Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ouverture

  • Christophe GREBERT pour porter le projet démocrate en IDF, pourquoi pas ?

    Christophe GREBERT.jpgMouvement Alcibiade, nous sommes très en marge des multiples discussions des uns et des autres sur les candidatures pour les listes régionales du Modem. Nous sommes démocrates, nous ne voulons pas de postes et nous ne sommes présents dans plusieurs formations (rappel ici), dont le MoDem, que pour participer aux débats et faire avancer les causes communes. Alors, c’est vraiment une première.

     

    Le cas Christophe Grébert est donc un sujet intéressant. C’est Christophe Ginisty l’ex Modem, le nouveau Terre Démocrate et sans doute encore d’autres participations dans des groupuscules à venir, qui a vendu le morceau : Christophe Grébert aurait été choisi pour conduire le projet Modem en Ile-de-France par Marielle de Sarnez et François Bayrou au mépris des procédures de votes des militants. A voir !... On sent surtout les pleurs incessants de ce spécialiste de la communication qui n’en finit pas de pleurer son départ du Modem. Il n’y a qu’à visiter son blog pour comprendre que l’image, le structuralisme et l’apparence sont plus importants pour lui que bien des idées.

     

    Justement, est-ce que Christophe Grebert est un bon candidat à la Présidence de la région IDF, la réponse est oui !

     

    Conseiller Municipal de Puteaux, il est l’opposant « tête de turc » de la dynastie Ceccaldi Raynaud depuis des années. C’est cela même que François Bayrou visait dans sa dénonciation des Hauts-de-Seine lors de la dernière campagne présidentielle. Opposition pour le moins musclée contre un clan UMP aujourd’hui.

     

    Son parcours politique est aussi un atout, venu du PS il a rejoint le Modem. Cela veut dire une sensibilité politique plus sociale et sociétale.

     

    Au royaume de l’Internet, il n’a rien à envier aux plus importants blogueurs dans un style plus localier. Les blogs monputeaux.com ou mon92.com ont déjà eu l’occasion de connaître leurs heures de gloire mêmes au niveau régional et cela depuis de nombreuses années.

     

    On lui doit notamment la pétition contre la nomination de Jean Sarkozy à la direction de l’EPAD qui a recueilli 95 000 signatures est son fonds de commerce médiatique. Et l’EPAD était bien un sujet régional.

     

    Voilà les raisons qui nous permettent de considérer qu’il a un bon profil pour porter le projet Modem en IDF, il reste à vérifier que d’autres n’ont pas un bon profil aussi.

     

    Et quel programme pour l’Ile-de-France ?

     

    Pas de votes pour le Modem sans de bonnes idées à mettre en application.

     

    Alors Christophe Grebert en porteur de projet, oui et en plus cela sera le signe du renouvellement du personnel politique.

  • "Ministres de gauche : bientôt l'heure d'un 1er Bilan ! "

    Rappelons nous les débats de la dernière campagne présidentielle et l'extraordinaire message de François Bayrou sur le thème : "oui il est possible de faire travailler des personnalités de toute obédience ensemble". C'est la première fois durant la Cinquième République qu'un leader politique ne limitait pas la vie française aux solutions de droite et aux solutions de gauche. Enfin, un candidat politique portait un souffle nouveau.

    C'est d'ailleurs la stratégie municipale qui a été suivie : nous sommes des femmes et des hommes adultes, la gauche et la droite sont des données passéistes, travailler avec Alain Juppé à Bordeaux et Martine Aubry à Lille c'est tout à fait possible à partir du moment où les Modem locaux le décident. Ce qui est important, ce sont les idées et la manière de pouvoir les appliquer.

    Nicolas Sarkozy nous a opposé durant la constitution de son Premier Gouvernement l'ouverture. Ironisant d'ailleurs sur le fait qu'il n'y avait pas besoin de François Bayrou pour la faire.

    Ouverture ou débauchage ? Vraie avancée politique ou gadget électoral ? Ministres de gauche ou personnalités sincères qui se sont laissées abuser ?

    A SUIVRE...

  • "L'ouverture" de Sarkozy "n'a rien à voir avec ma démarche", rétorque François Bayrou

    medium_volontaire.jpg"L'ouverture" prônée par Nicolas Sarkozy "n'a rien à voir avec la démarche politique que je propose", a rétorqué mardi soir sur Canal+ le candidat UDF à la présidentielle François Bayrou.

    "Dire: 'je vais gagner tout seul et après j'irai pêcher un ou deux complaisants dans d'autres familles qui seront au fond des alibis, qui me donneront l'air de quelqu'un d'ouvert et à l'esprit large', ça n'a rien à voir avec la démarche politique que je propose", a-t-il dit. M. Bayrou prône un gouvernement d'union nationale, rassemblant des personnalités de gauche et de droite.

    "Je veux être le président de l'ouverture politique (...) Les gens bien ne sont pas dans un seul camp. Je ne ferai pas de compromis avant, je pratiquerai l'ouverture après", avait dit le candidat UMP Nicolas Sarkozy lundi soir sur TF1. François Mitterrand avait ouvert son gouvernement à des ministres centristes après sa réélection en 1988.

    François Bayrou a également critiqué des propos tenus par M. Sarkozy dans le cadre de l'émission "J'ai une question à vous poser". "Quand on habite en France, on respecte ses règles: on n'est pas polygames, on ne pratique pas l'excision sur ses filles, on n'égorge pas le mouton dans son appartement", avait dit le ministre. "C'est honteux", "je me sens insultée", avait alors crié une jeune femme d'origine algérienne.

    Le candidat a déclaré comprendre l'indignation de cette jeune femme: "on vous renvoie le mouton de votre arrière-grand-père", a-t-il déploré. "Que perpétuellement on vous renvoie votre religion, votre origine, et les caricatures de votre religion et de votre origine, c'est une des différences que j'ai avec Nicolas Sarkozy et elle est assez lourde", a-t-il dit.

    François Bayrou a estimé mardi qu'il se sentait "quelquefois plus à gauche" que sa rivale socialiste.

    "Je me sens quelquefois plus à gauche" que Ségolène Royal, a-t-il affirmé sur Canal+.

    "La gauche est républicaine et il y a des républicains de droite. Et le jour où ils seront ensemble je crois que bien des choses changeront", a conclu François Bayrou.