Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique corruption

  • Déclaration de patrimoine et corruption

    medium_corruption2.jpgUn nouveau pacte (voir dépêche ici) s’est invité dans la campagne présidentielle. L’association Transparence International France (TI France) a proposé aux candidats un pacte anti-corruption alors que son Baromètre mondial, en décembre 2006, avait pointé le manque de transparence et d’intégrité de la vie publique française.


    François Bayrou, Olivier Besancenot, Marie-George Buffet, Jean-Marie Le Pen, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et Dominique Voynet « approuvent largement » ces propositions.

    Philippe de Villiers
    a refusé de répondre et Arlette Laguiller, José Bové, Frédéric Nihous et Gérard Schivardi n’avaient hier pas répondu.

    Les engagements :
    • Nécessité d'une place plus importante à l'instruction civique dans l'enseignement, mais aussi à donner les moyens à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques de contrôler les comptes des partis.
    • Etendre la déclaration de patrimoine des élus aux revenus et avantages en nature liés à la fonction, Nicolas Sarkozy se disant toutefois contre la proposition de la rendre annuelle.
    • Divergences sur deux sujets : les mandats successifs et le secret-défense. 
    François Bayrou, Jean-Marie Le Pen, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy se disent opposés à la proposition d’une limitation à deux mandats successifs à la même fonction élective. Rappelons qu’à ce jour il n’existe pas de limitation du nombre de mandats successifs et que cette mesure chaque fois qu’elle a été adopté à l’étranger a constamment fait l’objet par la suite de modification ou exception dues à des situations exceptionnelle. De plus pourquoi interdire aux citoyens de choisir pour un troisième mandat un(e) élu(e) si ils considèrent que c’est le meilleur choix possible et que la personnalité est parfaitement capable de l’effectuer physiquement ?...

    Sur la procédure de secret défense, la majorité des candidats, à l’exception de Nicolas Sarkozy, se déclare favorable à une réforme.
    Quant à François Bayrou, s’il est favorable au principe de réforme, il est opposé à la proposition de TI France de conférer un pouvoir de décision à la Commission consultative du secret de la défense nationale. Les Etats –Unis ont une mesure analogue. Elle est très difficile, on l’a vu, a appliquer dans les faits.

    Au fait… dès le début de cette campagne, plusieurs candidats ont publié leur patrimoine sans attendre cette obligation. L'un d'eux (QUI FAIT CE QU'IL DIT ET QUI DIT CE QU'Il FAIT...) n'a toujours pas publié son patrimoine alors qu'ils s'y était engagé et que les journalistes s'impatientent... Etrange non?...