Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

programme

  • François Bayrou présente son programme d'action



    François Bayrou a présenté les grandes lignes de son programme au cours d’une conférence de presse à Paris. "Voici mon programme d’action pour la France. Ce ne sont pas de fausses promesses, comme on en fait depuis trop longtemps, mais des objectifs raisonnables qui changeront profondément la vie de notre pays" écrit François Bayrou en préambule du document de vingt pages. Le programme d’action tiré à dix millions d’exemplaires, sera envoyé aux Français.



  • Quelques unes des positions de Corinne Lepage

    Ecoresp 2
    2006-11-30

    div>


    Projet de Constitution
    2006-10-16

    div>

    Liberté d'informer
    2006-10-12
    div>
    OGM et Démocratie
    2006-09-21
    div>
    Points importants développés par corinne Lepage :
    1 Rendre indépendant le pouvoir judiciaire par:
    - élection du Procureur de la Nation par une majorité des 3/5 du Parlement
    - élection du Conseil Supérieur de la Magistrature
    - élection d’une Cour Suprême
    2 Rendre tous les recours effectifs pour une meilleure accessibilité au droit
    3 Droit pour tous de poursuivre un dysfonctionnement de la justice
    4 Instaurer une Justice économique
    5 Renforcer le pouvoir des class actions
    6 Renforcer le pouvoir des actionnaires minoritaires
    7 Rendre effectivement indépendantes toutes les Autorités Administratives Indépendantes
  • Charles de Courson défend le programme économique de François Bayrou

    medium_charles_de_courson.jpgCharles de Courson répond, dans un communiqué, aux critiques du ministre de l’Economie et des Finances sur le programme électoral de François Bayrou. Le porte-parole du groupe sur les questions budgétaires, rappelle notamment le coût du programme du candidat UMP – entre 50 et 66 milliards d’euros contre 27,5 milliards pour François Bayrou selon les calculs de l’Institut de l’entreprise. Charles de Courson ajoute que les dépenses nouvelles de son candidat à l’élection présidentielle sont toutes financées, sans cession d’actifs publics contrairement à la politique budgétaire menée par Thierry Breton lui-même.

     "La critique émise par Thierry Breton à l’égard du programme électoral de François Bayrou selon laquelle ce dernier ne permettrait pas de réduire l’endettement public de la France est savoureuse.

    1.    M. Breton soutient le programme électoral d’un candidat, Nicolas Sarkozy, dont le coût est estimé par l’Institut de l’Entreprise à 50 Milliards d’euros et même à 66 milliards si l’on tient compte de sa promesse de réduire le poids des prélèvements obligatoires de 4 points de la richesse nationale en deux législatures. De plus, le financement de ce programme n’est pas assuré puisqu’on ne trouve que 9,7 Milliards d’euros d’économies dont l’essentiel n’est pas crédible, en particulier le non remplacement pendant 5 ans d’un départ à la retraite sur deux qui aboutirait à supprimer 220 000 emplois, soit 10% du nombre de fonctionnaires, alors que le candidat Sarkozy ne veut réduire ni les effectifs de la Défense, ni ceux de la Police ou de l’Education Nationale et veut accentuer les effectifs de la Justice et de la Recherche. Le programme de Nicolas Sarkozy aggravera les déficits publics et l’endettement de la France.

    2.    Le coût brut du programme de François Bayrou est de 27,5 Milliards d’euros et de 21 Milliards d’euros nets des plus-values des recettes fiscales et sociales liées à l’accroissement du nombre d’emplois induits par les deux mesures relatives aux emplois francs et aux heures supplémentaires. Ces 21 Milliards d’euros sont entièrement financés par quatre économies. Les plus-values annuelles de recettes de l’Etat estimées prudemment à 14 Milliards d’euros sur la base d’une croissance constatée de 2% et d’une inflation à 1,8%, seront consacrées pendant trois ans, pour moitié à la suppression des 22 Milliards de déficit de fonctionnement du budget 2007 ; l’autre moitié des plus-values sera consacrée au maintien en euros constants des moyens de l’Etat. Cette stratégie budgétaire permet de ramener le poids de la dette publique dans la richesse nationale à 60%, sans cessions d’actifs publics.

    3.    La baisse, en 2006, de deux points de l’endettement public dans la richesse nationale dont se félicite M. Breton a pour l’essentiel été obtenue par la cession massive d’actifs publics pour près de 18 Milliards et par des opérations de trésorerie à hauteur de 17 Milliards. Quant aux prélèvements obligatoires, ils ont encore augmenté en 2006, de 0,4 point de la richesse nationale atteignant 44,4% de cette dernière, soit une hausse de 1,3 point en cinq ans contrairement aux promesses faites lors de la campagne électorale de 2002.

    4.    Concernant les deux emplois francs, M. Breton prétend qu’il s’agit d’une mauvaise mesure qui, d’après lui, créerait un effet d’aubaine pour 6 millions d’emplois en France. M. Breton n’a certainement pas lu le projet de François Bayrou qui ne vise que les emplois supplémentaires créés sous forme de Contrat à Durée Indéterminée ; cette mesure plébiscitée par les Petites et Moyennes Entreprises et les Très Petites Entreprises ne correspond probablement pas au monde des grandes entreprises que fréquente M. Breton".