans ces temps difficiles , Il faut gouverner d'une façon juste et solidaire avec ceux qui souffrent le plus. Ce n'est pas le cas depuis dix-huit mois.

    Eric Besson à la direction de l'UMP, est-ce une preuve d'ouverture de la part du parti du président?

    Cela démontre au contraire les limites de l’ouverture version UMP ! Je constate d’ailleurs que Nicolas Sarkozy non content d'avoir les pleins pouvoirs sur la politique française ne veut rien lâcher de son emprise sur le parti qui l'a mené à l'Elysée. Il va même jusqu'à participer au conseil national de son parti! Aucun président de la République ne l'avait fait jusqu'à présent. Ce n'est pas la conception que je me fais de la fonction.

    Question incontournable: est-il normal qu'au XXI° siècle, en France, une tempête de vent plonge le quart de la France, le Sud-Ouest, dans la pagaille la plus complète? Ni eau, ni électricité...

    Non. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi en France on ne fait pas comme dans les autres pays européens l'enfouissement des lignes électriques. On est franchement en retard et ce n'est pas seulement une question de budget.

  • Un partenariat oui, la soumission, non!

    Lors du meeting d'hier soir à Paris, Marielle de Sarnez, la tête de liste sur Paris du Mouvement Démocrate, a été très claire quant aux possibilités de partenariat avec Bertrand Delanoé; Néanmoins, Partenariat ne signifie pas soumission. Les propos d'aujourd'hui de Monsieur Delanoé, demandant au MoDem de s'engager sur un accord à long terme, sont donc sans doute à modérer. On ne peut demander à des élus de signer un "Chèque en blanc".

    Comme ce fût le cas pour les élection législatives de juin dernier, le MoDem se veut un parti libre de dire ce qui est bon lorsqu'il le pense (et c'est, en substance, ce qu'a clairement indiqué Marielle de Sarnez concernant la gestion globale de la majorité sortante à Paris) mais de ne pas approuver et de le dire lorsque cela apparaitrait comme une erreur.

    On se souvient de l'engagement préalable demandé aux candidats de la majorité présidentielle (UMP et Nouveau Centre) d'approuver tout budget présenté par le gouvernement et de ne jamais voter de motion de censure. C'est le même problème ici! Il faut dans les municipalités des élus libres et non des godillots. Comme à l'époque, pour les législatives où le MoDem avait voulu clairement s'opposer à cette vision d'élus inféodés et soumis, il convient de réaffirmer partout que les élus MoDem ne seront pas des robots se contentant de voter suivant des consignes préétablies! Cela n'a rien à voir avec un engagement sur un programme qui paraît compatible aux programmes municipaux des candidats MoDem, ce qui est logique. C'est affaire ici aussi de bon sens et de responsabilité!