Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ouvriers

  • DURALEX : Bayrou lui ne visite pas uniquement les usines qui marchent à coup de réductions de leur masse salariale

    medium_cmr_marseille_241106.2.jpgUn Candidat a déclaré du haut de son ancienne fonction (rappel ici) qu'il était le seul à visiter des usines! Comme nous le rappelions dans notre note précédente, François Bayrou non seulement visite des usines et rencontre des ouvriers depuis le début et ce Lundi, il était à Saint-Etienne où il a pu s'élever contre les salariés qui ont été abandonnés chez DURALEX :

    "Il faut que l'on place l'industrie au coeur de cette campagne pour permettre à nos entreprises de se battre à armes égales, grâce à une équité, à une protection de la loyauté apportée par l'Europe", a déclaré le candidat centriste, après avoir rappelé qu'il venait de recevoir le soutien de l'actuel ministre délégué à l'enseignement supérieur, François Goulard (UMP).

    François Bayrou avait auparavant visité dans l'après-midi deux entreprises industrielles de la Loire, une verrerie et une fonderie. Parmi elles figurait Duralex.

    Les 102 derniers salariés du site de Rive-de-Gier (Loire) "sont abandonnés par leur direction qui est partie et dont ils n'ont plus de nouvelles. Ils sont payés à ne rien faire depuis six mois, dans une usine où il n'y a pas d'électricité et sans savoir de quoi demain sera fait", a déploré le candidat à la présidentielle. "Dans la République française, il nest pas normal que lon ait de tels comportements", a-t-il dit.

    De même, "il faudrait que l'on soit plus ouvert, plus accueillant vis-à-vis d'éventuels repreneurs d'entreprises dans cette situation, pour en permettre le redémarrage", a-t-il lancé.

    François Bayrou a aussi souligné "la belle réussite d'une entreprise de forge de la Loire, FMDL, qui a réussi à décupler son effectif en quinze ans dans un secteur où cela n'était pas gagné davance, grâce à la qualité de sa production et à sa réactivité".

  • Quel candidat pourrait honnêtement affirmer « Je suis le seul dans cette campagne à visiter les usines et à rencontrer des ouvriers » ?

    medium_cmr_marseille_241106.jpgVous avez dû rêver, comme nous, si vous avez entendu un candidat affirmer sans broncher être le seul durant cette campagne à visiter des usines et à rencontrer des ouvriers ! ( clicquez ici) ou( ici pour la video) Non, nous sommes en 2007 et un tel mensonge serait mis à mal par tous les analystes et commentateurs.

    Si malgré tout nous n’avons pas rêvé, les ouvriers qu’entre autres François Bayrou a rencontré lors de ses visites de CMR dans l’agglomération marseillaise de BIO-TRANSAT et medium_usine_lyon_18122006.jpgde la S.E.R.F, entreprise familiale de 75 salariés en Rhône Alpes, d’Emix qui fabrique des plaques de silicium utilisées dans la fabrication de capteurs solaires à La Croisière dans la Creuse ou encore de Laurestel qui fabrique des tailleurs et des costumes à La Souterraine ont dû apprécier !

    medium_vienne-creuse-190606.jpgRappelons l’un des engagements forts de François Bayrou concernant les heures supplémentaires (présentation de la social-économie ) et totalement différent des programmes de l’UMP comme du PS:

    « Je suis scandalisé par le deux poids deux mesures que nous acceptons depuis trop longtemps en matière d’heures supplémentaires. Si vous travaillez dans une entreprise de plus de vingt salariés, l’heure supplémentaire effectuée vous ouvre droit à une prime de 25 %. Mais si vous travaillez dans une entreprise de moins de 20 salariés, l’heure supplémentaire ne vous sera payée que 10 % de plus qu’une heure normale ! Qu’est ce qui justifie que le travail des uns rapporte 15 % de moins que le travail des autres ?

    Je suis pour que nous fassions un pas en avant, qui intéressera l’organisation du travail et le pouvoir d’achat. Je propose une augmentation généralisée de la prime pour heure supplémentaire. Je propose qu’elle passe à 35 % pour toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. Et je propose que le coût de cette prime soit neutralisé en le défalquant des charges sociales.

    Je considère en effet que le salarié qui a payé les charges sur 35 heures, durée légale du travail, a assumé l’essentiel de sa part de la solidarité nationale. Il est légitime que les heures supplémentaires, ce soit un effort qui profite davantage à ce salarié, à son niveau de vie. Qu’il travaille pendant cette durée supplémentaire davantage pour lui-même que pour la collectivité nationale.

    Ainsi une heure qui rapporte pendant la durée légale 100 au salarié et coûte, grosso modo, 200 à l’entreprise, rapportera si elle est effectuée comme heure supplémentaire 135 au salarié, mais ne coûtera toujours que 200 à l’entreprise. Et comme il y a fort à parier que l’on aura ainsi recours, librement, à davantage d’heures supplémentaires, les rentrées en seront améliorées, tant il est vrai que l’économie pour nous, c’est de la dynamique, et que le travail ne se divise pas, mais peut se multiplier.

    Vous voyez que cette proposition est très largement différente de la proposition, d'ailleurs, à mon sens, inconstitutionnelle de Nicolas Sarkozy qui dit : "Je supprime complètement les charges sociales et l'impôt sur le revenu pour les heures supplémentaires, tout en continuant à les payer 25 % seulement de plus » parce que, si vous avez des heures supplémentaires non chargées et non imposées, alors, c'est une puissante incitation à concentrer le travail sur les heures supplémentaires et, donc, à refuser d'embaucher.

    Au contraire, le fait que l'heure supplémentaire et l'heure normale coûtent le même prix, cela permet à l'entrepreneur d'envisager de manière équitable la répartition du travail qui serait le sien. »