Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rsf

  • Le 15 décembre François Bayrou sur la colline

    Après l'appel de Marianne pour le pluralisme et l'indépendance des médias, une autre mobilisation s'impose. Puisque, la rupturologie en oeuvre poursuit le détricotage permanent de tout ce qui participait de la concorde civile et de ce qui faisait de notre pays un exemple, il faudra se résoudre à résister en permance.

    Comme Nelly le rappelle régulièrement, nous nous devons aussi de relayer l'Appel de la colline, lancé par Médiapart  et RSF.

    Le 15 Lundi 15 décembre à 19 heures, ils organisent donc une soirée de débat public au Théatre du Rond-Point, en présence de François Bayrou (MoDem), Benoît Hamon (PS), Hervé Mariton (UMP), Daniel Bensaïd (LCR), Patrick Braouezec (PCF) et Noël Mamère (Les Verts), pour poursuivre ensemble le débat lancé depuis leur Lettre ouverte aux états généraux de la presse, le 13 octobre. Pour rappel, ils  y dénoncaient la procédure pilotée par l'Elysée, simulacre de consultation, au moment où le pouvoir exécutif tente de remodeler l'ensemble du dispositif médiatique.

     

     

    oOoOoOoO

     

    APPEL DE LA COLLINE, le 24 novembre 2008 (à signer sur le site médiapart ici)

    Mediapart et Reporters sans frontières

     

    La liberté de la presse n'est pas un privilège des journalistes, mais un droit des citoyens.

    Le droit à l'information, à la libre expression et à la libre critique, ainsi qu'à la diversité des opinions est une liberté fondamentale de tout être humain.

    Sans information libre sur la réalité, ambitieuse dans ses moyens et pluraliste dans ses fins, il ne saurait y avoir d'authentique délibération démocratique.

    Régime de tous les citoyens, sans privilège de naissance, de diplôme ou de fortune, une véritable démocratie suppose que tous soient pareillement informés pour être libres dans leurs choix et autonomes dans leurs décisions.

     

    De ce droit du public à connaître les faits et les opinions procède l'ensemble des devoirs et des droits des journalistes.

    Leur première obligation est à l'égard de la vérité des faits.

    Leur première discipline est la recherche d'informations vérifiées, sourcées et contextualisées.

    Leur première loyauté est envers les citoyens et prime toute autre responsabilité, en particulier à l'égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.

     

    Défendre et promouvoir cet idéal suppose l'indépendance, la transparence et le pluralisme.

     

    L'indépendance, c'est-à-dire:

    - le respect général du droit moral des journalistes sur leur travail, afin de garantir que l'information ne soit pas réduite à une marchandise;

    - le refus impératif du mélange des intérêts industriels et médiatiques, afin de garantir que les opérateurs économiques n'aient pas d'autre objectif que l'information;

    - la préservation absolue de l'intégrité du service public de l'audiovisuel, afin de garantir que ni ses informations ni ses programmes ne soient contrôlés par le pouvoir exécutif.

     

    La transparence, c'est-à-dire:

    - un véritable accès, rapide et facile, à toutes les sources documentaires d'intérêt public pour la vie démocratique et le sort des citoyens, à l'image du Freedom of Information Act en vigueur aux Etats-Unis depuis 1967;

    - une large protection des sources des journalistes, assurant le droit des citoyens à les alerter et à les informer, inspirée de l'excellente loi belge en vigueur depuis 2005;

    - une publicité étendue sur tous les actes du pouvoir exécutif ayant une incidence directe sur notre vie publique, de façon à permettre l'interpellation libre et le questionnement contradictoire des gouvernants par les journalistes.

     

    Le pluralisme, c'est-à-dire:

    - une concentration limitée et régulée, de façon à éviter tout monopole de fait ou tout abus de position dominante;

    - une égalité de traitement de la presse numérique et de la presse imprimée, de façon à éviter toute discrimination stigmatisante d'Internet;

    - une reconnaissance à part entière de la place des lecteurs en tant que commentateurs, contributeurs et blogeurs, de façon à accroître la diffusion et le partage démocratiques des informations et des opinions.

     

    Toute voie qui s'éloignerait de ces principes serait une régression.