Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musulmans

  • Pacifier les relations entre les Français de confessions différentes

    François Bayrou était le 1er février dans les Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence. Il a rencontré les représentants de la communauté musulmane, l’occasion pour lui de réaffirmer son attachement à la laïcité, "clef de voûte de l'architecture de la société française". Puis François Bayrou a fait salle comble à l’Institut d’Etude Politique (IEP) lors d’un débat avec les étudiants.

    Dès son arrivée à Aix-en-Provence, François Bayrou a rendez-vous dans une brasserie du centre-ville pour une rencontre de plusieurs heures avec les représentants de la communauté musulmane.

    Ces derniers, tout en affirmant que les musulmans acceptent dans leur quasi-totalité les règles de la République, ont exposé les principaux problèmes qu’ils affrontent tous les jours :
    - Discriminations à l’embauche et au logement
    - Manque de lieux de culte
    - Impossibilité fréquente d’obtenir des "carrés musulmans" dans les cimetières
    - Problème de l’organisation du rituel de l’abattage des animaux

    François Bayrou a expliqué que son premier objectif était de "pacifier les relations entre les Français de confessions différentes". Pour y parvenir, le candidat à la présidentielle a rappelé son attachement au principe de laïcité et la nécessité de veiller à sa stricte application : "c’est la clé de voûte qui permet aux adeptes de toutes religions, aux athées et aux agnostiques de vivre ensemble".

    Dans le cadre de cette loi de la République, Français Bayrou a expliqué que la laïcité exigeait que chaque citoyen français puisse pratiquer en toute liberté la religion de son choix, dans des lieux de culte décents, et suppose le droit d’être enterré sur la terre du pays dans lequel on a vécu.

    Les représentants de la communauté musulmane, ont expliqué qu’Aix-en-Provence comptait 5 lieux de culte : un dans un foyer, deux dans des caves, un dans un ancien restaurant et un autre dans une petite villa. Dans ces conditions, il n’est pas possible de combattre "l’islam des caves" qui prolifère sans aucun contrôle. Ils ont également convenu avec François Bayrou que la nomination et le fonctionnement du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) gagneraient à être revues.

    François Bayrou avait ensuite rendez-vous avec la presse dans un célèbre café du cours Mirabeau. Cette rencontre fut particulièrement animée en raison du nombre de journalistes présents : journalistes de chaînes de télévision nationale, de la presse hebdomadaire et quotidienne nationale, des radios publiques et privées et de la presse régionale qui ont multiplié les questions.

    Le candidat a rappelé à plusieurs reprises qu’il ne recherchait pas à occuper un espace politique entre la gauche et la droite, entre un candidat de gauche et un candidat de droite, mais que son objectif était d’offrir aux Français une voie politique nouvelle permettant à des citoyens et responsables venus de bord différents de travailler ensemble autour d’un projet approuvé par les Français.

    Puis, François Bayrou s’est rendu à pied à l’Institut d’Etudes Politiques, traversant le centre-ville durant trente minutes, saluant au passage les nombreux habitants qui l’encourageaient à poursuivre son combat. 

    Devant l’IEP, François Bayrou est chaleureusement accueilli par de nombreux étudiants qui n’ont pu entrer dans l’établissement, les trois amphithéâtres étant déjà bondés. Dans une ambiance studieuse et parfois enjouée, le candidat a répondu pendants près de deux heures aux nombreuses questions concernant ses choix politiques nationaux et européens.