Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pacte écologique

  • Hulot appelle à la mobilisation aujourd'hui!

    medium_medium_UDF_2.5.jpgNicolas Hulot appelle dimanche à un grand rassemblement écologique sur l'esplanade du Trocadéro à Paris, "pour ne pas oublier au moment du vote l'enjeu universel et essentiel qu'est la planète". Il a lancé cet appel en coordination avec plusieurs organisations non-gouvernementales, telles que Greenpeace et WWF. Il veut ainsi rappeler aux candidats que les Français sont "prêts pour la mutation écologique" et "prêts à y participer".

     

    Après la très solennelle signature par les prétendants à l’Élysée de son "Pacte écologique" le 31 janvier dernier, Nicolas Hulot organise un 1er avril dont la sauce médiatique promet d’être relevée. Dans un premier temps, il tiendra une conférence publique au Zénith, en présence notamment de l’astrophysicien canadien Hubert REEVES. Ensuite, le présentateur de télévision a donné rendez-vous "à tous ceux qui le souhaitent", à 17 heures, place du Trocadéro à Paris. Objectif affiché de la manifestation : "rappeler aux candidats leurs promesses à trois semaines du premier tour". Pour ce faire, un code vestimentaire a été prévu par Nicolas HULOT : les participants sont invités à "porter autour du cou une écharpe de couleur". Pour ceux qui ne pourront pas se déplacer mais qui souhaitent apporter leur soutien à l’opération, un numéro de SMS a été mis en place.

     

     

    Déçu par la quasi-disparition de l’écologie dans le débat présidentiel, le créateur du pacte écologique a ressurgi dans la campagne en affirmant pouvoir "donner un bon point supplémentaire à tel ou tel" d’ici le premier tour. Un retour généralement mal perçu dans les entourages des principaux prétendants à l’Élysée, où l’on estime que le "Pacte écologique" n’a pas été trahi.

     

     

     
  • Nicolas Hulot revient pour rappeler les engagements

    Dans une interview à « Metro international», Nicolas Hulot entend bien relancer le débat pour la prise en compte de l’écologie. A de nombreuses reprises, nous avons sur ce blog affirmé notre constante volonté pour que quelque soit l'issue de la campagne électorale en cours, soit prise en compte l'importance écologique dans toutes les décisions des futurs gouvernements. D'autres, une fois signé le pacte sont retournés vers leurs vieux démons! Ce n'est pas notre cas! nous vous livrons quelques extraits de cette interview  (intégralité ici):

    A la question « Vous avez jugé caricatural un discours de Nicolas Sarkozy à Grenoble sur l’écologie » Nicolas Hulot précise : « J’ai jugé dix lignes tristement caricaturales, qui ont d’ailleurs occulté de fait tout le reste du discours… c’était un trait tellement forcé, quand il parlait de la tentation d’une écologie qui deviendrait une idéologie totalitaire, d’un monde où l’homme n’oserait plus bouger,   des écologistes « qui aimeraient nous faire retourner à ‘état sauvage ».   Franchement, je me dis que c’est remettre sur le tapis une espèce de querelle déplacée entre les modernes et les anciens, et que c’était inutile au moment ou justement l’écologie acquiert ses lettres de noblesse parce que malheureusement ceux qu’on fustigeait il y a quelques années ont tristement raison ; j’aurais préféré que ceux qui apparaissaient comme des cassandre se trompent ; mais les faits viennent de leur donnent raison. Donc ce n’est pas le moment justement de retourner à cette querelle stérile. Les modernes, ce sont bien les écologistes, parce qu’on n’est pas civilisé quand on est entrain de brûler sa propre maison.  

    Interrogé sur la place que défendent certains candidats pour nucléaire, Nicolas Hulot s’est défendu d’être  «dogmatique sur le nucléaire » : «  j’ai une vision très nuancé par rapport à d’autres, je ne ferme pas la porte à la quatrième génération, mais je dis qu’on ne peut pas banaliser le nucléaire sur le dos de l’effet de serre, sous prétexte que ça a peu d’effet de serre, le nucléaire ne peut pas se refaire une vertu et une immunité. C’est une énergie potentiellement dangereuse. Il faut le dire, pas pour affoler, mais pour ne pas banaliser ça. La priorité, c’est d’avoir un vrai bouquet énergétique. Donc faire baisser la proportion d’énergie d’origine nucléaire et un peu plus d’énergies alternatives et renouvelables ».

    L’énergie nucléaire ne  participe pas selon Nicolas Hulot totalement de l’indépendance énergétique de la France : « Simplement parce que la matière première, l’uranium, les gisements ne sont pas chez nous, ni en Europe, mais dans des pays que nous ne contrôlons pas. Le nucléaire n’est pas la panacée, ce n’est pas l’alpha et l’oméga de l’énergie, et s’il y a une prolifération   de centrales du type de celles qui existent en France dans des pays pas forcément stables politiquement ou économiquement, je pense qu’on ne peut pas se payer ce luxe-là. »

    La video suivante est l'analyse de François Bayrou dès novembre 2006 sur la démarche de Nicolas Hulot :