Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

moratoire

  • La France reste la seule à autoriser le Maïs transgénique MON810

    Nous avions déjà eu l'occasion, à plusieurs reprises, de dénoncer la CULPABILITE future indiscutable des politiques qui, en l'absence de données indiscutables établies par une autorité indépendante sur les conséquences des cultures en pleins champs d'OGM, refusent au mépris du principe de précaution minimum de décréter un moratoire. Voir ici la dernière note en date. ou ici

    daf786464b97c09b1858078031867ab0.jpg

    Suite à la publication d'un rapport de Greenpeace, le gouvernement allemand avait décidé en 2006 de suspendre l'autorisation de ce maïs et par conséquent la vente de semence en attendant la mise en place d'un plan d'observation sur l'environnement. C'est ainsi que l'Office allemand pour la protection des consommateurs (BVL) avait adressé un courrier à Monsanto lui demandant de ne pas commercialiser le MON810. L'Allemagne avait rejoint ainsi l'Autriche qui a interdit le MON810 en 1998 et après elle, la Grèce, l'Italie, la Suisse, la Hongrie et la Pologne.

    En France, la Commission du génie biomoléculaire a rendu son "verdict" et ne remet pas en cause le maïs MON810 qui continuera donc d'être cultivé en France et d'y être vendu pour l'alimentation animale. Cette décision soulève de vives critiques chez les écologistes de toutes tendances.

    a891f9dc818f8d4a0482f7987dcd7095.jpg

    CAP 21, présidé par Corinne Lepage, a manifesté son étonnement : "cette décision est encore une fois l'illustration du poids des lobbies alors que le principe de précaution imposait de déclencher une expertise indépendante et de suspendre l'autorisation de commercialisation dans l'attente des résultats", note Eric Delhaye, le porte-parole national de CAP 21.

    Il estime que les processus d'évaluation, qui excluent à ce jour les toxines, mériteraient d'etre complètement revus. Il souhaite de fait la création d'une commission impartiale en remplacement de la CGB composée, selon lui, très majoritairement de partisans des OGM.

    Lire article de C. SEGHIER :

    Le maïs transgénique MON810 reste autorisé en France
    La Commission du génie biomoléculaire ne remet pas en cause le maïs MON810 qui continuera donc d'être cultivé en France et d'y être vendu pour l'alimentation animale. Cette décision soulève de vives critiques chez les écologistes.
    15/06/2007 - Lire l'actu

    © Actu-Environnement

    MISE A JOUR DU 1ER JUILLET 2007 :

    La vidéo de la note précédente ayant a priori été cesurée du site de partage en ligne dailymotion, vous pouvez télécharger le reportage de l'émission "90 minutes" de canal+ baptisé "les OGM sont-ils dangereux" directement ici (format avi )