Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poker

  • François BAYROU a dit : "La Constitution n'est pas un poker menteur" !

    Et oui, c'est le match de lundi pour notre Président de la République. Est-ce que son texte pour la rénovation des instutions va gagner 60% des votants des parlementaires au Congrès Versaillais ? C'est un dur match pour le Président cathodique qui, contrairement à ce qu'il pense, sera le 1er touché par une éventuelle défaite. Et pourtant, il se sera battu promettant beaucoup, menaçant quelqu'uns et politisant ce débat.

    Dommage, c'est bien une question qui aurait dû entraîner une liberté de vote à droite et à gauche. Et il faut dire que la dernière intervention de Sarko a été magnifique, après le vote du texte par l'Assemblée Nationale et le Sénat, en termes identiques, il a promis de nouvelles avancées qui n'étaient pas dans le texte. Vous voyez le message : "...je vous promets des droits nouveaux pour le Parlement, mais je m'assieds sur les votes de la représentation nationale quand cela est nécessaire...! Stupéfiant !" Et en plus, il a oublié la proportionnelle pour les Législatives, même si François Fillon devrait l'annoncer lundi suivant les déclarations de François Bayrou. Ce n'est pas sérieux, François Bayrou a raison : "La Constitution n'est pas un poker menteur ".

    La semaine nous a permis d'apprendre une nouvelle donnée sur la passion du Président Harry Potter pour les médias : ce dernier a demandé la tête de Franz-Olivier Giesbert à François Pinault, le propriétaire de l'hebdomadaire le Point. Rappelons que F.O.G est le patron du Point. Il est accusé de diriger un hebdomadaire pas assez Sarkozyste...et en plus il a fait une couverture du "Sarkozy et les Psy". Cet incident rappelle celui de Sarko avec PPDA, lorsque ce dernier voyait le 1er comme un petit enfant lors d'un G8. Bon courage F.O.G !

    Pour la fin, comme l'an dernier il n'y aura pas de grâces présidentielles. Dommage, comment va t on faire avec un nombre de détenus qui augmente alors que le nombre de places en prison ne suit pas la même courbe. C'est un sujet qui mériterait moins de démagagie.